INSEE - Innovation des entreprises :

Les handicaps "partiellement surmontés"


Publié / Actualisé
Entre 2008 et 2010, 53% des PME (petites et moyennes entreprises) réunionnaises de l'industrie et des services ont innové. Et malgré des handicaps structurels, à savoir l'étroitesse du marché, des entreprises de petite taille et secteurs d'activité peu innovants, la dynamique locale dans l'industrie compense les obstacles. C'est ce qui ressort de l'enquête sur les innovations des entreprises réalisée à La Réunion en 2010 par l'Insee (institut national de la statistique et des études économiques), en partenariat avec l'agence française de développement (AFD) et la Région Réunion. Une enquête, dont les grandes lignes ont été dévoilées ce mercredi 24 octobre 2012.
Entre 2008 et 2010, 53% des PME (petites et moyennes entreprises) réunionnaises de l'industrie et des services ont innové. Et malgré des handicaps structurels, à savoir l'étroitesse du marché, des entreprises de petite taille et secteurs d'activité peu innovants, la dynamique locale dans l'industrie compense les obstacles. C'est ce qui ressort de l'enquête sur les innovations des entreprises réalisée à La Réunion en 2010 par l'Insee (institut national de la statistique et des études économiques), en partenariat avec l'agence française de développement (AFD) et la Région Réunion. Une enquête, dont les grandes lignes ont été dévoilées ce mercredi 24 octobre 2012.

Ainsi, l’innovation, "qui s’entend comme la mise en oeuvre d’une idée nouvelle sur un marché ou au sein de l’entreprise", est particulièrement développée en organisation et en marketing. Dans l’île, ce sont les entreprises de 20 à 50 salariés qui en sont les moteurs, leur taux d’innovation (64 %) étant supérieur de 10 points à celui de métropole.

Selon cette enquête, "l’innovation technologique, dédiée aux produits ou aux procédés de production, peine à se développer, plus fortement encore dans les services que dans l’industrie". En effet, 27% des entreprises de 10 à 250 salariés innovent technologiquement contre 34 % en métropole. La Réunion pâtit notamment d’un déficit d’encadrement supérieur et d’emplois spécifiques liés à la conception-recherche.

L’enquête note également que "les activités de recherche et développement sont beaucoup moins répandues qu’en métropole". "La coopération inter-entreprise ou avec le monde de la recherche (mise en réseau), bien que déjà en place, pourrait être renforcée", souligne-t-elle.

Enfin, l’enquête met en évidence que "les principaux freins à l’innovation sont ceux liés aux coûts et à la connaissance, à savoir, le manque de personnel qualifié, des difficultés à trouver des partenaires de marchés". Des freins "nettement plus prégnants à La Réunion".

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !