Disparition du Père René Payet :

Une grande figure réunionnaise


Publié / Actualisé
Le Père René Payet a quitté le monde des humains le jeudi 8 septembre 2011, à l'Entre-Deux. Il aurait eu 89 ans le 12 novembre prochain. Une longe vie, donnée à La Réunion et à son peuple, vécue au plus près des gens, de ses paroissiens, et plus largement auprès de celles et ceux qui partageaient avec lui les valeurs de justice et de fraternité.
Le Père René Payet a quitté le monde des humains le jeudi 8 septembre 2011, à l'Entre-Deux. Il aurait eu 89 ans le 12 novembre prochain. Une longe vie, donnée à La Réunion et à son peuple, vécue au plus près des gens, de ses paroissiens, et plus largement auprès de celles et ceux qui partageaient avec lui les valeurs de justice et de fraternité.
Né à la Rivière Saint-Louis en 1922 dans un milieu de petits planteurs, et au sein d'une famille composée de onze enfants, dont cinq garçons mourront précocement, René Payet entre au petit séminaire de Cilaos en 1936. Il poursuit sa formation théologique en France de 1938 à 1947, au moment de la Seconde Guerre mondiale.

C'est en 1948 qu'il est ordonné prêtre en la cathédrale de Saint-Denis par Monseigneur de Langavant. Il retrouve ensuite le petit séminaire de Cilaos pour y enseigner jusqu'en 1957, tout en desservant Palmiste Rouge.

Après une formation à l'Action catholique, sa première paroisse est Grand Bois, avant d'être nommé directeur de la Maison des ?uvres et d'exercer des responsabilités au journal Croix Sud. Très attaché à la région sud de l'île, il sera curé de Saint-Pierre entre 1970 et 1976.

Peu à peu, le Père René Payet s'engage pour incarner les valeurs qu'il porte. L'expulsion du Père Reynolds Michel de sa cure de la Rivière des Galets en décembre 1970 le révolte et marque un tournant.

En 1977, il assure la direction du mouvement et journal Témoignage Chrétien de La Réunion dont Alain Lorraine était le rédacteur en chef. Il est ensuite journaliste à Témoignages de 1988 à 1990.

Il doit lutter rudement pour faire admettre cet engagement peu ordinaire, mais ne recule pas. Il va même plus loin en mettant les deux pieds dans la politique. Il sera président du Mouvement pour le développement, la démocratie, l'égalité et la protection de la nature, candidat de l'Alliance à des élections législatives dans la 3ème circonscription, ainsi que candidat aux élections municipales de Saint-Leu.

Après un passage à Bras-Panon, ses dernières années de sacerdoce se déroulent à Saint-Pierre, avant que la maladie l'éloigne peu à peu de toute activité.

De cette vie de combattant au nom de l'amour, il n'a jamais rien regretté. C'est ce qu'il a dit dans son livre intitulé Quel diable de prêtre (Océan Editions, 1996). Pour lui, l'amour de Dieu se vivait au plus près des humains et plus particulièrement auprès de ses frères et s?urs de La Réunion. Il était vraiment un "Zarboutan nout kiltir", titre qui lui a été décerné par la MCUR en 2008.

La veillée a lieu à la Chapelle du Sacré-C?ur à Saint-Pierre. La cérémonie religieuse se fera ce samedi 10 septembre 2011, à 9h 30, à l'église du Bon Pasteur de la Ravine Blanche.

BC pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !