Pour réguler le flux des voitures :

Plaine des Cafres : des barrières installées en cas d'éruption


Publié / Actualisé
Certains habitants de la Plaine des Cafres au Tampon ont eu la surprise de voir des barrières installées le long de la route qui mène au volcan. Selon la mairie du Tampon il s'agit d'un dispositif demandé par l'Etat pour gérer le flux des automobilistes venus voir les éruptions qui se déroulent dans l'enclos. La mairie comme la Casud qui a participé à la mise en place du dispositif assurent que les riverains ne sont pas impactés par la fermeture des barrières, qui ne sera prévue qu'en cas de forte affluence. (Photos : Adevo Elevage du Volcan)
Certains habitants de la Plaine des Cafres au Tampon ont eu la surprise de voir des barrières installées le long de la route qui mène au volcan. Selon la mairie du Tampon il s'agit d'un dispositif demandé par l'Etat pour gérer le flux des automobilistes venus voir les éruptions qui se déroulent dans l'enclos. La mairie comme la Casud qui a participé à la mise en place du dispositif assurent que les riverains ne sont pas impactés par la fermeture des barrières, qui ne sera prévue qu'en cas de forte affluence. (Photos : Adevo Elevage du Volcan)

Selon Louis Boyer, ingénieur en charge du dispositif à la mairie du Tampon, "ces barrières ont été installées à la demande des services de l'Etat pour gérer le flux des voitures en cas d'éruption dans l'enclos". Une décision prise après l'éruption de juillet 2019 pendant laquelle des problèmes de circulation avaient été observés. "Des barrières amovibles avaient été installées à l'époque mais elles avaient été forcées. Le dispositif a tout de même montré que la mise en place de barrières fonctionne bien."

Deux barrières sont installées à ce stade, l'une sur le chemin Pierre Picard et l'autre sur la route forestière. Le choix d'en installer une près du giratoire qui mène au volcan s'est voulu stratégique : "tous les mouvements sont couverts" selon la mairie du Tampon.

La Casud, ayant participé à la mise en place du dispositif, annonce avec la mairie d'autres futurs aménagements comme la mise en place de toilettes sur le parking Fock Fock, celui sur lequel les visiteurs se garent actuellement pour se rendre au Piton de Bert et suivre l'éruption en cours depuis le 9 avril. "L'organisation n'est pas encore figée. Nous en sommes aux prémisses" avoue Louis Boyer.

- Les riverains interpellés -

Aucune communication n'a été faite auprès des habitants avant l'installation des deux barrières. Pour la mairie, nul besoin de prévenir, puisqu'elles ne gênent pas la circulation. "Elles sont sur l'accotement, ça n'a donc aucune incidence sur le passage" assure Louis Boyer.

En cas d'éruption, il affirme par ailleurs que les riverains ne seront pas impactés par la fermeture des barrières. "Il y aura un délestage pour les riverains. Des vigiles seront présents : les habitants seront identifiés et pourront donc passer." Mais il faudra de toute façon patienter dans les bouchons immanquablement formés avant la barrière.

Des réflexions sont encore en cours pour savoir si d'autres barrières seront installées. Elles ne devraient, en tout cas, être fermées qu'en cas de forte affluence. Et les éruptions hors enclos n'auront bien évidemment aucun impact sur ces axes de circulation.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

Les habitants seront identifiés et pourront donc passer., Posté
clientélisme et passe droit comme toujours. Rien de change