Prix du billet d'avion :

Surcharge carburant : une très chère taxe


Publié / Actualisé
En ce début de mois d'octobre 2014, l'Etat a décidé de se désengager du dispositif de continuité territoriale. Le ministère des Outre-mer ne financera plus qu'un bon de Ladom tous les trois ans. Si cette annoncé a créé l'émoi parmi les personnalités politiques réunionnaises, d'autres pratiques sur le prix des billets d'avion continuent d'être ignorées par les acteurs publics. Car si ce coup de pouce de 360 euros a été remis en cause par le gouvernement, il ne faut pas oublier que le Réunionnais paie souvent près de 400 euros de taxes à chaque aller-retour entre Saint-Denis et Paris. Une somme qui est reversée en très grande partie aux compagnies aériennes et non pas aux collectivités...
En ce début de mois d'octobre 2014, l'Etat a décidé de se désengager du dispositif de continuité territoriale. Le ministère des Outre-mer ne financera plus qu'un bon de Ladom tous les trois ans. Si cette annoncé a créé l'émoi parmi les personnalités politiques réunionnaises, d'autres pratiques sur le prix des billets d'avion continuent d'être ignorées par les acteurs publics. Car si ce coup de pouce de 360 euros a été remis en cause par le gouvernement, il ne faut pas oublier que le Réunionnais paie souvent près de 400 euros de taxes à chaque aller-retour entre Saint-Denis et Paris. Une somme qui est reversée en très grande partie aux compagnies aériennes et non pas aux collectivités...

Suite à la décision de l’Etat de ne plus financer chaque année un bon de la continuité territoriale, toute l’attention des personnalités politiques et de l’opinion publique est dirigée vers le siège de Ladom. Didier Robert a dénoncé un "coup de poignard" du gouvernement, Thierry Robert a accusé la Région Réunion, les élus de la droite et du centre ont parlé de "trahison" des socialistes…

Mais alors que les uns et les autres se tirent dans les pattes afin de savoir à qui revient la faute, les voyages continuent de se vendre au prix fort entre La Réunion et Paris, et d’autant plus en période de vacances. Ainsi, entre Saint-Denis et Paris, pour un séjour réservé du 17 décembre 2014 au 7 janvier 2015, le Réunionnais devra payer de 681 à 973 euros.

Si les prix des billets varient de près de 300 euros, il faut savoir que les taxes appliquées sont beaucoup moins sujettes à des changements. Pour cette même réservation, les sommes vont de 313 euros à 429 euros. Une somme importante qui s’explique notamment par une taxation obscure utilisée par les compagnies aériennes : la surcharge carburant.

Souvent décrite comme "opaque" ou "fourre-tout", cette taxe est notament utilisée par les différentes sociétés afin de "financer la hausse du coût du pétrole." Entre 2012 et 2014, Air France a augmenté de 64 euros cette somme perçue sur les trajets long-courrier. En reprenant l’exemple de la réservation utilisée, la surcharge carburant représente entre 242 et 334 euros du prix du billet d’avion. Bien qu'assez stable, il est hors de question de fusionner cette "surcharge" au prix du billet sec.

A cette énorme somme perçue par les compagnies aériennes, viennent s’ajouter cinq autres taxes. La taxe aéroport est déterminée par l’Etat en fonction de chaque aérogare. Par exemple, elle est de 9,50 euros à Gillot et de 26 euros à Paris Charles de Gaulle. La redevance passager est également perçue par l’aéroport afin de financer ses installations, sa somme est de 17,70 euros pour un vol aller-retour entre La Réunion et Paris.

L’avion civile perçoit également une taxe de 8,72 euros afin de financer son fonctionnement, ainsi qu’une somme de 2,26 euros destinée à être reversée à un programme d’aide humanitaire. Cette taxe de solidarité - dite taxe Chirac - est appliquée dans moins d’une dizaine de pays à travers le monde. Enfin reste une taxe d’embarquement, fixée à 3,05 euros par la Région Réunion, qui est reversée aux collectivités locales. Une somme bien ridicule, 100 fois moins importante que celle versée aux compagnies aériennes à chaque aller-retour entre La Réunion et Paris.

www.ipreunion.com

   

5 Commentaire(s)

Association "Les Nouveaux Acheteurs, Posté
La surcharge carburant n'est pas une taxe mais bien une composante du prix du billet d'avion, et dont le montant est bien a la discretion de la compagnie aerienne.
En effet la definition du mot taxes est claire:"Prélèvement à caractère fiscal, destiné à alimenter la trésorerie de l'État, d'une collectivité locale ou d'un établissement public administratif en contrepartie d'un service rendu aux administrés./ par le Larousse".
Hors la "surcharge carburant" ne sert que les intérêt des compagnies aeriennes
Air France a été condamnee aux USA à 85000 USD pour delit de desinformation sur son site Web marchand des conditions de tarifs (cf lien http://www.benedelman.org/airfare-advertising/airfrance.html).
Il faut que l'observatoire des prix a La Reunion se penche sur ces abus
Ahah, Posté
Et du coup, est ce que nos impôt vont baisser ? NON ?!! alors où va l'argent ???
OBSERVATEUR, Posté
Une chose est certaine ! Les nantis, politiques et autres, qui voyagent bien souvent gratuitement en classe Affaires, ne détournent pas souvent leurs regards vers l'arrière "économique".....Il est vrai qu'un rideau de séparation les rend aveugles... Et vos prix affichés de 681 à 973 euros en périodes de vacances sont pour le moins "optimistes" ! Et ce qui est certain également, c'est qu'il n'y a pas une "réelle" concurrence entre les compagnies aériennes et une véritable volonté politique et même populaire et démocratique pour faire tomber les "masques". À quand les transporteurs aériens à bas coûts ? Lire l'analyse dans l'Express de cette semaine. Édifiant ! Un vol de 1000 kms entre Paris et Barcelone, deux aéroports lourds en taxes, au prix de ... 39 euros avec EasyJet ! Il suffit juste de multiplier par 10 ! Après tout, le service de base et le plateau repas de ces compagnies dites low coast n'est pas moins bon que ceux servis en classe dite économique de nos compagnies actuelles qui desservent La Réunion À quand l'arrivée à Gillot d'EasyJet, Ryanair, Germanwings, IAG. Et à quoi aura servi réellement cette grève si longue et sans résultat probant à Air France ? Espérons un "avenir" aérien meilleur !
Kekere, Posté
Ecoutez, il y en a marre de payer pour les autres, surtout quand on sait comment certains les utilsent ces billets. Il n'y a pas que les reunionnais qui viennent en Metroploe qui payent des taxes qui representent un peu plus de la moitié du billet. Les reunionnais qui viennent au pays pour voir
Leur famille payent aussi, alors arrêtez de reclamer sans arrêt. C'est déjà bien qu'on l'attribue tous les 3 ans. En partant de ce principe, on devrait faire la même chose pour les provinciaux qui montent à Paris pour le travail. Je pousse peut être la comparaison un peu loin mais c'est nécessaire pour que le reunionnais comprenne qu'il faut arrêter de tirer sur la corde qui finira par se rompre complètement. Et ce jour là, , ce sera bien fait pour nous!!
Fleur, Posté
Ah, je me demandais comment étaient facturées les taxes aéroport. Nul doute qu'il est justifiable que la coop solidaire se batte pour faire baisser les prix des carburants. Et ce que fait son président, prouve qu'il y a des compagnies aériennes moins chères et moins gourmandes. Si la région acceptait qu'il y ait une belle concurrence dans ce domaine, la continuité territoriale n'aurait pas lieu d'être.