Conflit entre Arhès et la SIDR :

Thierry Robert : "Je viens pour m'informer"


Publié / Actualisé
Le député Thierry Robert est arrivé au siège de la SIDR à Saint-Denis ce vendredi 7 septembre 2012 aux alentours de 16 heures. Il a confirmé qu'il était venu là pour s'informer de la situation. Après s'être entretenu au téléphone avec le directeur de la SIDR, il souhaite connaître la version d'André Bigot, le gérant du groupe Arhès, qui a investi la SIDR en compagnie d'une partie de ses salariés depuis ce jeudi 6 septembre. Pour rappel, André Bigot demande à la SIDR un rééchelonnement des paiements sur deux opérations de logements sociaux en cours dans le Sud de l'île. Il a entamé une grève de la faim, ainsi que quatre autres personnes. 116 emplois sont menacés.
Le député Thierry Robert est arrivé au siège de la SIDR à Saint-Denis ce vendredi 7 septembre 2012 aux alentours de 16 heures. Il a confirmé qu'il était venu là pour s'informer de la situation. Après s'être entretenu au téléphone avec le directeur de la SIDR, il souhaite connaître la version d'André Bigot, le gérant du groupe Arhès, qui a investi la SIDR en compagnie d'une partie de ses salariés depuis ce jeudi 6 septembre. Pour rappel, André Bigot demande à la SIDR un rééchelonnement des paiements sur deux opérations de logements sociaux en cours dans le Sud de l'île. Il a entamé une grève de la faim, ainsi que quatre autres personnes. 116 emplois sont menacés.

Ce mardi 11 septembre, le groupe Arhès, placé en sauvegarde, sera devant le tribunal de commerce de Saint-Pierre. Le groupe risque le redressement judiciaire ou la liquidation.

Si la SIDR accepte de verser 536 000 euros à Arhès pour la rétrocession du chantier de la Plaine des Palmistes, et que la situation se débloque concernant le rééchelonnement des paiements sur les deux opérations du Sud, ce serait une façon de sécuriser le groupe. Un bon signe, en vue de l'enjeu de ce mardi 11 septembre. Mais si la SIDR persiste à refuser le rééchelonnement, cela serait mauvais signe pour Arhès. C’est ce qu’explique André Bigot à Thierry Robert. 116 emplois sont menacés.

www.ipreunion.com

 

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !