Trois ans après la mort d'un lycéen sur le chemin des Anglais (actualisé à 12 heures 05) :

Ils ont marché en mémoire d'Aafifoudine


Publié / Actualisé
Le 30 avril 2010, le lycéen, Aafifoudine Aboudou, trouvait la mort lors d'une course de montagne comptant pour le bac. Trois ans après, les circonstances de son décès ne sont toujours pas établies. Dans le cadre de la commémoration de la mémoire du jeune homme, la famille et l'Association pour la Vérité et Justice pour Aafifoudine (AJVA) se mobilisent. Elles ont organisé, ce dimanche 5 mai 2013, une randonnée blanche au lieu-dit "Chemin des Anglais". Selon Radio Festival, ils étaient plus d'une centaine de personnes à marcher en hommage à Aafifoudine. Une plaque commémorative a aussi été inaugurée. "Le chagrin est toujours présent car nous n'avons pas trouvé la vérité. Nous voulons savoir pour pouvoir faire le deuil", a indiqué M'Kaya Ali, membre de l'association, à Radio Festival. À noter que la famille lance un appel à témoin.
Le 30 avril 2010, le lycéen, Aafifoudine Aboudou, trouvait la mort lors d'une course de montagne comptant pour le bac. Trois ans après, les circonstances de son décès ne sont toujours pas établies. Dans le cadre de la commémoration de la mémoire du jeune homme, la famille et l'Association pour la Vérité et Justice pour Aafifoudine (AJVA) se mobilisent. Elles ont organisé, ce dimanche 5 mai 2013, une randonnée blanche au lieu-dit "Chemin des Anglais". Selon Radio Festival, ils étaient plus d'une centaine de personnes à marcher en hommage à Aafifoudine. Une plaque commémorative a aussi été inaugurée. "Le chagrin est toujours présent car nous n'avons pas trouvé la vérité. Nous voulons savoir pour pouvoir faire le deuil", a indiqué M'Kaya Ali, membre de l'association, à Radio Festival. À noter que la famille lance un appel à témoin.

Pendant cette épreuve sportive du 30 avril 2010, Aafifoudine Aboudou se serait éloigné du sentier des Anglais, entre la Possession et la Grande Chaloupe. Son corps avait été retrouvé au pied de la falaise de la route du littoral quelques jours plus tard.

Si dans un premier temps, plusieurs hypothèses ont été émises, notamment le suicide et la fugue, trois ans après, l’enquête sur sa mort n’a toujours pas évolué. La thèse de la perte d’orientation a aussi été privilégiée. Une explication qui ne convient pas à la famille et à l’AJVA. "Aafifoudine connaissait bien le sentier. Il avait fait des repérages. Cette thèse est une insulte", affirme M’Kaya Ali.

Aussi, c’est pour honorer la mémoire du jeune homme qu’une randonnée blanche a été organisée ce dimanche au lieu-dit Chemin des Anglais. Une randonnée qui a rassemblé plus d'une centaine de participants, selon Radio Festival. À travers cette action, l’AJVA et la famille souhaitent lancer un message, celui qu’elles ne lâcheront rien.

Ces dernières estiment, en effet, que certaines zones d’ombre demeurent toujours autour de l’affaire. "Nos avocats se sont battus pour la réouverture du dossier, fermé en décembre 2012. Ils estiment que certaines preuves n’ont pas été assez étudiées", explique la membre de l’association. Elle souligne également qu’un appel à témoin sera relancé.

La famille et l’AJVA se disent prêtes à se battre jusqu’à ce que "la vérité éclate".

À noter qu’une plaque commémorative pour Aafifoudine sera également inaugurée ce dimanche à environ un kilomètre du départ de la randonnée. Là où le jeune homme aurait quitté le chemin principal pour aller se perdre au pied de la falaise…

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !