La concurrence des voitures de tourisme touche aussi La Réunion :

"Si on laisse les VTC se développer, c'est la mort des taxis"


Publié / Actualisé
Ce lundi 13 janvier 2014, les chauffeurs de taxis ont prévu de lancer un mouvement de manifestation nationale afin de protester contre la concurrence des véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), qu'ils jugent déloyale, contestant le décret entré en vigueur ce 1er janvier pour encadrer cette profession. Si aucune manifestation n'est prévue à La Réunion, les taxis s'inquiètent également de cette concurrence qui se développe sur l'île. "Ils vont casser les prix, c'est sûr. Si on laisse les VTC se développer, c'est la mort des taxis", prévient Hugues Atchy, président de la fédération réunionnaise des taxis indépendants.
Ce lundi 13 janvier 2014, les chauffeurs de taxis ont prévu de lancer un mouvement de manifestation nationale afin de protester contre la concurrence des véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), qu'ils jugent déloyale, contestant le décret entré en vigueur ce 1er janvier pour encadrer cette profession. Si aucune manifestation n'est prévue à La Réunion, les taxis s'inquiètent également de cette concurrence qui se développe sur l'île. "Ils vont casser les prix, c'est sûr. Si on laisse les VTC se développer, c'est la mort des taxis", prévient Hugues Atchy, président de la fédération réunionnaise des taxis indépendants.

À La Réunion, on compte 535 taxis professionnels. Mais aussi "environ 25 véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC)", selon Hugues Atchy. Une tendance qui se développe sur l’île comme en France métropolitaine, où les chauffeurs de taxis ont décidé de signifier leur colère en manifestant ce lundi.

Le 1er janvier 2014 est pourtant entré en vigueur un décret encadrant l’activité de ces VTC, les obligeant à respecter un délai de 15 minutes entre la réservation et la prise en charge du client, afin de "mieux distinguer l’activité de ces véhicules de celle des taxis, seuls habilités à circuler en quête de clients sur la voie publique". Mais avec la multiplication des applications sur téléphone portable qui permettent de commander rapidement un VTC, leur service est désormais aussi efficace que celui des taxis, qui dénoncent donc une concurrence déloyale. Un problème qui touche aussi La Réunion.

"Les VTC commencent à se développer ici", précise Hugues Atchy. "Avant il y avait les petites remises et les grandes remises (voitures mises à disposition moyennant paiement dans certains territoires où l’offre de taxis est faible ou inexistante, ndlr), mais celles-ci ont été remplacées par les VTC. Or, il n’y a pas de la place pour tous", explique-t-il, ajoutant : "Ils vont casser les prix, c’est sûr. Si on laisse les VTC se développer, c’est la mort des taxis."

Et le président de la fédération réunionnaise des taxis indépendants de rappeler : "On a créé les VTC pour travailler avec les touristes, les tours opérateurs ou les hôtels, pas pour les clients lambda. C’est contraire à la réglementation."

De l’autre côté, le décret du gouvernement mécontente également les exploitants des véhicules de tourisme avec chauffeur, qui ont prévu de l’attaquer devant le conseil d’Etat pour "distorsion de la concurrence".

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Gavroche, Posté
Les taxis, à l'instar des notaires, des buralistes, des pharmaciens, des experts-comptables et j'en passe, sont des corporatismes moyenâgeux qui bénéficient d'un monopole devenu indéfendable au XXIe siècle.
Les VTC ont du succès car ils répondent aux besoins des clients. Aux taxis de se remettre en question, plutôt que de vouloir une énième protection auprès du législateur.
L'invention de l'ampoule électrique aurait-elle dû être combattue par les politiques au nom de la protection des fabricants de bougies ?