Municipales 2014 :

Quand la campagne se joue en musique


Publié / Actualisé
Véritable institution à La Réunion, la chanson de campagne sera bien au rendez-vous pour les élections municipales. A un mois du premier tour - prévu le 23 mars prochain - les candidats ont déjà commencé à poster leurs différents ségas et maloyas sur internet. Entre paroles engagées, rimes riches, jeux de mots et refrains entraînants... Une petite sélection s'impose.
Véritable institution à La Réunion, la chanson de campagne sera bien au rendez-vous pour les élections municipales. A un mois du premier tour - prévu le 23 mars prochain - les candidats ont déjà commencé à poster leurs différents ségas et maloyas sur internet. Entre paroles engagées, rimes riches, jeux de mots et refrains entraînants... Une petite sélection s'impose.

C’est bien connu : à La Réunion, élection rime avec chanson. Cela fait des décennies que les manifestations, meetings et victoires politiques sont rythmés avec des chants de campagne comme "Untel ladi, untel lafé, untel va komandé" ou "Untel lé mor, la tèt anba, la bouji dann…"

Beaucoup se souviennent par exemple de la musique écrite et interprétée en hommage à Jacques Chirac alors que le président était en visite à La Réunion en mai 2001 : "Jacques Chirac, Jacques Chirac / Na lontan nou attend a ou / Jacques Chirac, Jacques Chirac / Not coeur lé bien content / Jacques Chirac, Jacques Chirac / A ou mém i aime a nou." La chanson gravée sur CD et distribuée gratuitement par André Thien Ah Koon, alors député-maire du Tampon, est restée dans les mémoires.

Aujourd’hui, les candidats aux municipales espèrent que leurs titres seront aussi populaires à l’avenir. Le premier à s’être fait remarquer est Thierry Robert. Le maire de Saint-Leu a même eu l’honneur de voir Cyril Hanouna interpréter quelques mots de son hymne pour les élections : "Thierry Robert, à Saint-Leu, a li mèm sera nout maire". Une diffusion nationale dans l’émission Touche pas mon poste dont le député s’est rapidement félicité sur sa page Facebook. Un autre candidat LPA, David Sita, a décidé pour sa musique officielle de manier la langue française avec adresse. Les jeux de mots sont au rendez-vous : "Sita vot pou David / C’est le bon choix" "L’Etang Salé / Lé temps de changer."

Dans la catégorie refrain-qui-reste-dans-la-tête, Claudy Fruteau a fait très fort à Saint-André. Son clip de campagne, intitulé "C Fruteau", a le potentiel pour passer en radio. La candidate, qui s’est présentée suite à l’inéligibilité de son mari, n’oublie pas dans sa chanson de tacler l’opposition : "Les adversaires n’ont plus rien à dire / De nous ils sont tous jaloux / Et de nous voir, ça les rend fous / Depuis toujours, les complices complotent / Pour descendre Eric Fruteau / Mais ensemble nous serons plus forts."

A Saint-Louis, le docteur Piot, candidat communiste, a livré une composition minimaliste sous fond de diaporama. Les paroles tiennent en quelques lignes, répétées à huit reprises pendant 2 minutes et 40 secondes ; "Docteur Piot larivé / Zordi Saint-Louis la bezoin a twé / Alalila alalila / Docteur Piot / In boug kom twé nou la gran bezoin / Saint-Louis pou redress le bato / Docteur Piot, docteur Piot, docteur Piot."

"Mots forts, simples et efficaces." Pour présenter son séga de campagne, l'équipe de Gilles Hubert n'a pas besoin de plus de développement. Pour sa chanson électorale, le candidat soutenu par Huguette Bello à La Possession a en effet joué sur l'efficacité avec une musique qui ne dépasse pas les 50 secondes. Une durée largement suffisante pour faire rimer Hubert, sauvèr, maire, et PLR avec de magnifiques échos.

Enfin, à Saint-Denis, malgré le grand nombre de candidature, seule Margarette Robert-Mucy a fait la promotion de sa chanson de campagne. Une musique jeune, à mi-chemin entre le Rn’B et le reggae, aux rimes travaillées : "Maire qui rime avec une femme de coeur / Qui est toujours là pendant des heures / Qui ne perd pas le Nord / C’est une femme en or / Nous avons besoin de Margarette Robert-Mucy / Comme maire à Saint-Denis / Elle est dans la gestion communale / Et va marquer les annales."

Pour tenter de convaincre les électeurs réunionnais, les candidats aux municipales ont jusqu’au 23 mars 2014 pour composer et publier leur séga. Si l’hymne de campagne n’est pas encore obligatoire pour se présenter, elle est fortement conseillée pour le plus grand plaisir du public.

Ouissem Gombra pour www.ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Citoyens du Sud, Posté
Je crois que ce sera encore la victoire de nous les abstentionnistes! Comment voulez-vous aller au bureau de vote alors que vous n'avez que des guignols et des voyous à choisir? Vous appeler cela une démocratie???
Moukator974, Posté
tu peux garder ton zouk ton biguin si tu veux ...bref voila comment nos élues font campagne avec du sega ou zouk bref ! Kreol immancipez vous de cet dépendance envers nos élues qui ruine la reunionnais et abrutis les reunionnais! kreol ou na pas besoins ete camarade ek lo maire pou trvaille ! pas besoins non plus allez dan péi la fré ! kreol léve a ou
Moukator, Posté
Ah oui "Claudy Fruteau a fait très fort à Saint-André. Son clip de campagne, intitulé "C Fruteau", a le potentiel pour passer en radio"... Très fort, en effet, le plagia du tube Célimène du martiniquais David Martial ! Vous appelez ça un séga ??? Original peut-être, en plus !