Répartition des sièges au TCO :

Huguette Bello menace de saisir le conseil d'État


Publié / Actualisé
Nouvel épisode dans l'affaire de répartition des sièges au TCO (territoire de la côte ouest) dans le cadre de la réforme des collectivités territoriales. Alors que le maire de Trois-Bassins, Roland Ramakistin s'est rallié aux villes de La Possession, du Port et de Saint-Leu, la députée-maire de Saint-Paul Huguette Bello a tenu ce jeudi 5 septembre 2013, lors d'un point presse, à réaffirmer qu'il n'y avait aucune volonté d'hégémonie dans la position de sa commune. Demandant une répartition avec un critère démographique, avec 32 sièges pour sa ville - le TCO en propose 20 -, cette dernière a pointé du doigt une "coalition politique pour faire échec à l'application de la loi et pour que Saint-Paul soit sous-représenté". "Nous voulons seulement donner à Saint-Paul ce qui lui revient. Nous irons jusqu'au bout car on veut punir les Saint-Paulois", martèle-t-elle. La députée-maire prévient : "si le préfet ne va pas dans notre sens, nous irons devant le conseil d'État".
Nouvel épisode dans l'affaire de répartition des sièges au TCO (territoire de la côte ouest) dans le cadre de la réforme des collectivités territoriales. Alors que le maire de Trois-Bassins, Roland Ramakistin s'est rallié aux villes de La Possession, du Port et de Saint-Leu, la députée-maire de Saint-Paul Huguette Bello a tenu ce jeudi 5 septembre 2013, lors d'un point presse, à réaffirmer qu'il n'y avait aucune volonté d'hégémonie dans la position de sa commune. Demandant une répartition avec un critère démographique, avec 32 sièges pour sa ville - le TCO en propose 20 -, cette dernière a pointé du doigt une "coalition politique pour faire échec à l'application de la loi et pour que Saint-Paul soit sous-représenté". "Nous voulons seulement donner à Saint-Paul ce qui lui revient. Nous irons jusqu'au bout car on veut punir les Saint-Paulois", martèle-t-elle. La députée-maire prévient : "si le préfet ne va pas dans notre sens, nous irons devant le conseil d'État".

La guerre des nerfs se poursuit au sein du TCO, où deux positions s’affrontent plus que jamais concernant la future représentation des délégués, qui seront élus pour la première fois au suffrage universel lors des prochaines élections municipales en 2014.

La direction de la collectivité, soutenue par les communes du Port, de Saint-Leu, de La Possession et donc désormais de Trois-Bassins prône le statu quo et le maintien de la situation en place depuis 2002, favorable notamment à la ville du Port. En face, la municipalité saint-pauloise, forte de ses 103 000 habitants, réclame l’application de critères démographiques, " ce qui est conforme à la lettre de la loi ", a rappelé Huguette Bello ce jeudi.

La députée-maire tenait ainsi à répondre à certaines critiques, ses adversaires au sein du TCO dénonçant une volonté d’hégémonie de la part de Saint-Paul, ses opposants au sein de son conseil municipal s’inquiétant de l’isolement de la commune suite à la défection du maire de Trois-Bassins.

" Notre volonté n’est nullement guidée par des motifs politiciens ou électoralistes mais uniquement par le souhait d’assurer à Saint-Paul la représentation qui lui revient au sein du TCO ", a ainsi souligné Huguette Bello. " La communauté d’agglomération a été créée en 2002, mais la situation a changé. Il faut tenir compte de l’évolution démographique et du contexte économique ", a-t-elle pourusivi.

Ainsi, selon elle, certains arguments valables à l’époque ne le sont plus aujourd’hui. Notamment l’argument économique donnant la prééminence au Port, principal fournisseur financier grâce à l’apport de la taxe professionnelle. " On parle de la prétendue contribution financière du Port, mais je rappelle que Saint-Paul a fourni plus de 51 % des recettes du TCO en 2011 ", a notamment insisté Huguette Bello.

" La base de fonctionnement du TCO n’est plus d’actualité, la loi impose aujourd’hui une représentation équilibrée en fonction de la démographie et Saint-Paul s’inscrit uniquement dans cet axe. C’est un principe à valeur constitutionnelle, qui est le corollaire de l’élection au suffrage universel des délégués. Nous nous battons pour la justice et la démocratie ! ", a-t-elle encore martelé, très remontée contre ses adversaires : " Je suis révoltée ! On veut punir les Saint-Paulois, nous ne pouvons pas accepter ça ! "

" Jean-Yves Langenier veut préserver son dernier bastion "

Le récent ralliement du maire de Trois-Bassins, Roland Ramakistin, à la position de la direction du TCO a visiblement achevé de la convaincre des mauvaises intentions de ses adversaires. " Toutes les autres communautés d’agglomérations, la CIVIS, la CASUD, la CINOR et la CIREST appliquent des critères démographiques ; pourquoi pas le TCO ? ", s’interroge Huguette Bello, apportant elle-même certaines réponses : " Jean-Yves Langenier (maire du Port et président du TCO, ndlr) veut préserver son dernier bastion... On veut mettre quatre communes ensemble et tailler des croupières à Saint-Paul ! C’est inacceptable ! On veut nous mettre à la remorque, mais on ne veut être à la remorque de personne. "

Ce jeudi, lors de ce virulent point presse en mairie de Saint-Paul, on notait cependant la présence aux côtés d’Huguette Bello de la première adjointe de Trois-Bassins, Christine Grondin... " Je suis venue à titre personnel ", expliquait-elle, " mais je soutiens la position du maire Roland Ramakistin. " Elle était même plutôt venue la défendre : " Il n’y a pas de coalition avec les autres communes, mais on ne pouvait pas accepter de n’avoir que deux sièges. Notre seul souhait est que les élus se remettent autour de la table pour discuter. "

Pas sûr que cela suffise à faire passer la pilule du côté de Saint-Paul, où de toute façon l’heure n’est plus vraiment à la discussion mais à la confrontation. " On ira jusqu’au bout quelle que soit la décision du préfet (qui doit se prononcer avant fin octobre, ndlr) ", a ainsi martelé Huguette Bello. " S’il le faut, nous irons devant le conseil d’Etat, mais justice sera faite ! ", a-t-elle prévenu.

Pour rappel, selon le mode de représentation défendu par la direction du TCO, Saint-Paul obtiendrait 20 sièges, le Port 15, Saint-Leu 11, la Possession 11 et Trois-Bassins 6. Selon les critères démographiques prônés par Huguette Bello, Saint-Paul se verrait octroyer 32 sièges, le Port 12, Saint-Leu 9, la Possession 9 et Trois-Bassins 2.

www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    6 Commentaire(s)

    Kalouma, Posté
    Pourquoi le critère démographique devrait-il avoir un tel poids par rapport à d'autres critères (solidarité, rééquilibrage, développement...) ? La rigidité "légaliste" n'est pas forcément ce dont on a besoin à La Réunion. Il faut regarder plus loin.
    Ti-Louis, Posté
    Surtout qu'elle se dépêche de saisir le Conseil d'État. Elle aura ainsi le cadeau de se faire renvoyer dans ses 22 m par le Conseil d'État pile-poil à la veille des municipales. Super-bon pour le moral … de ses opposants.

    Madame Bello devrait savoir qu'à courir trop de lièvres à la fois, on finit par n'en attraper aucun.
    Nath, Posté
    Bello devra laisser un mandat. La présidence du TCO remplacera t-elle son siège de député ? L'intérêt de la population des cinq communes est bien loin des préoccupations politiciennes… du maire de St Paul. N'oublions pas que ces gens sont nommés au TCO et non élus.
    Yotte, Posté
    LE CAMARADE GAMARUS EST EN VACANCES.ON L'ENTEND PLUS.
    Fayçal, Posté
    Quel bazar
    Ocolococo, Posté
    Ou la ça va chauffé !!!!!!!