La peine du maire de Saint-Louis a été confirmée par la cour de cassation :

Claude Hoarau définitivement condamné à 5 ans d'inéligibilité


Publié / Actualisé
Ce mardi 11 mars 2014, la cour de cassation a confirmée la peine infligée à Claude Hoarau le 13 décembre 2012 par la cour d'appel, condamnant le maire de Saint-Louis à 5 ans d'inéligibilité, pour discrimination à l'embauche et prise illégale d'intérêt. Claude Hoarau devrait démissionner rapidement, son adjoint assurant les responsabilités jusqu'au 30 mars. En première instance, il avait été condamné par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre à 18 mois de prison avec sursis, 3 ans d'inéligibilité et 20 000 euros d'amende.
Ce mardi 11 mars 2014, la cour de cassation a confirmée la peine infligée à Claude Hoarau le 13 décembre 2012 par la cour d'appel, condamnant le maire de Saint-Louis à 5 ans d'inéligibilité, pour discrimination à l'embauche et prise illégale d'intérêt. Claude Hoarau devrait démissionner rapidement, son adjoint assurant les responsabilités jusqu'au 30 mars. En première instance, il avait été condamné par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre à 18 mois de prison avec sursis, 3 ans d'inéligibilité et 20 000 euros d'amende.

Claude Hoarau, 72 ans, avait depuis longtemps annoncé qu’il ne se représenterait pas pour un nouveau mandat à la tête de la mairie de Saint-Louis. De toute façon, il n’en aurait pas eu la possibilité, puisque la cour de cassation vient de confirmer la décision rendue par la cour d’appel le 13 décembre 2012, pour les affaires dites " Étang-Sale " et du " protocole d’accord" : il a été condamné à 5 ans d’inéligibilité pour discrimination à l’embauche et prise illégale d’intérêt.

Le maire de Saint-Louis était en effet poursuivi pour deux dossiers. Le premier est celui de Sabrina Etang-Sale, militante de Cyrille Hamilcaro et membre d'une association de défense des femmes à Saint-Louis. Elle accusait Claude Hoarau de lui avoir proposé un emploi en échange de son soutien pour les élections municipales partielles de 2009. Enregistrement téléphonique à l'appui, elle avait porté plainte contre l'élu communiste pour tentative de corruption.

Le second dossier remonte à 2008. Avant le second tour des municipales, un accord aurait été passé entre Krishna Badamia, candidat aux élections et Claude Hoarau. Selon cet accord, Krishna Badamia se désistait en faveur de Claude Hoarau. En échange, le candidat communiste s'engageait à embaucher des proches de Krishna Badamia en cas de victoire. C'est sur la base de ce document que les juges du Conseil d'Etat avaient alors annulé l'élection.

En première instance, le 13 octobre 2011, Claude Hoarau avait été condamné à 3 ans d'inéligibilité par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre, une peine alourdie par la cour d’appel à 5 ans et donc confirmée ce mardi par la cour de cassation.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !