L'éruption continue de diminuer :

Piton de la Fournaise : les gaz volcaniques ont envahi l'enclos


Publié / Actualisé
Depuis ce mardi 18 mai 2021, les gaz volcaniques ont envahi l'enclos du Piton de la Fournaise : une "chape de plomb" empêche de voir les cônes éruptifs. Ensuite ce sont les nuages qui ont recouvert la zone, bref difficile de voir quelque chose. Le front de coulée ne progresse que très lentement et les appareils de l'observatoire volcanologique (OVPF) confirment une baisse continue de l'éruption. Nous publions ci-dessous le communiqué de l'OVPF. (Photo : observatoire)
Depuis ce mardi 18 mai 2021, les gaz volcaniques ont envahi l'enclos du Piton de la Fournaise : une "chape de plomb" empêche de voir les cônes éruptifs. Ensuite ce sont les nuages qui ont recouvert la zone, bref difficile de voir quelque chose. Le front de coulée ne progresse que très lentement et les appareils de l'observatoire volcanologique (OVPF) confirment une baisse continue de l'éruption. Nous publions ci-dessous le communiqué de l'OVPF. (Photo : observatoire)

L’éruption débutée le 09 avril 2021 à 19h (apparition du trémor) se poursuit. L’amplitude du trémor volcanique (indicateur d’une émission de lave en surface) poursuit sa lente décroissance initiée depuis le 2 mai.

Les images des caméras de l’OVPF et de l’OVPF/IRT de ces dernières 24h montrent que :

- les deux cônes sont toujours actifs avec un fort dégazage
- l’écoulement de la lave à la sortie des bouches éruptives, se fait essentiellement en tunnels et ce jusqu’à la limite supérieure des grandes pentes, où des résurgences de lave sont parfois visibles en surface ;
- le front de coulée ne progresse que très lentement dans les Grandes Pentes

Sur les dernières 24 heures, trois séismes volcano-tectoniques superficiels (entre le niveau de la mer et la surface) ont été enregistrés, localisés à l’aplomb des cratères sommitaux.

- Les flux de CO2 dans le sol sont toujours en hausse en champ lointain (région des Plaines).
- Les conditions météorologiques présentent en début de matinée ont conduit à la formation d’une nappe de gaz volcanique dans l’enclos

La légère tendance à l’inflation de l’édifice constatée ces derniers jours, se confirme.

Aucune estimation de débit de lave n’a pu être établie par la plateforme HOTVOLC (OPGC - université Clermont Auvergne), car l’écoulement de la lave désormais en quasi-totalité en tunnel limite considérablement le rayonnement thermique de la coulée.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !