Saint-Denis - 2 000 personnes défilent contre le mariage pour tous :

"On est tolérant mais il ne faut pas exagérer"


Publié / Actualisé
À l'appel du collectif réunionnais "Tous pour le mariage homme-femme", ils sont environ 2 000 personnes, 4 000 selon l'évêque de La Réunion, Gilbert Aubry, à défiler dans les rues de Saint-Denis ce dimanche 9 décembre 2012. Les organisateurs attendaient 5 000 personnes. Au son de "On est tolérant, mais il ne faut pas exagérer", les participants, tous ou presque de blancs vêtus, sont partis du Jardin de l'État pour rejoindre le Barachois. Dans le cortège beaucoup de familles mais aussi des personnalités, à l'image de Monseigneur Gibert Aubry, Stéphane Fouassin, maire de Salazie, Serge Camatchy, conseiller régional, René-Paul Victoria, Jean-Jacques Morel, Gino Ponin-Ballom ou encore Joseph Sinimalé. Le collectif "Tous pour le mariage homme-femme" réclame le retrait pur et simple du projet de loi du gouvernement, visant à ouvrir le mariage et l'adoption aux couples de même sexe. Une motion a été déposée en préfecture
À l'appel du collectif réunionnais "Tous pour le mariage homme-femme", ils sont environ 2 000 personnes, 4 000 selon l'évêque de La Réunion, Gilbert Aubry, à défiler dans les rues de Saint-Denis ce dimanche 9 décembre 2012. Les organisateurs attendaient 5 000 personnes. Au son de "On est tolérant, mais il ne faut pas exagérer", les participants, tous ou presque de blancs vêtus, sont partis du Jardin de l'État pour rejoindre le Barachois. Dans le cortège beaucoup de familles mais aussi des personnalités, à l'image de Monseigneur Gibert Aubry, Stéphane Fouassin, maire de Salazie, Serge Camatchy, conseiller régional, René-Paul Victoria, Jean-Jacques Morel, Gino Ponin-Ballom ou encore Joseph Sinimalé. Le collectif "Tous pour le mariage homme-femme" réclame le retrait pur et simple du projet de loi du gouvernement, visant à ouvrir le mariage et l'adoption aux couples de même sexe. Une motion a été déposée en préfecture

Tous ou presque vêtus de blanc, les participants ont pris le départ du Jardin de l’État à Saint-Denis vers 9 heures 30. Le cortège de plusieurs milliers de personnes a ensuite sillonné la rue de Paris pour se rendre au Barachois. Dans le cortège, beaucoup de familles, venues accompagner de leurs enfants. Elles sont munis de banderoles et de pancartes, où sont, entre autres, inscrits, "Moman, Papa sa mêm la vérité", "sans filiation, pas de racines" ou encore "s'aimer donne la vie".

De nombreuses personnalités ont également le déplacement. Parmi elles, l’ancien député-maire UMP de Saint-Denis René-Paul Victoria, le maire de Salazie Stéphane Fouassin, le conseiller régional Serge Camatchy, Jean-Jacques Morel, Gino Ponin-Ballom, Joseph Sinimalé, mais aussi Idriss Issop Banian, membre du groupe de dialogue interreligieux, qui se dit présent "à titre personnel" et l'évêque de La Réunion, Monseigneur Gilbert Aubry, qui affirme que "tout ce qui est légal n'est pas forcément moral". Présente également, la présidente du conseil général, Nassimah Dindar, note qu'on crée "un foutoir législatif".

Pour rappel, le collectif tous pour le mariage homme-femme est à l'initiative de la manifestation. Regroupant des personnes de tous les horizons politiques, de toutes les religions et de toutes les philosophies, il déplore la précipitation avec laquelle la réforme de ce projet de loi est menée. En effet, pour les membres de ce groupement, "l’union de deux personnes du même sexe ne peut être située sur le même plan que le mariage d’un homme et d’une femme". Ces derniers prônent également que "le devenir de la société ne peut s’envisager que de manière intergénérationnelle par le rayonnement de l’amour au quotidien et par la transmission de la vie".

Ils demandent que "le statut du mariage tel que présenté dans le code civil, soit préservé et conforté" et que la "transmission humaine de la vie par l’homme et la femme d’un même couple soit préservée". "Nous nous sentons investi d’une responsabilité d’éclairer l’opinion publique sur les enjeux de ce projet de loi. Nous sommes également convaincus que les valeurs que nous défendons sont justes. Peu importe, ce que pensent les gens", expliquait alors Clément Ah-Line, président du collectif, lors d’un point presse le samedi 1er décembre.

À noter que cette mobilisation se tient le jour du 107ème anniversaire de la séparation de l'Église et de l'État.

www.ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Zen zak, Posté
Nous comprenons mieux c'est qui que le FN recrute à la Réunion. Merci Monsieur Aubry pour le coup de pouce politique.
Eve, Posté
Génial ce slogan "on est tolérant, mais il ne faut pas exagérer" ! Il exprime bien la volonté de ces personnes d'imposer aux autres leurs propres choix. "On est tolérant" : cela fait longtemps que cette notion de tolérance a montré ses limites, exprimant plus un sentiment de supériorité vis-à-vis de celles et ceux dont on ne partage pas les idées. La volonté de comprendre et surtout le RESPECT seraient plus nobles. Et puis, "il ne faut pas exagérer" : c'est presque de l'infantilisation, on croirait entendre un papa et une maman parler à son marmay. Enfin, faut-il rappeler qu'il s'agit du mariage civil qui est distinct du mariage religieux. Là encore, RESPECT, svp ! Sinon, on aurait bien envie de retourner ce slogan des manifestants aux "chefs" religieux en leur demandant de ne pas exagérer et de tout confondre.
LB, Posté
Pique nique entre homophobes !