Enquête de l'Insee :

Moins de 2% d'immigrés à La Réunion


Publié / Actualisé
Avec 15 000 personnes, La Réunion est une des régions françaises où la population immigrée est la moins nombreuse, note l'Insee (institut national de la statistique et des études économiques) dans sa dernière enquête. Les trois quarts des immigrés vivant à La Réunion viennent du sud-ouest de l'océan Indien. Cette immigration est concentrée aux âges actifs et les femmes y sont plus nombreuses. Les caractéristiques de cette population (situation familiale, niveau de diplôme et taux d'activité) sont proches des standards réunionnais. En revanche, les immigrés actifs occupent plus souvent des emplois qualifiés. L'Insee indique aussi que la mixité des couples prédomine et semble être un facteur d'intégration.
Avec 15 000 personnes, La Réunion est une des régions françaises où la population immigrée est la moins nombreuse, note l'Insee (institut national de la statistique et des études économiques) dans sa dernière enquête. Les trois quarts des immigrés vivant à La Réunion viennent du sud-ouest de l'océan Indien. Cette immigration est concentrée aux âges actifs et les femmes y sont plus nombreuses. Les caractéristiques de cette population (situation familiale, niveau de diplôme et taux d'activité) sont proches des standards réunionnais. En revanche, les immigrés actifs occupent plus souvent des emplois qualifiés. L'Insee indique aussi que la mixité des couples prédomine et semble être un facteur d'intégration.

Avec 15 000 personnes, la population immigrée ne représente que 1,8 % des Réunionnais en 2009, beaucoup moins qu’en France métropolitaine. Les immigrés viennent principalement de Madagascar, suivi de Maurice, puis des Comores, indique l’Insee. Actuellement, 62 % ont acquis la nationalité française et 40 % d’entre eux vivent à Saint-Denis.

L’Insee note que 60 % des immigrés sont des femmes et la plupart ont plus de 25 ans. Les immigrants sont rarement accompagnés d’enfants et ceux nés sur place ne sont pas considérés comme immigrés. Par contre, la proportion de " gramounes " est comparable à celle des autres Réunionnais.

A noter également que la grande majorité des familles d’immigrés ont adopté les standards réunionnais en terme de fécondité. En effet, 83 % de ces familles ont moins de 3 enfants.

Les hommes ou les femmes immigrés ont choisi majoritairement un ou une compagne non immigré(e), précise l'Insee.

Avec un taux d’activité de 65 %, les immigrés se portent sur le marché du travail comme l’ensemble de la population réunionnaise (66 %). En revanche, ils accèdent moins souvent à un emploi et se retrouvent plus souvent au chômage, souligne l’Insee. Mais lorsqu’ils travaillent, ils occupent des emplois plus qualifiés. Les chefs d’entreprises, artisans commerçants, les cadres et professions intellectuelles supérieures sont en effet plus nombreux chez les immigrés actifs que dans la moyenne des Réunionnais.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !