Canne à sucre :

Le Sud se lance dans la campagne


Publié / Actualisé
Après le Nord il y a deux semaines, c'est le bassin Sud qui se lance dans la campagne sucrière 2011 ce lundi 25 juillet 2011. L'usine du Gol est prête à accueillir la canne à sucre. La récolte s'annonce en demi-teinte, au regard des conditions météorologiques qui touchent la zone.
Après le Nord il y a deux semaines, c'est le bassin Sud qui se lance dans la campagne sucrière 2011 ce lundi 25 juillet 2011. L'usine du Gol est prête à accueillir la canne à sucre. La récolte s'annonce en demi-teinte, au regard des conditions météorologiques qui touchent la zone.
En effet, depuis près d'un an, les averses se font rares dans le Sud de l'île. Conséquence, la canne à sucre manque d'eau et a du mal à se développer. Les agriculteurs ne s'attendent donc pas à une campagne "très bonne". "On évalue les pertes à 30% ou 40% selon les endroits", signale Jean-Yves Minatchy, président à la chambre d'agriculture.

En 2010 déjà, la campagne n'a pas été pas excellente dans le Sud. L'usine du Gol avait accueilli 927 384 tonnes de cannes. Ce chiffre ne devrait pas être dépassé cette année. Une prévision que les planteurs appliquent à toutes les régions de l'île. Deux éléments jouent, en effet, en défaveur des agriculteurs. D'une part, Jean-Yves Minatchy note
de "très mauvaises conditions climatiques" depuis le début de l'année, surtout dans le Nord et dans le Sud. "Ces zones ont été touchées par de fortes sécheresse. On y enregistre un production en baisse de 30 à 40%", indique le président de la chambre consulaire. Dans l'Est et à l'Ouest, "les derniers épisodes pluvieux ont à peine permis de limiter les dégâts".

D'autre part, certains planteurs pointent du doigt des "problèmes de qualité de la canne". C'est le cas de Dominique Vienne, président de la FDSEA. Selon lui, des agriculteurs n'ont pas planté de nouvelles souches de canne alors qu'elles doivent être renouvelées tous les 7 ans. En cause, "un coût prohibitif qui empêche les planteurs d'investir". S'ajoutent des "lourdeurs administratives qui rendent difficile l'obtention d'aides de l'Etat". Conséquence, "certains planteurs préfèrent garder les vieilles souches mêmes si elles produiront moins", commente le responsable syndical. 


Tous les acteurs de la filière s'accordent donc à ire que les planteurs récolteront moins de canne qu'en 2010 où 1 877 197 tonnes de cannes ont été livrées. Certains craignent même que la moyenne décennale ne soit pas atteinte, à savoir environ 1,825 tonnes. Florent Thibault, coprésident de l'interprofession de la canne et du sucre, avançait récemment le chiffre 1,730 à 1,770 millions de tonnes. Jean-Yves Minatchy refuse de se prêter au jeu des pronostics : "Il est trop tôt pour dire quel sera le tonnage à la fin de la saison. Les dernières pluies seront peut-être favorables à la deuxième partie de la campagne", termine-t-il.


   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !