Le maire de Saint-Louis a confirmé sa démission ce jeudi :

Cyrille Hamilcaro : "Je vais faire un pèlerinage à Notre-Dame de Fatima !"


Publié / Actualisé
Après une séance assez surréaliste d'auto-satisfaction pour présenter son "bilan de deux mois de mandature" (sic), Cyrille Hamilcaro a confirmé ce jeudi qu'il démissionnait de son mandat de maire de Saint-Louis, alors que la cour de cassation risque de confirmer sa condamnation à une peine de 5 ans d'inéligibilité dans la journée dans l'affaire "Surgine Fontaine". Une perspective qui ne semble pas inquiéter du tout l'intéressé, lui qui entend briguer par la suite le poste de directeur de l'Association des maires de La Réunion. "Je suis particulièrement apaisé, la preuve c'est que je vais faire un pèlerinage à Notre-Dame de Fatima !", a-t-il lancé dans un grand éclat de rire... C'est son actuel premier adjoint, Patrick Malet, qui devrait lui succéder la semaine prochaine dans le fauteuil de maire.
Après une séance assez surréaliste d'auto-satisfaction pour présenter son "bilan de deux mois de mandature" (sic), Cyrille Hamilcaro a confirmé ce jeudi qu'il démissionnait de son mandat de maire de Saint-Louis, alors que la cour de cassation risque de confirmer sa condamnation à une peine de 5 ans d'inéligibilité dans la journée dans l'affaire "Surgine Fontaine". Une perspective qui ne semble pas inquiéter du tout l'intéressé, lui qui entend briguer par la suite le poste de directeur de l'Association des maires de La Réunion. "Je suis particulièrement apaisé, la preuve c'est que je vais faire un pèlerinage à Notre-Dame de Fatima !", a-t-il lancé dans un grand éclat de rire... C'est son actuel premier adjoint, Patrick Malet, qui devrait lui succéder la semaine prochaine dans le fauteuil de maire.

Entre toutes ces affaires, on s’y perdrait presque. Ce jeudi, c’est bien dans l’affaire "Surgine Fontaine" – une vente de terrain fictive entre 2003 et 2006 – que Cyrille Hamilcaro doit être fixé sur son sort par la cour de cassation. Il risque cinq ans d'inéligibilité, 40 000 euros d'amende et deux ans de prison avec sursis, une peine confirmée par la cour d’appel de Saint-Denis le 31 janvier 2013.

"Il y a eu un examen de l’affaire Surgine Fontaine le 30 avril. L’ordre des choses, c’est qu’un mois et demi plus tard, la cour de cassation rende son jugement. Je n’ai pas d’éléments aujourd’hui sur l’affaire de la pépinière. De toute façon, quand l’affaire Surgine Fontaine tombera, avec 5 ans d’inéligibilité, l’affaire de la pépinière c’est zéro à côté... ", a expliqué l’intéressé ce jeudi, lors d’un point presse assez surréaliste.

Pour Cyrille Hamilcaro, il s’agissait de dresser un bilan magnifié de ses deux petits mois de mandature en tant que maire de Saint-Louis : "En deux mois d’action municipale, on aurait pu me qualifier de stakhanoviste ! Nous nous étions donné comme objectif de réussir les grandes orientations de la mandature." Et de détailler toutes les actions menées dans les domaines de la propreté, du fleurissement, de la sécurité, du déficit budgétaire ou encore de la réorganisation des services municipaux.

Mais l’enjeu était également de s’expliquer sur sa démission. Et là il faut reconnaître au désormais ex-maire de Saint-Louis une certaine franchise assez déroutante : "L’objectif est de se retirer pour mieux organiser la suite. Je ne fais jamais rien au hasard. Tout ce que je fais est calculé depuis deux ou trois ans."

Tout est calculé donc, pour permettre à Cyrille Hamilcaro un retour dans le fauteuil de maire sinon dès la semaine prochaine en cas de clémence de la cour de cassation, au moins en 2020 lors des prochaines élections municipales. "Je vous donne rendez-vous en 2019 ! Et je reviendrai débarrassé de toutes les scories dans mes chaussures !", n’a-t-il pas hésité à lancer, toujours le sourire aux lèvres.

C'est que l’homme ne doute de rien. Doublement condamné à des peines d’inéligibilité et de prison avec sursis, en première instance puis en appel, dans les affaires "Surgine Fontaine" et "de la pépinière", Cyrille Hamilcaro affirme qu’il n’y a "aucun manquement à la probité dans ces affaires", mais uniquement un "manque de vigilance" ou encore une "faute administrative".

Bref, pas de quoi fouetter un chat selon lui. Un peu plus tôt il se disait même "heureux d’avoir pu incarner une nouvelle donne sociétale sur notre commune de Saint-Louis", ou encore "honoré de passer la main à un Rivièrois", en l'occurrence Patrick Malet, son successeur désigné. Surtout, Cyrille Hamilcaro se sent "apaisé". À tel point qu’il va "faire un pèlerinage à Notre-Dame de Fatima !"

Il sera temps ensuite pour lui de briguer, comme si de rien n’était, le poste de directeur de l’Association des maires. "Chaque chose en son temps... Si la décision de la cour de cassation m’est défavorable, je redeviendrai un citoyen lambda avec tout ce que cela suppose. Il s’agit d’un emploi privé et ça ne concerne que moi", s’est-il défendu.

Pour achever ce plaidoyer pour son action municipale et sa probité judiciaire, Cyrille Hamilcaro a trouvé sans doute la plus belle des conclusions : "À Saint-Louis, il y a une clarté que j’aimerais voir partout ailleurs"...

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Olabresil, depuis son mobile, Posté
Qui parte au Bresil avec fatima pardon pour les bresiliens mais bon on a pas le choix l'ile est trop petite !!!!!
Ben oui, Posté
très culotté ce boug i mank pas d'air