Le député-maire de Saint-Leu lance un "camping citoyen" :

Thierry Robert va dormir devant la préfecture


Publié / Actualisé
En parallèle à la mobilisation au Barachois lancée par Samuel Mouen, le député-maire de Saint-Leu Thierry Robert a annoncé ce dimanche 28 juillet son intention de dormir devant la préfecture, dès ce soir. Un "camping citoyen et populaire" auquel il invite toute la population réunionnaise. "Je resterai là à condition que Samuel Mouen arrête sa grève de la faim, car je ne veux pas qu'il mette sa vie en danger", a-t-il toutefois précisé, annonçant également d'autres "mesures spectaculaires" à venir. De son côté, Samuel Mouen prendra la parole à 15 heures, alors que seules près de deux cents personnes sont encore rassemblées sur les lieux.
En parallèle à la mobilisation au Barachois lancée par Samuel Mouen, le député-maire de Saint-Leu Thierry Robert a annoncé ce dimanche 28 juillet son intention de dormir devant la préfecture, dès ce soir. Un "camping citoyen et populaire" auquel il invite toute la population réunionnaise. "Je resterai là à condition que Samuel Mouen arrête sa grève de la faim, car je ne veux pas qu'il mette sa vie en danger", a-t-il toutefois précisé, annonçant également d'autres "mesures spectaculaires" à venir. De son côté, Samuel Mouen prendra la parole à 15 heures, alors que seules près de deux cents personnes sont encore rassemblées sur les lieux.

"Je suis plus que jamais mobilisé ! Mais il ne faut pas se limiter à une seule journée, il faut que tous les Réunionnais se mobilisent", a lancé Thierry Robert dès le début de son intervention en direct sur Réunion 1re, aux alentours de 12h40, ce dimanche 28 juillet. "A partir de ce soir, je vais dormir devant la préfecture et j'invite tous les Réunionnais à me rejoindre pour un camping citoyen et populaire", a-t-il poursuivi.

A sa démarche, le député-maire de Saint-Leu a toutefois ajouté une condition : que Samuel Mouen et Philippe Régnier arrêtent leur grève de la faim, entamée le 15 juillet pour le premier, le dimanche 21 juillet pour le second. Dès la fin de son intervention, il s'est d'ailleurs rendu auprès du porte-parole des Indignés 974. "Sincèrement, il faut que tu arrêtes, ne mets pas ta vie en danger", l'a-t-il imploré.

Thierry Robert entend ainsi maintenir la pression sur le gouvernement. "Ce ne sont pas les élus qui vont décider du maintien du RSTA, mais l'Etat. Et bien son représentant aura un député devant ses fenêtres !", a-t-il déclamé, rappelant ses cinq chevaux de bataille : "Il n'y a pas que le RSTA, il y a la lutte contre la vie chère, la gouvernance avec la prise en compte de nos spécifités, les problèmes de la jeunesse, les problèmes de petites entreprises et la continuité territoriale."

"Ces problèmes-là peuvent être réglés rapidement", a-t-il précisé, évoquant par exemple l'idée d'un préfet réunionnais à La Réunion. "J'ai plusieurs noms à proposer", a-t-il confié.

Ce n'est pas la première fois que le député-maire de Saint-Leu mène ce genre d'action. On se souvient qu'il avait tenté de s'enfermer dans les jardins de la préfecture en septembre 2012 pour protester contre la supression des contrats aidés, avant d'être évacué manu militari. "On m'a pris une fois, on ne me prendra pas deux fois, je me suis préparé à toutes les éventualités", a-t-il glissé ce dimance dans un petit sourire, annonçant de "nouvelles mesures spectaculaires" pour la journée de ce lundi.

Thierry Robert a donc prévu de passer la nuit de ce dimanche devant la préfecture, avant de s'envoler lundi soir pour Paris. Il doit y rencontrer le ministre des Outre-mer Victorin Lurel le lendemain, mardi, afin de lui transmettre ses propositions pour La Réunion. Il sera de retour devant la préfecture dès le mardi soir.

wwww.ipreunion.com

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !