Il annonce dans un courrier aux maires qu'il n'entend pas démissionner :

AMDR : Cyrille Hamilcaro persiste et signe


Publié / Actualisé
Comme le président de l'association des maires, Stéphane Fouassin, l'avait indiqué, Cyrille Hamilcaro a adressé un courrier à l'ensemble des 24 maire de La Réunion afin de "porter directement à (leur) connaissance les éléments qu'(il) estime nécessaires à la bonne compréhension de (sa) situation au sein de l'AMDR". Il y affirme qu'il continuera "à mener les missions qui (lui) sont confiées, loin du tumulte entretenu" et donc qu'il n'a pas l'intention de démissionner. Nous publions ci-après ce courrier.
Comme le président de l'association des maires, Stéphane Fouassin, l'avait indiqué, Cyrille Hamilcaro a adressé un courrier à l'ensemble des 24 maire de La Réunion afin de "porter directement à (leur) connaissance les éléments qu'(il) estime nécessaires à la bonne compréhension de (sa) situation au sein de l'AMDR". Il y affirme qu'il continuera "à mener les missions qui (lui) sont confiées, loin du tumulte entretenu" et donc qu'il n'a pas l'intention de démissionner. Nous publions ci-après ce courrier.

" Depuis plusieurs semaines maintenant, une polémique s'est installée sur mon recrutement en qualité de directeur de l'AMDR. Mon statut de salarié ne me permet pas de m'exprimer publiquement sur le positionnement des uns et des autres, particulièrement sur les déclarations des élus locaux : ce serait une faute professionnelle qu'on ne manquerait pas de m'imputer rapidement.

Permettez-moi néanmoins de porter directement à votre connaissance les éléments que j'estime nécessaires à la bonne compréhension de ma situation au sein de l'AMDR dont vous êtes adhérent et administrateur,

En premier lieu, il est nécessaire de rappeler que j'ai manifesté mon intérêt pour remplacer M. Aldo Miquel dès que j'ai appris, au lendemain des élections municipales, son départ pour la mairie de Saint-Paul. Et, dès ma démission de mon mandat de maire, coïncidant avec le départ effectif du susnommé, j'ai fait acte de candidature.

Lors de la réunion de bureau du 2 juillet 2014, les éléments comptables ont amené les membres présents à différer le recrutement du directeur (parmi les deux candidats) pour des raisons budgétaires : l'annonce d'un certain nombre de communes de ne plus siéger au sein de l'AMDR devant être évalué avant toute décision. Cette évaluation ayant été faite et concluante, mon recrutement a pu être décidé par le bureau.

En deuxième lieu, j'ai été nommé directeur de l'AMDR en fonction de mes compétences (cadre B puis A de la fonction publique territoriale depuis 22 ans, avec les diplômes requis et des formations supérieures diverses), de mon expérience d'ancien élu (permettant d'appréhender les dossiers avec des approches administrative et politique indispensable à ce poste) et de mon implantation locale (les contacts que j'ai à plusieurs niveaux, tant dans le tissu associatif que dans l'administration d'Etat ou territoriale, pouvant être indéniablement un plus). Je vous joins mon CV afin que vous puissiez avoir un aperçu de la transversalité de mes activités professionnelles.

En troisième lieu, dès ma nomination, je me suis attaché à répondre à l'urgence des dossiers en souffrance depuis juin et à insuffler une dynamique nouvelle avec les trois autres salariés dans une démarche participative : réorganisation fonctionnelle, avec des missions posées dans des fiches de poste ; élaboration d'un règlement intérieur prévu par les statuts mais inexistant ; relance de la préparation du 1" Carrefour des communes et des EPCI de La Réunion, initié par les anciens président et directeur ; rencontres avec divers partenaires ; élaboration d'items pour relooker le site internet ; recherche extrêmement difficile d'un nouveau siège pour l'association, au vu de la vétusté des locaux et suite surtout à la demande pressante du conseil général depuis plusieurs années de quitter les lieux mis à disposition ; réponses aux demandes des élus sur des questions juridiques...

Ces six semaines ont été entrecoupées par des obligations d'honorer des décisions prises avant même mon arrivée (dont les comptes rendus ont été publiés sur le site internet de l'AMDR et dont je vous joins copies) :

• Le congrès de l'Association nationale des directeurs d'associations des maires (ANDAM) à Lille ;

• Les 2èmes Rencontres territoriales ressources humaines, à Mayotte.

Cette activité intense - avec des collègues dévoués et très professionnels - est menée, sous l'égide du président, avec la nécessité de :

• Elargir les missions de l'AMDR, en demandant l'agrément du ministère de l'Intérieur, sur son volet formation, en incluant élus et administrateurs d'associations ainsi que les collaborateurs des élus, en partenariat avec le CNFPT, les Conseils de l'ordre et l'Université pour des sessions spécialisées;

• Mettre en place un réseau de directeurs de cabinet et de collaborateurs d'élus pour des échanges de bonnes pratiques, la recherche de propositions pour améliorer leur statut et le renforcement de leur formation avec des Instituts d'études politiques ;

• Mieux faire connaître les activités de l'AMDR via la vulgarisation de son site internet qui devrait à terme percevoir des recettes publicitaires des partenaires, des élus via une application mobile, des agents territoriaux via la publication de rapports techniques innovants ;

• Elaborer des rapports et des propositions, suite à des débats, sur des thématiques sensibles et neutres politiquement : "Les Nouveaux Animaux de Compagnie à La Réunion : bof, beauf ou danger?", "La prolifération des chats sauvages à La Réunion : un moyen de lutte contre les rats ou un danger pour la population?", " Une assurance des élus dans leur fonction: démarche individuelle ou collective? "...

• Lancer une amicale des anciens élus locaux, adossée à l'AMDR.

En dernier lieu, permettez-moi d'éclaircir certains points :

1. J'ai certes été sanctionné pénalement pour une faute personnelle et des erreurs d'appréciations administratives qui remontent à avant 2006. J'en paye le prix, fort au demeurant, et j'en tire aujourd'hui les conséquences tant dans ma vie personnelle que professionnelle. Ces sanctions judiciaires, connues de tous depuis plusieurs années, ne m'ont pas empêché d'être élu maire en mars 2014 et ne m'empêchent point de garder une certaine popularité dans et hors de ma ville. Ces deux éléments me donnent toute la légitimité pour une reconversion sociale et professionnelle. Prétendre le contraire reviendrait à insulter les Saint-Louisiens et les Réunionnais qui m'ont fait et me font confiance.

2. Je n'ai à ce jour aucune interdiction d'exercer une quelconque fonction de responsabilité ni de gérer des fonds publics ou privés, Et ce d'autant plus que les statuts de l'AMDR, depuis 1996, stipulent que la gestion de l'association est diligentée par le président et le trésorier, seuls habilités à émettre et à encaisser des chèques,

3. J'ai été élu maire de Saint-Louis le 7 avril 2014 et je n'ai assisté qu'à l'assemblée générale de l'AMDR où on élisait le Président. Je n'ai fait prendre aucune délibération du conseil municipal entre le 7 avril et le 11 juin 2014 concernant l'AMDR. La cotisation de la commune de Saint-Louis a été versée directement et automatiquement en mars 2014 par mon prédécesseur, je n'avais donc aucune fonction de décision ou de contrôle au sein de l'AMDR, avant mon recrutement, qui permette de croire ou de faire croire qu'un délit quelconque ait été commis (à titre d'information, bon nombre d'associations des maires - hexagonales ou domiennes - ont comme directeur des élus ou d'anciens élus locaux).

Si je peux donc comprendre l'émoi causé par l'agitation ambiante et, donc, le doute qu'a pu faire naître chez vous diverses analyses, j'ose espérer aussi que vous comprendrez que je ne puisse accepter qu'on porte atteinte à ma dignité d'homme. Aussi, je vous confirme que je continuerai à mener les missions qui me sont confiées, loin du tumulte entretenu, dans le respect total de mon devoir de réserve. Je m'engage à travailler non seulement pour l'intérêt général des communes, sans clivage politique, en respectant les missions essentielles de l'AMDR, mais surtout dans la discrétion et sans m'immiscer publiquement dans la vie politique.

C'est donc sur mon travail, loin des préjugés et des clichés, comme tout salarié et tout citoyen revendiquant son droit au travail, que je souhaite être jugé. "

Cyrille Hamilcaro

   

5 Commentaire(s)

Citoyen dobout, Posté
Pourquoi le CV cité n est-il pas publié ? Cela permettrait au moins de se faire une opinion plus juste des compétences de ce monsieur
Sylvana, Posté
Nausééeeeeee !

Immonde bonhomme ! Je pense qu'un citoyen peut saisir le T.A sur les conditions d'embauche de ce type (appel d'offres, examen des candidatures etc.) A trop nous insulter et nous narguer, il va comprendre sa douleur.
FOX, Posté
L émoi....c est peu dire Cyrille......que je ne puisse accepter qu on porte atteinte à ma dignité d homme. Mais bordel de .....c est toi (je m autorise à te tutoyer) qui t es mal comporter et agi.....alors assume tes conneries stp!....ce n est pas toi la victime, mais les personnes que tu as entrainé et mis dans la merde....je vais m arrèter à la .....pour ce soir, mais je voulais te dire une chose.....tu es entrain d utiliser tes derniéres cartouches!.....Mais un conseil gardes en au moins une.....je ne voudrais pas ètre à ta place mème pas trente secondes.......je vois que ton pèlérinage t as apporté rien de bon.....et surtout pas la sagesse.....bien que tu sois un homme intélligent.....et MALIN......comprendras qui veut. A bientot Cyrille pour la suite et peut ètre la fin......
Diplomé, Posté
Quel est le plus gros , le CV ou le Casier judiciaire??
Netodom, Posté
Nouveau logo de l'AMDR

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=627324nouveaulogoAMDR.jpg