Municipales à Saint-Denis :

Un accord à minima pour l'union de la droite


Publié / Actualisé
Les principaux ténors de la droite et du centre à la Réunion se sont retrouvés ce samedi 14 décembre 2013 à l'hôtel Lux de l'Ermitage-les-Bains pour faire un point sur les municipales dionysiennes. Après plus de deux heures d'échanges, les formations politiques sont parvenues à un accord à minima dans cette course à la mairie de Saint-Denis. Michel Lagourgue et René-Paul Victoria seront bien opposés au premier tour face à Gilbert Annette. Les deux candidats, qui sont sortis ensemble de la salle de réunion, se sont engagés à soutenir celui qui récoltera le plus de voix au second tour.
Les principaux ténors de la droite et du centre à la Réunion se sont retrouvés ce samedi 14 décembre 2013 à l'hôtel Lux de l'Ermitage-les-Bains pour faire un point sur les municipales dionysiennes. Après plus de deux heures d'échanges, les formations politiques sont parvenues à un accord à minima dans cette course à la mairie de Saint-Denis. Michel Lagourgue et René-Paul Victoria seront bien opposés au premier tour face à Gilbert Annette. Les deux candidats, qui sont sortis ensemble de la salle de réunion, se sont engagés à soutenir celui qui récoltera le plus de voix au second tour.

Comme dans certaines rencontres tendues en football, c'est sur un terrain neutre que sont retrouvés les principaux responsables de l'UMP, de l'UDI et d'Objectif Réunion. Le casting présent à l'hôtel Lux de l'Ermitage-les-Bains est conséquent pour cette réunion de crise : Michel Lagourgue et René-Paul Victoria, candidats à la mairie de Saint-Denis ; Didier Robert et Nassimah Dindar, leurs principaux soutiens ; Michel Fontaine, chef de file de l'UMP ; mais aussi Ibrahim Dindar, Jean-Jacques Morel et Serge Hoarau.

Au bout de deux heures de discussions, Michel Lagourgue et René-Paul Victoria sont sortis ensemble de la salle Bibliothèque de l'hôtel. C'est le candidat officiel de l'UDI, soutenu par Didier Robert, qui a pris la pris la parole en premier : "on a décidé, René-Paul et moi, compte tenu de la situation à Saint-Denis, de partir tous les deux dans cette campagne au premier tour pour ratisser le plus largement possible. Nous allons élaborer un protocole d’accord qui nous permettra de mener une campagne sereine et intense chacun de son côté pour aboutir ensuite à une union entre les deux tours. C’était la meilleure solution."

Celui qui sera son rival au premier tour a ensuite pris la parole : "c'est la stratégie que nous avons adopté avec l’UMP, l’UDI et Objectif Réunion. Après avoir analysé et fait le contour de la situation purement dionysienne, nous avons estimé que c’était la meilleure solution. Bien sûr, le fait que nous nous engageons sur une action séparée mais dynamique pour nous engager dans l’union. C’est certainement aussi un des moyens de faire frémir et trembler encore plus l’équipe municipale actuelle."

Il y aura donc bien deux candidats de la droite au premier tour face à Gilbert Annette. Un choix assez étonnant, comme l'explique l'ancien maire dionysien : "c'est le risque que nous prenons, mais c'est un pari gagnant pour engager cette belle marche vers la reconquête. [...] Les électeurs verront entre nous deux qui sera tête de liste." "Une fausse union établie sur des bases peu claires aurait été beaucoup plus défavorable à notre camp politique plutôt que d'aller sur deux listes que l'on présente ensemble", a rajouté Michel Lagourgue. Un protocole d'accord sera annoncé avant la rentrée. Ce dernier décidera des modalités d'union dans l'entre-deux tours ainsi les méthodes de campagne pour éviter les attaques mutuelles entre les candidats.

Didier Robert s'est lui aussi félicité de cet accord : "je suis heureux qu’il y ait une prise de position pour une démarche partagée. Il y aura effectivement deux listes à l’occasion du premier tour et immédiatement à l’issu de ce dernier un désistement républicain en faveur du candidat qui aura été le mieux avancé." Le président de la région s'est même montré assez confiant de la position adoptée par la droite et centre : "c’est une stratégie qui pourra nous permettre peut-être d’aller au-delà des dimensions personnelles que peuvent être celles de René-Paul Victoria ou de Michel Lagourgue."

Attendue à Saint-Denis, Nassimah Dindar ne s'est pas exprimée sur cet accord. La présidente du conseil général a déclaré préférer laisser la parole aux deux candidats.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Atbo, Posté
ouh là là !!!! quel casse tête semble nous dire le photographe (cf également article précédent)
le problème va être encore plus épineux pour les électeurs; "voyons voyons , où est mon petit veau" se disait la maman vache. Et si tout ce petit monde se retrouvait à l'abattoir de n'avoir pas su se retrouver pour écouter un peu les citoyens...
tant pis pour eux; dommage pour les électeurs qui croyaient que les politiques se présentaient pour proposer un programme et pas seulement pour "dégommer" l'équipe en place , quoiqu'elle ait réalisé pendant son mandat
dommage pour les jeunes sans (re)pères qui attendent des propositions concrètes, des réalisations et surtout qui ont besoin de "modèles", fiables.
Quel exemple leur donnez-vous?
Quelle monde leur préparez-vous?
Pensez-vous qu'ils pourront un jour travailler avec vous aux destinées du pays?