Mobilisation contre l'obligation vaccinale des soignants :

Barrages de routes et heurts avec les forces de l'ordre en Guadeloupe : le préfet décrète le couvre-feu


Publié / Actualisé
Le mouvement de contestation en Guadeloupe contre l'obligation vaccinale pour certaines professions se durcit. Une semaine de grève illimitée avait été décrétée ce lundi 15 novembre 2021 par un collectif d'organisations syndicales qui rejette l'obligation vaccinale pour les soignants. Ce vendredi 19 novembre l'île a été le théâtre d'incendies et de barrages sur les routes et de heurts avec les forces de l'ordre . Le préfet a annoncé l'instauration d'un couvre-feu "compte tenu des mouvements sociaux en cours dans le département et des actes de vandalisme". La vente d'essence en jerrican a également été interdite". Une cellule de crise interministérielle se tient ce samedi soir. Elle est présidée par les ministres de l'Intérieur Gérald Darmanin et des Outre-mer Sébastien Lecornu "pour voir quelles nouvelles mesures peuvent être prises suite aux troubles à l'ordre public des derniers jours" a indiqué à l'AFP l'entourage de Sébastien Lecornu. (Photo d'illustration AFP) décrète
Le mouvement de contestation en Guadeloupe contre l'obligation vaccinale pour certaines professions se durcit. Une semaine de grève illimitée avait été décrétée ce lundi 15 novembre 2021 par un collectif d'organisations syndicales qui rejette l'obligation vaccinale pour les soignants. Ce vendredi 19 novembre l'île a été le théâtre d'incendies et de barrages sur les routes et de heurts avec les forces de l'ordre . Le préfet a annoncé l'instauration d'un couvre-feu "compte tenu des mouvements sociaux en cours dans le département et des actes de vandalisme". La vente d'essence en jerrican a également été interdite". Une cellule de crise interministérielle se tient ce samedi soir. Elle est présidée par les ministres de l'Intérieur Gérald Darmanin et des Outre-mer Sébastien Lecornu "pour voir quelles nouvelles mesures peuvent être prises suite aux troubles à l'ordre public des derniers jours" a indiqué à l'AFP l'entourage de Sébastien Lecornu. (Photo d'illustration AFP) décrète

Quatre immeubles de Pointe-à-Pitre, le chef-lieu qui compte de nombreuses habitations en bois, sont partis en fumée, selon les pompiers, tandis qu'autour des barrages sur les routes les manifestants affrontaient la police à coup de pierres ou même de tirs de mortier. Le préfet a annoncé vendredi l'instauration d'un couvre-feu immédiat entre 18H00 et 05H00 locales, "compte tenu des mouvements sociaux en cours dans le département et des actes de vandalisme", et ce jusqu'à mardi. Il a également interdit la vente d’essence en jerrican.

Une cellule de crise interministérielle sera présidée samedi à 18H00 par les ministres de l'Intérieur Gérald Darmanin et des Outre-mer Sébastien Lecornu "pour voir quelles nouvelles mesures peuvent être prises suite aux troubles à l'ordre public des derniers jours", a indiqué à l'AFP l'entourage de M. Lecornu. "Les ministres condamnent les violences qui se sont déroulées cette nuit et apportent tout leur soutien aux forces de l’ordre. 29 individus ont été interpellés la nuit dernière", précise de son côté Beauvau.

La dégradation de la situation été déjà bien amorcée depuis ce lundi 15 novembre 2021. Des échauffourées avaient opposé pompiers, grévistes et gendarmes lors de la première journée de grève générale illimitée contre l'obligation vaccinale et le pass sanitaire, organisée par un collectif d’organisations syndicales. Deux pompiers avaient été blessés au cour de ces affrontements et d’autres incidents entre grévistes et forces de l’ordre avaient donné lieu à deux mises en garde à vue.

Lire aussi : Guadeloupe : deux pompiers blessés et deux arrestations pendant la grève générale

Plus tard dans la semaine, la grève générale paralysait l'île. De nombreux blocages avaient été dénoncés par les autorités et les différentes institutions : " la situation est compliquée au CHU de Guadeloupe. Les barrages, les suspensions, les arrêts maladie mais aussi le blocage et les manifestations devant l'hôpital etc, perturbent le bon déroulement des soins (...) les chimiothérapies par exemple n'ont pas pu être administrés aujourd'hui. Les médecins ne peuvent rallier leur poste", avait expliqué Cédric Zolezzi, directeur général adjoint du CHU de Guadeloupe à l'AFP.

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, et Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, avaient finalement annoncé ce vendredi 19 novembre 2021 l'envoi de renforts de 200 policiers et gendarmes en Guadeloupe.

Lire aussi : Guadeloupe : 200 policiers et gendarmes envoyés en renfort

www.ipreunion.com avec l'AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !