Un couple de quincailler s'insurge contre une situation de monopole (Actualisé à 10 heures 45) :

L'entreprise Jardi Price va attaquer l'URCOOPA en justice


Publié / Actualisé
La réunion entre la direction de l'URCOOPA et le couple qui dirige l'entreprise Jardi Price n'a rien donné ce lundi 3 juin 2013. Selon les quincaillers, la direction campe sur sa position. Ces derniers ont donc décidé d'attaquer la coopérative en justice pour refus de vente et pressions sur les fournisseurs. "On voulait trouver un arrangement pour essayer de sauver notre société mais eux, ils s'en foutent", déplore Yohann Amourdom, propriétaire de l'entreprise.
La réunion entre la direction de l'URCOOPA et le couple qui dirige l'entreprise Jardi Price n'a rien donné ce lundi 3 juin 2013. Selon les quincaillers, la direction campe sur sa position. Ces derniers ont donc décidé d'attaquer la coopérative en justice pour refus de vente et pressions sur les fournisseurs. "On voulait trouver un arrangement pour essayer de sauver notre société mais eux, ils s'en foutent", déplore Yohann Amourdom, propriétaire de l'entreprise.

"La direction ne veut rien entendre. J’ai demandé un dédommagement et un meilleur prix mais elle ne veut pas", a lancé Yohann Amourdom, à l’issue de son entretien avec la direction de l’Urcoopa. Urcoopa qui, selon lui, "s’en fout".

Résigné, le propriétaire de l’entreprise a affirmé que la situation est aujourd’hui "bloquée". Avec son épouse,  Sabrina, il a donc décidé d’attaquer la coopérative en justice pour refus de vente et pressions sur les fournisseurs. "Notre entreprise va mal. Nous n’avons pas d’aliments. Nous les recevons une fois par mois. Ce n’est pas facile et les clients sont très mécontents", a-t-il expliqué.

Ce dernier a aussi pointé du doigt le fait que, la semaine dernière, il a reçu des aliments avec des mites et des vers". "Je pense que l’Urcoopa fait exprès pour que les clients aillent voir ailleurs. Sans aliments, ce genre de magasins ne peut pas marcher", a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, Yohann Amourdom dit essayer de trouver d’autres solutions, comme l’importation. "Mais l’Urcoopa est une coopérative réunionnaise. Elle doit servir à La Réunion", a-t-il terminé.

À noter que les propriétaires des magasins Jardi Price ont reçu le soutien des membres du mouvement Rézistans'. Rassemblés devant les locaux de la coopérative à Cambaie (Saint-Paul) ce matin, ils exigaient la livraison des aliments. "Il y a clairement un harcèlement à l'encontre de ce couple", dénonçait, pour sa part, un transporteur indépendant.

Pour rappel, ce mercredi 29 mai, lors d’un point presse, Sabrina et Yohann Amourdom ont tiré la sonnette d’alarme sur leur situation. Depuis un an, leur entreprise souffre d'un problème d'approvisionnement avec son fournisseur, la coopérative Urcoopa, dont elle dénonce la situation de monopole.

"Ils ne veulent pas nous livrer correctement alors qu’ils n’ont pas de souci pour livrer les autres magasins. En fait ils veulent qu’on augmente nos prix, ce que je refuse car on a décidé d’avoir une politique de prix bas. Et comme ils sont en situation de monopole, ils refusent de nous livrer ", expliquait Yohann Amourdom.

www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !