Troubles armés à Madagascar - Fermeture de l'aéroport d'Antananarivo (actualisé à 19h40) :

Mutinerie dans une base militaire: au moins deux morts


Publié / Actualisé
Ce dimanche 22 juillet 2012 au matin, des tirs ont été entendu en provenance d'un camp militaire proche de l'aéroport international d'Antananarivo à Madagascar. Selon l'Agence France Presse (AFP), des sources ont indiqué à un de ses correspondants sur place "qu'il s'agissait d'une mutinerie au sein du régiment des forces d'intervention (RFI) et de la base aéronavale d'Antananarivo (Bani)". Deux militaires seraient décédés et un autre blessé. À noter que tous les vols à l'aéroport international d'Antananarivo ont été suspendus. Dans un communiqué, la préfecture de La Réunion conseille aux personnes devant se rendre dans la Grande Ile ce lundi 23 juillet de se mettre en contact avec leur compagnie aérienne.
Ce dimanche 22 juillet 2012 au matin, des tirs ont été entendu en provenance d'un camp militaire proche de l'aéroport international d'Antananarivo à Madagascar. Selon l'Agence France Presse (AFP), des sources ont indiqué à un de ses correspondants sur place "qu'il s'agissait d'une mutinerie au sein du régiment des forces d'intervention (RFI) et de la base aéronavale d'Antananarivo (Bani)". Deux militaires seraient décédés et un autre blessé. À noter que tous les vols à l'aéroport international d'Antananarivo ont été suspendus. Dans un communiqué, la préfecture de La Réunion conseille aux personnes devant se rendre dans la Grande Ile ce lundi 23 juillet de se mettre en contact avec leur compagnie aérienne.
Ce sont plus précisément à partir de 6 heures locales près de l'aéroport international d'Ivato que les tirs ont été entendus avant de cesser peu avant 10 heures locales, a constaté l'AFP.

Le général Richard Ravalomanana, commandant de la circonscription régional de la gendarmerie d'Antananarivo, a alors rapporté à L'Express de Madagascar que "des intrus auraient fait irruption dans la caserne du 1er RFI à Ivato" et qu'il "semblerait que ces hommes, armés, dominent actuellement le camp".

"Ce matin, il y a eu effectivement une mutinerie fomentée par quelques éléments. Le chef d'Etat-major a pris les choses en main", a, pour sa part, indiqué à l'AFP le ministre des Forces Armée, André Lucien Rakotoarimasy, avant de souligner: "c'est en cours, on ne sait rien pour le moment de ce qu'ils veulent".

Dans l'après-midi, selon le site du collectif Gasy Tia Tanindrazana, des échanges de tir ont commencé à l'intérieur de la caserne du RFI et se sont intensifiés.

Un capitaine serait décédé, ainsi qu'une jeune recrue, tandis qu'un sergent serait blessé, rapporte toujours le collectif. 46 gendarmes ont également été évacués.

Par ailleurs, tous les vols ont été suspendus à l'aéroport international d'Antananarivo. Dans un communiqué, la préfecture de La Réunion indique que des vols provenant d'Afrique du Sud ou de la métropole ont été annulés ou retardés, tandis qu'aucun vol en provenance de Madagascar n'atterrira ce jour à l'aéroport Roland Garros.

"Pour ce qui concerne les vols en partance de La Réunion, celui de la compagnie Air Austral UU 611 parti ce matin a dû faire demi-tour, et est revenu vers 13h00 à Gillot. Il n'y aura pas d'autre vol d'ici la fin de journée", ajoute la préfecture, qui conseille ensuite "aux personnes devant se rendre à Madagascar lundi 23 juillet de se mettre en contact avec leur compagnie aérienne".

Selon une source diplomatique citée par France Info, cette mutinerie sonne comme une tentative d'impressionner la communauté internationale et perturber la rencontre prévue entre Andry Rajoelina, président du régime de Transition, et Marc Ravalomanana, l'ex président renversé en 2009 par ce dernier. Une hypothèse qui n'a pas été confirmée à ce jour. Les mutins n'ont revendiqué aucune cause ni publié de déclarations.

Depuis à l'exil en Afrique du Sud en 2009 de Marc Ravalomanana, les grèves ne cessent de se multiplier et des manifestations contre le régime de Transition en place ont vu le jour. En novembre 2010 une tentative de coup d'État avait eu lieu, débutant par une mutinerie sur la même base aéronavale d'Ivato. Le pays traverse une crise sans précédent.

Le retour et la plausible participation de l'ex-président à la future élection présidentielle représentent une entrave à la résolution de la crise. Les deux principaux acteurs de la crise malgache, l'ex-président Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, président actuel du régime de Transition, doivent se rencontrer pour entamer des négociations au sommet ce mercredi, note Franc eInfo. Les médiateurs de l'Afrique australe espèrent qu'elle sera décisive pour sortir de l'impasse.

   

1 Commentaire(s)

Pat, Posté
Et bien je suis très deçu, je voulais partir a Madagascar fin septembre !! ces histoires ne finiront jamais, dommage j'adore le pays.