Santé publique - Addiction :

Les jeunes fument de plus en plus de cannabis


Publié / Actualisé
Alors que la dépénalisation du zamal est un thème qui revient souvent en période électorale, une enquête de l'Espad (European school Survey project on alcohol and other drugs), publiée jeudi dernier, révèle que chez les 15-16 ans, la France est le pays d'Europe qui a connu la plus forte augmentation de consommateurs de cannabis entre 2007 et 2011. Récemment, dans une enquête de la LMDE et de la Mutualité française, 21% des étudiants réunionnais interrogés déclaraient avoir consommé du cannabis au cours de leur vie, et parmi eux 68% avouaient en avoir consommé l'année dernière. Par ailleurs, selon les chiffres publiés par l'ORS (observatoire régional de santé), en 2010, ils étaient trois jeunes de 13-15 ans sur 10 à avoir déjà expérimenté le cannabis sur l'île.
Alors que la dépénalisation du zamal est un thème qui revient souvent en période électorale, une enquête de l'Espad (European school Survey project on alcohol and other drugs), publiée jeudi dernier, révèle que chez les 15-16 ans, la France est le pays d'Europe qui a connu la plus forte augmentation de consommateurs de cannabis entre 2007 et 2011. Récemment, dans une enquête de la LMDE et de la Mutualité française, 21% des étudiants réunionnais interrogés déclaraient avoir consommé du cannabis au cours de leur vie, et parmi eux 68% avouaient en avoir consommé l'année dernière. Par ailleurs, selon les chiffres publiés par l'ORS (observatoire régional de santé), en 2010, ils étaient trois jeunes de 13-15 ans sur 10 à avoir déjà expérimenté le cannabis sur l'île.
Les chiffres révélant le niveau d'addiction des jeunes Français sont mauvais. En effet, selon l'enquête menée par l'Espad, en 2011, 39% des jeunes français interrogés ont déjà fumé un joint au moins une fois dans leur vie - contre 31% en 2007 - alors que la moyenne européenne est elle à 17%. La France fait figure de mauvais élève alors que le plan 2008-2011 de la mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie se fixait entre autres pour objectif de faire reculer les consommations de drogues excessives.

L'usage récent, c'est-à-dire fait dans le dernier mois, du zamal chez les jeunes de 15-16 ans est passé de 15% à 24%, ce qui fait des Français les premiers usagers récents parmi les jeunes Européens. La moyenne européenne est elle de 7%, soit trois fois inférieure à la consommation récente des jeunes Français.

L'Hexagone est par ailleurs le pays où l'on trouve le plus d'utilisateurs de cannabis à problème, avec la République tchèque : 9 % contre 4 à 6 % dans les autres pays testés. Ce taux d'utilisateurs "à problèmes" a pu être calculé grâce au questionnaire mis au point en France en 2003 par l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). Parmi les paramètres qui le composent, on note par exemple une consommation de cannabis en solitaire ou un usage ayant induit des troubles de la mémoire.

A La Réunion, selon les derniers chiffres de l'ORS, datant de 2010, on note une expérimentation du cannabis plus précoce. Ce sont en effet trois jeunes de 13-15 ans sur 10 ont déjà expérimenté le cannabis sur l'île. Les garçons sont plus fréquemment concernés, quelle que soit la fréquence d'usage.

Avec les résultats de l'étude de l'Espad, la politique répressive de l'ancien gouvernement français en matière de lutte contre la toxicomanie est remise en question. On attend maintenant de savoir quelle sera la méthode utilisée par le nouveau gouvernement dans ce domaine.

On se souvient que pendant la campagne électorale à la présidentielle, le candidat François Hollande avait réaffirmé son attachement à la notion d'interdit. Il avait notamment refusé la proposition de son conseiller à la sécurité, François Rebsamen, qui suggérait de punir la consommation de cannabis d'une simple contravention au lieu de la peine maximale d'un an de prison prévue par la loi de 1970.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, reste lui opposé à la légalisation et la dépénalisation du cannabis et devrait maintenir le cap de l'interdit, malgré certaines propositions d'assouplissement émanant du parti socialiste.

A La Réunion, rappelons que les candidats d'Europe Ecologie les Verts se sont eux positionnés en faveur de la mise en place d'une filière chanvre-zamal "à vocation thérapeutique" dans l'île, "dans un cadre juridique bien précis". Quant à la dépendance, Bertrand Grondin, candidat dans la 4e circonscription, estimait que "dire que la dépénalisation va rendre shooté l'ensemble de la population est un faux débat"."Dépénaliser, c'est stopper les trafics, notamment en région parisienne. Mais c'est aussi mieux protéger les enfants. À partir du moment où cela est encadré, les adultes sauront où s'en procurer. Il faut arrêter l'hypocrisie. Nous voulons ouvrir le débat", a souligné pour sa part Jean-Alain Cadet, candidat dans la 3e circonscription.

   

1 Commentaire(s)

Mokentol, Posté
A fond pour la légalisation du zamal ! on sera tous défoncé après ça, génial...