Séminaire dédié à la gestion du risque requin :

Pour les Irreverseables, "le lobby pro-requin a réussi son coup"


Publié / Actualisé
Dans un courrier des lecteurs transmis ce mercredi 24 octobre 2012, les Irreverseables reviennent sur le séminaire dédié à la gestion du risque requin qui s'est déroulé à La Réunion les 10 et 11 octobre dernier. Les Irreverseables estiment que "le lobby pro-requin a réussi son coup". Nous publions ci-dessous leur courrier.
Dans un courrier des lecteurs transmis ce mercredi 24 octobre 2012, les Irreverseables reviennent sur le séminaire dédié à la gestion du risque requin qui s'est déroulé à La Réunion les 10 et 11 octobre dernier. Les Irreverseables estiment que "le lobby pro-requin a réussi son coup". Nous publions ci-dessous leur courrier.

"Le 10 et 11 octobre 2012, lors du séminaire organisé par la Région pour présenter les résultats du bureau d’études Biotope, mandaté pour étudier les dispositifs de gestion du risque requin dans le monde, nous avons fait la connaissance de l’américain Christopher Neff, qui travaille à Sydney et le réunionnais Mickael Hoarau qui travaille à la ville du Cap en Afrique du Sud.

Ces 2 personnes nous ont été présentées comme des “experts” en gestion du risque requin. Mais regardons de plus prés ces 2 “experts” :

Mr Christopher Neff, d’origine américaine, est fasciné dés son plus jeune âge par 2 choses : la politique et les requins. Il étudie les sciences politiques. A 23 ans, il devient aide-de-camp du sénateur John Warner en Virginie, et fait aussi du bénévolat pour le sénateur John McClain.

En 2002, il est le 1er lobbyiste à temps plein aux Etats-Unis, au nom des Services members Legal Defense Networks, faisant campagne jusqu’en 2006 pour l’abrogation de la loi "Don’t Ask, Don’t Tell", qui exige le retrait de l’armée US des militaires ouvertement déclarés homosexuels.

En 2007, changement de cap, il se rend à Sydney où il devient le 1er étudiant en doctorat au monde à travailler sur la politique d’attaque de requins.

Il devient par la suite membre actif de la fondation "Save our Seas", dans "la media team" de la fondation. Cette fondation est "déterminée à protéger nos océans en finançant la recherche, l’éducation, la sensibilisation et des projets de conservation en se concentrant sur les principales menaces pour l’environnement marin".

Elle a commencé en finançant 5 projets, et en moins de 10 ans, elle s’est si bien développée qu’elle finance aujourd’hui 150 projets à travers le monde, avec 1 attention particulière sur la compréhension et la protection des requins !

Et parmi ces 150 projets se trouve…le Shark Spotting Program, dont Mickael Hoarau est venu en porte-parole !

Lors de ce séminaire, nous avons donc eu 1 lobbyiste, membre actif de l’équipe chargé des relations média de la Fondation "Save Our Oceans", qui milite pour la protection des requins et 1 employé du programme financé au Cap par cette même fondation !

2 prétendus "experts" directement ou indirectement reliés à cette fondation de protection des requins, simple coïncidence ?

 En tous cas, je suis sûr que ni La Région, ni le bureau d'études Biotope n'était au courant de la "supercherie". Ce sont tous les réunionnais qui ont été dupés !

Ce qui est sûr, c'est qu' il ne faut pas s’étonner du prix exorbitant à la sortie de ce séminaire.

Le prix annoncé par Biotope à la fin du séminaire n’est pas celui de la protection de l’homme vis-à-vis du requin, peu coûteuse mais qui ne garantit pas le risque zéro de chaque côté. Il s’agit du prix à payer pour protéger uniquement et à 100% le requin vis-à-vis de l’homme, et la facture est plus que salée !"

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !