La stèle des "Réunionnais de la Creuse" gêne le président du Grand Raid :

Le courrier de la discorde


Publié / Actualisé
Dans un courrier publié par le Journal de l'Île le mardi 10 décembre 2013, Robert Chicaud a partagé sa "surprise qu'au lieu et place de l'aire d'accueil Grand Raid était implantée une stèle commémorative dédiée aux enfants de la Creuse." Le président de l'association Grand Raid pense qu'il est "impossible d'envisager l'accueil des trailers venus à la fois chercher du plaisir sportif et faire du tourisme sur un site où on leur rappelle des cruautés perpétrées contre des enfants arrachés à leurs parents." Ce mercredi, Jean-Philippe Jean-Marie, porte-parole des "enfants de la Creuse" et Jean-Pierre Marchau d'Europe écologie les Verts Réunion ont tenu à réagir. (photo : Jean-Philippe Jean-Marie devant la stèle présente à l'aéroport Roland Garros)
Dans un courrier publié par le Journal de l'Île le mardi 10 décembre 2013, Robert Chicaud a partagé sa "surprise qu'au lieu et place de l'aire d'accueil Grand Raid était implantée une stèle commémorative dédiée aux enfants de la Creuse." Le président de l'association Grand Raid pense qu'il est "impossible d'envisager l'accueil des trailers venus à la fois chercher du plaisir sportif et faire du tourisme sur un site où on leur rappelle des cruautés perpétrées contre des enfants arrachés à leurs parents." Ce mercredi, Jean-Philippe Jean-Marie, porte-parole des "enfants de la Creuse" et Jean-Pierre Marchau d'Europe écologie les Verts Réunion ont tenu à réagir. (photo : Jean-Philippe Jean-Marie devant la stèle présente à l'aéroport Roland Garros)

"En terme d’image, on peut nécessairement faire mieux." C’est en ces mots que Robert Chicaud conclue son courrier envoyé au JIR. Le président du Grand Raid regrette l’installation d’une stèle en hommage aux Réunionnais de la Creuse sur le lieu d’accueil habituel des coureurs de la Diagonale des Fous. Cette œuvre commémorative, réalisée par l’artiste Nelson Boyer, a été inaugurée le 20 novembre dernier à l’aéroport Roland Garros. Un lieu emblématique de séparation et de retrouvailles pour ces 1630 jeunes réunionnais contraints à l’exil forcé en métropole, et notamment vers la Creuse, entre 1963 et 1982.

"Comment peut-on envisager l’accueil des compétiteurs qui apercevront parmi les personnages figurant sur le socle un jeune enfant la bouche déformée par la douleur implorant l’autorité ?" se demande Robert Chicaud. Jean-Philippe Jean-Marie, porte-parole des "enfants de la Creuse" et président de l'association Racines en l'air, a tenu à lui répondre : "M. Chicaud n’a pas l’air de comprendre qu’il faut que le Réunionnais puisse, pour avancer dans l’avenir, reconnaître la souffrance et son passé. M. Chicaud dit que cet endroit a été attribué aux raideurs. Mais le départ des coureurs se fait à Saint-Pierre et l’arrivée au stade de la Redoute. Si nous avions mis cette œuvre d’art là-bas j’aurais été tout à fait d’accord."

Jean-Pierre Marchau, porte-parole d’Europe écologie les Verts Réunion, estime que "M. Chicaud veut une île propre sur elle, une île au passé aseptisé, une île de carte postale avec des cocotiers et de beaux paysages mais surtout rien qui rappelle les crimes du  passé. Peut-être craint-il que cette stèle ne mette en péril son petit business." L’écologiste est aussi choqué par la manière dont le président du Grand Raid a présenté l’œuvre commémorative. Dans son courrier, Robert Chicaud parle d’une stèle qui "se veut être + une œuvre de mémoire de 1600 enfants de La Réunion (qui auraient)… été retirés à leurs familles et exilés vers les département français dont la Creuse entre 1963 et 1981. +"

"M. Chicaud utilise le conditionnel et des guillemets suggérant ainsi que cette tragédie de jeunes enfants arrachés à leur famille et transplantés dans le département de la Creuse, ne serait peut-être pas ce qu'on prétend qu'elle est. Il ajoute ainsi le mépris, voire le déni  de la souffrance des victimes à ses propres calculs mercantiles", commente l’élu d’EELVR. Il poursuit : "cette attitude a un nom, c'est le révisionnisme et on sait combien sont encore nombreux à La Réunion ceux qui se refusent à évoquer la cruelle réalité de ce crime contre l'Humanité que fut l'esclavage."

Robert Chicaud termine son courrier en s’interrogeant sur l’impact de cette stèle sur le tourisme à la Réunion :  "la publicité donnée à la crise requin a contribué à diminuer l’enthousiasme des touristes mais il ne s’agissait que d’un empêchement naturel, imprévisible, alors que présentement, pour autant que ces touristes aient vaincu leur appréhension, ils seront informés pour ne pas dire interpellés dès la sortie de l’aéroport que dans ce beau département, il y a peu, on a pratiqué l’exil forcé de jeunes réunionnais." La réponse de Jean-Philippe Jean-Marie est la suivante : "Ca sera tout à notre honneur si le touriste s’arrête devant la stèle pour la regarder. Au moins, ils auront un autre regard sur ce beau caillou qu’est la Réunion."

www.ipreunion.com

   

5 Commentaire(s)

Anne, Posté
M. Chicaud vous êtes né à la Reunion? Si non, passez votre chemin et que votre business prospère !! Vous n'allez quand même pas nous dire ce qui est bon ou pas pour nous! On en a marre des donneurs de leçon, des redresseurs de l'histoire, des faux semblants ... vous savez vous pouvez organiser vos courses en corse? et je vous souhaite bon courage! Allez leur demander de fermer le gr20!?¡
L, Posté
"Au bonheur des enfants du 14 au 22 décembre au Jardin de l'Etat" C'est le bandeau publicitaire en haut de la polémique sur le stèle de l'aéroport !!!
André Béton, Posté
la sculpture est narative, c'est du Nelson Boyer de qualité...Ce que je voudrais que les réunionnais voient aussi aujourd'hui c'est la très belle photo qui se trouve dans "l'accueil" de l'hopital de Guéret qui montre quelques premiers marmays à leur arrivée en Creuse.Si Jean-Phlippe pouvait nous faire faire tirer ce cliché et le présenter en 4x3 sur tous les panneaux de la Réunion un 20 désanm prochain. en tous les cas "tienbo larg pa". en même temps, je comprends la "pauvreté" du propos de Mr Grand Raid, mais ne l'excuse pas,.Elle est malheureusement coutumière chez nos visiteurs.
Gérard Jeanneau, Posté

Cette stèle, il faut la placer en Creuse, le département des tortionnaires des enfants créoles.

Seulement les paysans creusois vont tomber des nues. Leurs propres enfants sont dans les champs dès l'âge de six ans - et ce fut mon cas dans mes Deux-Sèvres natales. Oserions-nous considérer nos propres parents comme des bourreaux et nous considérer comme des enfants qui ont été taillables et corvéables à merci ? Non, bien au contraire, nous avons appris à aimer le travail et nous avons été aux antipodes de l'éducation actuelle : faire de l'enfant un enfant-roi !

Il est possible qu'une dizaine de petits Créoles ait été victime de papas nazis. Qu'elle coure donc porter plainte contre ceux-là seulement et qu'elle nous dispense de la légende propagée par un film, déclarant tout net que toute la Creuse a été un territoire nazi sur lequel tout le monde a su fermer les yeux et que le premier des nazis ... est Michel Debré.

La stèle a quelques relents politiques ! Le PCR, en misouk, a été le chef d'orchestre !

Gérard Jeanneau, ex gardeur de vaches sous l'occupation allemande.

http://www.prima-elementa.fr/index.html

Mondonovo, Posté
C’était avant tout une triste idée d'un député hexagonal envoyé sur l'Île pour combattre le P.C.R . Et à cette époque pas trés ancienne , il est vrai, des services sociaux de La REUNION ont trouvé cette"IDEE" trés interressante ! Ont ils fait leur MEA-CULPA ?
LES PUISSANTS PRÉFÈRENT OUBLIER LEUR PASSE ET LES MÉFAITS QU'ILS ONT COMMIS !