Grève à la Sermat - Nouvelle médiation ce jeudi entre direction et grévistes :

Les camions frigorifiques autorisés à sortir de l'enceinte portuaire


Publié / Actualisé
Conformément à leur annonce hier mardi, les dockers de la Sermat ont autorisé les camions frigorifiques transportant les denrées périssables à sortir de l'enceinte portuaire ce mercredi 15 mai 2013. Le ballet des camions a, en effet, démarré tôt ce matin. "Nous n'avons qu'une seule parole. Nous ne voulons pas bloquer l'économie réunionnaise", a déclaré Danio Ricquebourg, délégué syndical CGTR Sermat. Selon lui, la balle est maintenant dans le camp du patronat. Par ailleurs, la grève continue. Après l'échec des discussions ce mardi, une réunion de médiation est prévue demain jeudi. La direction du travail a fait deux propositions aux deux parties : une expérimentation, sur une année, d'un service partiellement internalisé à la Sermat concernant 12 des 18 chariots cavaliers et la communication de documents ainsi qu'une consultation du comité d'entreprise.
Conformément à leur annonce hier mardi, les dockers de la Sermat ont autorisé les camions frigorifiques transportant les denrées périssables à sortir de l'enceinte portuaire ce mercredi 15 mai 2013. Le ballet des camions a, en effet, démarré tôt ce matin. "Nous n'avons qu'une seule parole. Nous ne voulons pas bloquer l'économie réunionnaise", a déclaré Danio Ricquebourg, délégué syndical CGTR Sermat. Selon lui, la balle est maintenant dans le camp du patronat. Par ailleurs, la grève continue. Après l'échec des discussions ce mardi, une réunion de médiation est prévue demain jeudi. La direction du travail a fait deux propositions aux deux parties : une expérimentation, sur une année, d'un service partiellement internalisé à la Sermat concernant 12 des 18 chariots cavaliers et la communication de documents ainsi qu'une consultation du comité d'entreprise.

Pour Danio Ricquebourg, il s’agissait, ce matin, de montrer que les grévistes n’ont qu’une seule parole. Alors que plus d’un millier de conteneurs est en souffrance sur les quais du Port-Est, ces derniers ont décidé de mettre fin au blocage des denrées périssables, comme annoncé hier mardi. "Nous ne voulons pas bloquer l’économie réunionnaise", a-t-il affirmé.

Par ailleurs, le syndicaliste a annoncé qu’une nouvelle réunion de médiation aura lieu ce jeudi 16 mai. L’occasion pour les deux parties de se mettre d’accord sur plusieurs propositions formulées par la direction du travail. Des propositions qui ont été lues à l’ensemble des dockers rassemblés devant l’enceinte portuaire.

La direction du travail préconise notamment la mise en place rapide d’une expérimentation pour un service internalisé à la Sermat concernant 12 des 18 chariots cavaliers. Une expérimentation jusqu’en septembre 2014. Selon la direction du travail, le GIE Sermat emploie 8 salariés, qui sont détachés auprès de la société SRMP afin d’assurer la maintenance des chariots cavaliers. Ces agents sont encadrés par des salariés de cette société, assurant le lien technique avec Kalmar. 

Concernant les six autres chariots, dont quatre appartenant au GIE et deux à SOMACOM et SGM, la maintenance continuerait à être réalisée par en externe par SRMP/DMP avec ou sans une mise à disposition des 8 salariés de Sermat, précise la direction du travail.

Cette proposition, indique-t-elle, permettrait de "faire vivre les deux systèmes en parallèle pour mieux les évaluer, - après un an d’expérimentation -, par une mission d’expertise indépendante". Il s’agira "d’orienter les décisions de continuation de l’internalisation ou de son remplacement par une externalisation assurée par un prestataire existant ou à créer", l’État apportant son "appui financier aux besoins de formation si nécessaire".

Autre proposition : la mise en place immédiate d’un processus d’information-consultation des instances représentatives du personnel sur l’activité du GIE et ses conséquences sur l’emploi, - pouvant aller jusqu’à la réduction des effectifs -, sur les autres services de Sermat.

La direction du travail insiste également sur la nécessité de renouer le dialogue social  de "manière constructive". Un dialogue, qu’elle estime, "actuellement extrêmement dégradée", avant de constater qu’un "travail spécifique doit être mené  afin de restaurer les bases d’un minimum de confiance entre les deux parties.

La direction du travail remarque également que le traitement de la restructuration, du fait d’une activité insuffisante, avancée par le GIE Sermat relève des compétences du comité d’entreprise. Et ce, "sous la forme d’une information-consultation obligatoire et formalisée". "Les documents permettant une consultation réelle et loyale doivent être communiqués au comité d’entreprise, y compris ceux permettant la compréhension globale du fonctionnement du GIE", termine-t-elle.

Pour rappel, hier mardi, la réunion de négociations entre la direction du GIE Sermat et les dockers a été vaine. Aucune solution n'a été trouvée à l'issue de plus d'une heure de discussions. Les deux parties campent sur leur position. Le patronat maintient son plan social portant sur le licenciement de 19 salariés et le transfert du personnel restant au sein d'une autre société. La CGTR est opposée à ces deux décisions et réclame une mise à plat des comptes afin de vérifier la réalité des difficultés financières du GIE Sermat.

www.ipreunion.com

 

   

Mots clés :

    1 Commentaire(s)

    Sanita, Posté
    est-ce que les salariés vont etre payés