Collectif pour la liberté de choix de son assurance maladie :

Un mouvement "important" contre le régime social des indépendants prévu le 17 février


Publié / Actualisé
Le Collectif pour la liberté de choix de son assurance maladie (CSAPR) s'est réunit en assemblée générale ce samedi 30 janvier 2016. A l'issue des discutions, quatre réunions d'informations mensuelles - destinés aux entrepreneurs souhaitant quitter le Régime social des indépendants - et un mouvement prévu le 17 février prochain sur le parvis du tribunal de Champ Fleuri à Saint-Denis ont été décidés. Le collectif dénonce le coût important des charges sociales sous le Régime social des indépendants (RSI), seule alternative proposée par l'Etat pour l'assurance maladie des entrepreneurs. Le groupe défend également la liberté de pouvoir s'assurer avec l'organisme européen de son choix. (Photo d'archive)
Le Collectif pour la liberté de choix de son assurance maladie (CSAPR) s'est réunit en assemblée générale ce samedi 30 janvier 2016. A l'issue des discutions, quatre réunions d'informations mensuelles - destinés aux entrepreneurs souhaitant quitter le Régime social des indépendants - et un mouvement prévu le 17 février prochain sur le parvis du tribunal de Champ Fleuri à Saint-Denis ont été décidés. Le collectif dénonce le coût important des charges sociales sous le Régime social des indépendants (RSI), seule alternative proposée par l'Etat pour l'assurance maladie des entrepreneurs. Le groupe défend également la liberté de pouvoir s'assurer avec l'organisme européen de son choix. (Photo d'archive)

Un mouvement "important" se tiendra le 17 février 2016 prochain sur le parvis du tribunal de Champ Fleuri à Saint-Denis, mouvement organisé par le collectif pour la liberté de choix de son assurance maladie, mené par Jean-François Maillot. En plus des réunions d'informations dispensées pour les entrepreneurs voulant en savoir plus pour quitter le RSI, le porte-parole du collectif tient à continuer son action "pour la liberté et la protection sociale".

"Lorsqu'on créé son entreprise, l'Etat nous impose de nos inscrire au RSI alors qu'on peut s'assurer auprès d'un organisme européen, selon les directives de l'Europe" précise Jean-François Maillot. Lui-même entrepreneur, il précise qu'il a pu embaucher deux personnes de plus depuis qu'il a quitté le RSI pour une assurance européenne. "Mes cotisations sont passées de 30 000 à 8 000 euros par an, avec la complémentaire santé comprise dans le prix" souligne-t-il.

Pour rappel, lors de sa visite en janvier dernier, la secrétaire d'Etat au commerce, à l'artisanat, à la consommation et à l'économie sociale et solidaire, Martine Pinville avait rappelé l'obligation aux travailleurs indépendants de s'affilier au RSI au moment de la création de l'entreprise. "Il n’y a pas d’autres choix" avait-elle annoncé.
 

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Syl Vi, Posté
J'y serais sans faute!
Mon entreprise est asphyxiée par ce monopole. Cela me révolte de devoir payer des sommes injustifiées au RSI. Je revendique le droit de cotiser dans l'organisme de mon choix.
Au 17 février tout le monde!
Christ de Mons, Posté
Dans quelle ville allez vous manifester ??????????????????????????