Cour d'appel - Affaire Étang Sale (actualisé à 14h) :

5 ans d'inéligibilité et 4 mois de prison ferme requis contre Claude Hoarau


Publié / Actualisé
Claude Hoarau comparait depuis ce jeudi 8 novembre 2012 au matin devant la cour d'appel de Saint-Denis. Condamné le 13 octobre 2011 à deux ans d'inéligibilité pour prise illégale d'intérêts et promesses d'embauche durant les municipales, le maire de Saint-Louis avait fait appel du jugement de première instance. En début d'après-midi, l'avocat général a requis 5 ans d'inéligibilité et 4 mois de prison ferme pour l'affaire Etang Sale. Claude Hoarau sera fixé sur son sort le 13 décembre prochain.
Claude Hoarau comparait depuis ce jeudi 8 novembre 2012 au matin devant la cour d'appel de Saint-Denis. Condamné le 13 octobre 2011 à deux ans d'inéligibilité pour prise illégale d'intérêts et promesses d'embauche durant les municipales, le maire de Saint-Louis avait fait appel du jugement de première instance. En début d'après-midi, l'avocat général a requis 5 ans d'inéligibilité et 4 mois de prison ferme pour l'affaire Etang Sale. Claude Hoarau sera fixé sur son sort le 13 décembre prochain.

Renvoyé une première fois en juin dernier, le procès en appel de ce jeudi s’annonce décisif. Claude Hoarau joue, en effet, son avenir politique puisqu’il pourrait perdre son fauteuil de maire. À noter que ce matin, son fils, Fabrice Hoarau, et quelques proches militants, ont fait le déplacement.

Pour rappel, le maire de Saint-Louis est poursuivi pour prise illégale d’intérêts et de promesses d’embauches. Deux dossiers sont examinés ce jeudi. Le premier est celui de Sabrina Etangsale, militante de Cyrille Hamilcaro et membre d'une association de défense des femmes à Saint-Louis. Elle accusait Claude Hoarau de lui avoir proposé un emploi en échange de son soutien pour les élections municipales partielles de 2009. Enregistrement téléphonique à l'appui, elle avait porté plainte contre l'élu communiste pour tentative de corruption.

Le second dossier remonte en 2008. Avant le second tour des municipales, un accord aurait été passé entre Krishna Badamia, candidat aux élections et Claude Hoarau. Selon cet accord, Krishna Badamia se désistait en faveur de Claude Hoarau. En échange, le candidat communiste s'engageait à embaucher des proches de Krishna Badamia en cas de victoire. C'est sur la base de ce document que les juges du Conseil d'Etat avaient alors annulé l'élection (voir aussi article "Au fil du procès").

 

   

Mots clés :

    3 Commentaire(s)

    Leboug, depuis son mobile, Posté
    Bonjour Claude Hoarau n'est pas un saint mais la il paye cash pour tout les autres on va voir bientot comment les juges vont se comportes pour hamilcaro
    GERARD97460, Posté
    Il faut un grand nettoyage à la Réunion parmi les politiques, je vous assure qu'il ne restera pas grand monde des politiques actuels qui sont en poste dans notre belle Île qui commence depuis un bon moment à sentir mauvais de droite comme de gauche. Mais il faut leur enlever le droit de pouvoir se représenter à des élections après une condamnation.. Cela servira d'exemple certain pour les suivants. A bon entendeur salut... Un créole depuis le TOGO.....
    Max, depuis son mobile, Posté
    Claude mi aim a ou