Saint-André - Portes ouvertes à l'atelier Vencatachellum :

L'ébénisterie sans langue de bois


Publié / Actualisé
Du jeudi 23 au samedi 25 juillet 2015, l'atelier ébéniste Vencatachellum ouvre ses portes au public. Entre démonstrations artisanales et expositions artistiques, le bois se dévoile sous toutes ses formes à Saint-André.
Du jeudi 23 au samedi 25 juillet 2015, l'atelier ébéniste Vencatachellum ouvre ses portes au public. Entre démonstrations artisanales et expositions artistiques, le bois se dévoile sous toutes ses formes à Saint-André.

"Unis, vers la matière" : le nom donné aux premières portes ouvertes de l’ébénisterie Vencatachellum donne le ton. Artistes et artisans se réuniront à l’atelier saint-andréen, du jeudi 23 au samedi 25 juillet. Durant ces trois jours, le bois sera la matière mise à l’honneur lors des différentes expositions et démonstrations prévues.

"Le métier d’ébéniste demande beaucoup d’implication, d’assiduité et la concurrence est féroce" estime Jean-Noel Vencatachellum, initiateur du projet. Le co-gérant de l’ébénisterie du même nom dirige la société en compagnie de son frère, Stéphane. Pour ces Saint-Andréens, le bois est une histoire de famille : "Nous sommes tombés dedans depuis petits, notre grand-père était charpentier notre père ébéniste" indique Jean-Noel Vencatachellum au micro de RTL Réunion. Cela fait maintenant trente-trois ans qu’il œuvre dans ce secteur avec, comme spécialité, la fabrication du meuble.

Les travaux de la société vont des meubles classiques pour la maison aux pièces uniques sur demande, en passant par les aménagements sur mesure. Selon l’ébéniste, il est "important que l’identité du meuble réunionnais trouve ses lettres de noblesse", d’où l’idée de ces journées d’exposition. Ces portes ouvertes sont ainsi l’occasion de mettre en valeur leur travail essentiellement basé sur le bois de tamarin, le "bois totem".

"Nos bois sont bien caressés dans le sens du fil"

Au cours des journées portes ouvertes, le circuit du bois sera retracé, depuis la scierie de Saint-Benoît jusqu’au séchage. Entre les deux stades, les processus de transformation tels que le rabotage seront également expliqués. "Notre tamarin endémique provient de la forêt du Maïdo ou de la Plaine des Palmistes, c’est un bois unique au monde, qui ne pousse qu’à La Réunion et qui fait toute la singularité et la valeur de nos œuvres" s’enthousiasme Jean-Noel Vencatachellum. Il salue le reboisement effectué par l’ONF, partenaire de l’événement : "Notre forêt est renouvelée, c’est important pour nous, nos clients ont l’assurance que nos bois sont bien caressés dans le sens du fil". Pour rappel, les produits principalement commercialisés par l’ONF à l’attention des ébénistes sont le cryptomeria du Japon et le tamarin des hauts.

L’entreprise saint-andréenne, estampillée du label du patrimoine vivant délivré par l’Etat, se targue de faire partie d’un "cercle assez fermé". Le co-gérant précise : "ce label est national, et à La Réunion, ça nous met une grosse pression, on doit rester fidèle à notre manière de travailler et surtout, continuer à nous perfectionner". Car l’art de l’ébénisterie est encore récent sur l’île, "apparu tout juste depuis l’époque de la Compagnie des Indes" selon l’artisan.

Verre soufflé, chaudronnerie, céramique, peinture sur porcelaine : différentes compétences artistiques seront aussi représentées. Une manière de s’interroger sur l’art et la décoration à La Réunion et d’informer le public sur les méthodes utilisées. "C’est un peu un moyen de découvrir, réfléchir et discuter" indique le co-gérant de l’ébénisterie. Parmi les artistes invités : Jack Beng-Thi, artiste platicien, Tony Chauvin, chaudronnier fusionnant le métal au tamarin, Mikael Hingant, souffleur sur verre, Masami, performeuse japonaise… De quoi faire de l’atelier une bonne idée de destination pour les vacances. Durant ces journées d’exposition, l’ébénisterie Vencatachellum sera ouverte gratuitement de 9 heures à 18 heures.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !