Un adolescent perd son oeil, l'enquête confiée à l'IGPN :

Tir de flash-ball au Port : la version des policiers mise en doute


Publié / Actualisé
Dans quelles circonstances le jeune Steve, 16 ans, a-t-il été touché par un tir de flash-ball lui ayant coûté un oeil dans la nuit du samedi 1er au dimanche 2 février 2014 lors des incidents au Port ? Pour le procureur de Saint-Denis, il y a en tout cas suffisamment d'éléments troublants pour ouvrir une information judiciaire et confier l'enquête à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), comme l'indique le Journal de l'île de La Réunion. Si les policiers présents sur les lieux maintiennent leur version d'un "tir de dispersion", plusieurs témoignages ainsi que les blessures observées sur l'adolescent semblent en revanche corroborer la thèse des "violences volontaires". Selon le procureur, plusieurs éléments laisseraient penser que "le fonctionnaire qui a tiré n'a pas utilisé son arme à bon escient".
Dans quelles circonstances le jeune Steve, 16 ans, a-t-il été touché par un tir de flash-ball lui ayant coûté un oeil dans la nuit du samedi 1er au dimanche 2 février 2014 lors des incidents au Port ? Pour le procureur de Saint-Denis, il y a en tout cas suffisamment d'éléments troublants pour ouvrir une information judiciaire et confier l'enquête à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), comme l'indique le Journal de l'île de La Réunion. Si les policiers présents sur les lieux maintiennent leur version d'un "tir de dispersion", plusieurs témoignages ainsi que les blessures observées sur l'adolescent semblent en revanche corroborer la thèse des "violences volontaires". Selon le procureur, plusieurs éléments laisseraient penser que "le fonctionnaire qui a tiré n'a pas utilisé son arme à bon escient".

Le jeune Steve a-t-il été poursuivi par un policier avant d’être touché délibérément par un tir de flash-ball lui ayant coûté un œil ? C’est ce que devra déterminer l’enquête menée par la police des polices, une information judiciaire devant être ouverte pour des faits présumés de "violences volontaires par dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné une infirmité", précise le JIR.

Ce samedi 1er février 2014, la soirée semble pourtant plus calme que les deux précédentes au Port. Mais l’accalmie ne dure pas. Rue Rico-Carpaye, de nouveaux incidents éclatent dans la nuit. Une voiture et des poubelles sont enflammées, les pompiers et les forces de l’ordre sont mobilisés, des effectifs de la BAC (Brigade anti-criminalité) de Saint-Denis étant appelés en renfort.

Dès lors, un attroupement se forme, des galets sont lancés sur les policiers qui répliquent par des tirs de grenades lacrymogènes. L’un d’elles, défectueuse, blesse d’ailleurs "très sérieusement" à la main un fonctionnaire de la BAC, voyant un de ses doigts déchiqueté.

C’est ensuite que l’IGPN devra faire la lumière sur le déroulé exact des événements. Devant l’intervention des forces de l’ordre, les jeunes commencent à s’enfuir en courant, dont Steve, qui était "juste en train de regarder" selon un témoin. C’est alors que l’adolescent de 16 ans est violemment touché au visage par un tir de flash-ball. Selon le JIR, il était "conscient après le tir et a demandé de l’aide à une femme qui a alerté les secours", ce qui pourrait expliquer que "le fonctionnaire ait pu repartir sans s’être rendu compte qu’il avait blessé le lycéen".

Toujours est-il que, de retour au commissariat, les policiers ne font pas état d’un éventuel blessé. Ce n’est que vers 3 ou 4 heures du matin que la gendarmerie les avertis qu’un adolescent ayant été touché par un tir de flash-ball a été admis à l’hôpital Gabriel-Martin de Saint-Paul avant d’être transféré en urgence au CHU de Bellepierre à Saint-Denis.

Le lendemain, dimanche 2 février, une réunion est organisée pour évoquer les événements de la nuit passée. Les policiers affirment qu’à aucun moment ils ne sont sortis de la voiture et n’ont mis le pied à terre et que, d’ailleurs, ils n’en ont jamais reçu l’ordre. Selon eux, le tir de flash-ball était un "tir de dispersion", ne visant donc pas un individu en particulier.

Mais si le procureur a décidé de saisir la police des polices, c’est que cette version a de plus en plus de plomb dans l’aile. Les langues se délient peu à peu et plusieurs témoignages de badauds affirment que les policiers seraient bien descendus de leur véhicule et auraient poursuivi le jeune Steve avant que l’un d’eux ne l’atteignent au visage par un tir de flash-ball. Les blessures observées sur l’adolescent sembleraient également contredire la version du "tir de dispersion".

Ce sont donc des faits présumés particulièrement graves sur lesquels devront se pencher les fonctionnaires de l’IGPN. Il s’agit d’ailleurs de la deuxième affaire de ce type à arriver sur le bureau du parquet de Saint-Denis après le cas de Nassuir Oili, ce garçon de 9 ans qui avait lui aussi perdu un œil suite à un tir de flash-ball lors de manifestation contre la vie chère à Mayotte en octobre 2011. Le gendarme mis en cause dans cette affaire a été renvoyé devant la cour d’assises le 5 décembre dernier.

www.ipreunion.com

   

7 Commentaire(s)

L’INDÉPENDANT , Posté
Que faisait un gamin de 16 ans dans les rues en pleine émeute ?
Pourquoi les parents ne sont ils pas inquiétés ? (supprimé pour prise à partie - webmaster ipreunion.com)
Alimeme, Posté
@Rémy : N'allez pas trop loin. Si ils avaient tiré en pleine figure comme vous le dite, ce jeune aurait eu + de dégât que ça.
Et je le redis, pendant une émeute les personnes normal sont chez eux. Ceux qui osent sortir sont soit des (supprimé pour insulte - webmaster ipreunion.com), soit des délinquants eux même.
Incompetence, Posté
soi le flic est incompetent ou soi c'est encore un facho qui veut casser de la racaille ! bref pas de jugement ! le gosse est le produit de l'assisastant a la reunion donc si il etait dans les emeutes on peut le sanctionner juridiquement mais en tout le cas le flic na pas a faire sa! la vrai et la seule question c'est de demander si cest une bavure ou un crime si je ne m abuse
Ti comik, Posté
J'ai une idée : Supprimons la police, on sera plus tranquille (nous, les citoyens qui avons le droit de "regarder" des émeutes bien de chez nous qui se déroulent dans NOTRE quartier )
Islam, Posté
La police y en ki font bien leur taf !mais ayant des amis policiers je doit vous dire ke il ya bcp de ripoux! Bcp abusé de leur grade! Bcp s acharné sur des jeunes en reinsertion! Perso je crois plus en la justice un jeune volé il a deux ans prisons! Un escroc volé 300000e o conseil general et fait pas une minute de tole! Et ne parlons pas des violeurs ki ont des peines kasi minimum avec très peu dommage et intérêt! Un coup poing un viole c presk ke la même chose sauf ke pour le viol t moin inkiete! C ke moral!(supprimé pour injures - webmaster ipreunion.com)
Rémy François, Posté
@ Alimeme, et alors même si c'est un délinquant, on a le droit de lui tirer dessus en pleine figure ! Si c'est le cas alors pourquoi pas l'achever à coups de kalach, ça serait encore plus radical ! Arrêtez de dire n'importe quoi Alimeme et surtout de parlez pas de personne normale car vous n'en êtes pas une !
Alimeme, Posté
Il y a fort à parier que les badauds qui témoignent faisaient parti des délinquants et donc couvre l'un des leurs.
Je ne pense pas que des personnes normale seraient sortie en pleine rue dans une ambiance pareil.