Ibrahim Dindar a rencontré les protestataires, la circulation est rétablie :

Sainte-Clotilde : nouvelle manifestation pour des emplois


Publié / Actualisé
Ce jeudi matin 25 septembre 2014, un groupe d'une vingtaine de manifestants s'est rassemblé devant l'UTR (Unité territoriale routière), rue Léopold-Rambaud, à Sainte-Clotilde. Les manifestants ont mis en place un barrage filtrant et perturbent fortement la circulation, provoquant notamment un embouteillage sur le boulevard Lancastel. Comme lors des dernières manifestations, ils réclament des emplois et des contrats aidés et la venue d'élus, notamment la présidente du conseil général Nassimah Dindar et le président de Région Didier Robert. Ibrahim Dindar est venu sur place pour rencontrer les protestataires. Le directeur de cabinet au CG974 leur a affirmé que les dossiers et CV des chercheurs d'emploi seront examinés par les services du département.
Ce jeudi matin 25 septembre 2014, un groupe d'une vingtaine de manifestants s'est rassemblé devant l'UTR (Unité territoriale routière), rue Léopold-Rambaud, à Sainte-Clotilde. Les manifestants ont mis en place un barrage filtrant et perturbent fortement la circulation, provoquant notamment un embouteillage sur le boulevard Lancastel. Comme lors des dernières manifestations, ils réclament des emplois et des contrats aidés et la venue d'élus, notamment la présidente du conseil général Nassimah Dindar et le président de Région Didier Robert. Ibrahim Dindar est venu sur place pour rencontrer les protestataires. Le directeur de cabinet au CG974 leur a affirmé que les dossiers et CV des chercheurs d'emploi seront examinés par les services du département.

"Cela fait des années qu’on habite là, on a grandi là. Les politiciens nous ont demandé de rouler pour eux, mais après ils ne font rien pour nous. Il n’y a pas de travail. Pourtant dans le quartier, il y a la direction de l’équipement, la Cité des arts, la Fabrique, bientôt la piscine... Qu’ils prennent au moins quelques CV pour essayer de donner du travail aux jeunes", confie Ludovic l'un de ses manifestants venus du quartier voisin de Patate à Durand.  "C’est la seule manière pour nous de revendiquer. On dit qu’on copie sur les autres quartiers, mais ce n’est pas une question de copier, c’est qu’on en a marre ! On est non-violents, on n’est pas des casseurs, la seule chose qu’on fait, c’est de bloquer la route", affirme-t-il.

Ibrahim Dindar, directeur de cabinet au conseil général, est venu à la recnontre des manifestants : "Nassimah Dindar m’a délégué cette mission d’écoute et de dialogue. Je leur ai tenu un langage de vérité en disant que je ne pourrais pas embaucher tous les demandeurs d’emploi. Il faut qu’ils comprennent la situation, mais également montrer que nous portons de l’intérêt à leur situation."

Comme lors des précédentes manifestations devant les mairies annexes du Chaudron, du Moufia ou de Montgaillard, les manifestants en appellent aux élus. "On demande aux élus de venir, surtout Nassimah Dindar et Didier Robert. Ce n’est pas une question de politique, c’est une question de vie", souligne Ludovic. Les dossiers et les CV des protestataires sont attendus dans quelques jours dans les services du département. Une réponse de la direction du conseil général est attendue sous huitaine. "C’est une réponse qu’ils ont comprise", assure Ibrahim Dindar.

Ces troubles à répétition se sont traduits par une soirée d'affrontements avec la police au Chaudron mardi soir. Ce mercredi, c'est le local de Citalis qui a été incendié dans la soirée.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !