Enquête sur le vol de la Malaysia Airlines :

MH 370 : Johnny Bègue remet la main sur un débris "intriguant"


Publié / Actualisé
Un "morceau" retrouvé ce jeudi 3 mars 2016 au bord du littoral Saint-Andréen pourrait bien relancer de plus belle le volet réunionnais de l'enquête sur le vol MH 370. C'est à nouveau Johnny Bègue, celui qui avait retrouvé le morceau d'aile appartenant au Boeing 777 du vol disparu de la Malaysia Airlines au mois de juillet 2015, qui met la main sur un débris situé au bord de la mer à Saint-André. Ce morceau de 40 cm sur 20, lui fait fortement penser à une matière provenant d'un avion. Intrigué par la nature de l'objet, ce dernier l'a remis à la brigade de gendarmerie du transport aérien (BGTA) à Sainte-Marie et continue régulièrement, lors de ses séances de footing, de scruter la plage saint-andréenne.
Un "morceau" retrouvé ce jeudi 3 mars 2016 au bord du littoral Saint-Andréen pourrait bien relancer de plus belle le volet réunionnais de l'enquête sur le vol MH 370. C'est à nouveau Johnny Bègue, celui qui avait retrouvé le morceau d'aile appartenant au Boeing 777 du vol disparu de la Malaysia Airlines au mois de juillet 2015, qui met la main sur un débris situé au bord de la mer à Saint-André. Ce morceau de 40 cm sur 20, lui fait fortement penser à une matière provenant d'un avion. Intrigué par la nature de l'objet, ce dernier l'a remis à la brigade de gendarmerie du transport aérien (BGTA) à Sainte-Marie et continue régulièrement, lors de ses séances de footing, de scruter la plage saint-andréenne.

De nouveau, Johnny Bègue, qui a pris l’habitude de scruter le littoral de Saint-André depuis qu’il a donné l’alerte en trouvant un morceau d’aile appartement à l’appareil B 777 du vol MH 370, trouve pendant son footing, un débris qu'il qualifie "d'intriguant". Ce jeudi 3 mars 2016, c'est un objet qui, pour l'ancien emploi vert de Saint-André, présente de fortes similitudes avec l'aile retrouvée en juillet 2015, quasiment au même endroit.

Bien que rien n'indique pour le moment que ce débris provienne d'un avion, Johnny Bègue décrit alors "une sorte de feuille de 40cm sur 20 de couleur grise d'un côté avec une trace de peinture bleu. Surtout c'est cette matière en nid d'abeille qui [lui] fait penser au composite de l'aile retrouvée". Dans un article paru ce samedi 5 mars 2016 dans le Journal de l'île relatant la trouvaille, un ancien pilote de Boeing 777 nuance en précisant que "cette technique de nid d’abeille est également employée dans l’industrie navale pour la fabrication des coques de bateau" Le morceau retrouvé par Johnny Bègue, d'une épaisseur très fine, en plus de la concordance du lieu de la trouvaille et d'un autre morceau trouvé la vieille au Mozambique par un américain le mercredi 2 mars 2016, accroît les doutes du Saint-Andréen, qui précise par ailleurs n'être sûr de rien.

Dans le même temps, en Australie, les analyses se poursuivent sur le morceau ramassé par Blaine Gibson afin de savoir s'il provient de l'avion de la Malaysia Airlines disparu le 8 mars 2014. Ce dernier avait d'ailleurs échangé avec Johnny Bègue lorsque l'aile du Boing avait été retrouvée.

L'ancien employé d'une association de protection de l'environnement - son contrat n'a pas été renouvelé - a toujours un regard accru lorsqu'il se rend sur le littoral pour courir trois fois par semaine. "Quand il y a du mauvais temps, c'est là qu'il faut regarder, la mer rejette beaucoup de choses". Bien que son attention soit payante, Johnny Bègue n'en reste pas moins déçu. "Je ne réclame pas d'argent et je ne fais pas ça pour la célébrité. Mais j'aimerais bien que moi et mes collègues ayons de nouveau du travail. Encore une fois je ne fais pas ça pour la gloire, ceux qui pensent que j'ai gagné de l'argent [en retrouvant l'aile d'avion ndlr] ça n'est pas vrai. Aujourd'hui j'ai besoin de travailler" termine le Saint-Andréen.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Gg, Posté
Cet objet a été déjà retrouvez par l'équipe de Agathe c'est un bout de voiliers qui a échoués à Maurice l'objet étais énorme et Mr Agathe a remis au gendarme de l'aéroport de Guillot au moment de la recherche l'objet retrouve sur st Marie