[VIDEO] Gestion des déchets :

Pierrefonds : inauguration du premier centre de revalorisation du verre


Publié / Actualisé
Le vendredi 20 mai 2022, l'entreprise Sud traitement service (STS) a inauguré son nouveau centre de valorisation des déchets (CVD) situé Zac Roland Hoarau à Pierrefonds (Saint-Pierre). Ce centre de transformation a été conçu pour recycler le verre localement. Il est également capable de traiter la totalité des déchets de plâtre et propose aussi une solution de recyclage des extincteurs (Photos : ma.m/www.ipreunion.com)
Le vendredi 20 mai 2022, l'entreprise Sud traitement service (STS) a inauguré son nouveau centre de valorisation des déchets (CVD) situé Zac Roland Hoarau à Pierrefonds (Saint-Pierre). Ce centre de transformation a été conçu pour recycler le verre localement. Il est également capable de traiter la totalité des déchets de plâtre et propose aussi une solution de recyclage des extincteurs (Photos : ma.m/www.ipreunion.com)

Ce centre de valorisation des déchets sera opérationnel à partir du mois de juin. Unique dans l’océan indien, il vise à recycler près de 15.000 tonnes par an de verre. Ce bâtiment de 2.350m2 comprend quatre pôles différents : le recyclage du verre, le recyclage des déchets de plâtre, le recyclage de extincteurs et une plateforme de tri des déchets dits d’activité économique.

Une fois recyclés, ces matières premières seront valorisées et transformées en poudre de verre pour incorporer dans les produits en béton, en sable et gravier pour le secteur du bâtiment et en poudre de plâtre.

"Nous traitons ici tout ce qui est broyage du verre, que nous allons broyer pour en faire une poudre microlisée pour améliorer la qualité et la résistance du béton", explique Philippe Frégence, gérant des sociétés STS et du nouveau centre de revalorisation. Écoutez :

- Mettre en avant l’économie circulaire –

Avant que ce centre de valorisation des déchets ne voit le jour, les verres étaient exportés vers l’Afrique du Sud pour être revalorisés. Mais désormais, tout ce processus peut se faire localement.

Pour Jacques Billant, préfet de La Réunion, "ce projet est au cœur de l’économie circulaire". "Jusqu’à maintenant, les déchets du secteur BTP étaient enfouis. Et grâce à ce centre de revalorisation, on a pour la première fois un réceptacle des déchets", explique le préfet. Avant de conclure, "on est dans une économie où on réutilise pour continuer à aménager et construire à La Réunion". Écoutez :

Ce centre des déchets de Pierrefonds a pu voir le jour grâce au partenariat avec la Région Réunion. "Nous sommes sur une île, il faut que nous arrivions à faire en sorte que tous ces gisements deviennent des matières premières secondaires", souligne Fabrice Hoarau, élu délégué de la Région à l’environnement et au problème des déchets.

Par la suite, la Région Réunion envisage de développer des centres similaires dans le reste de l’île. "Nous devons arriver, pour tous les gisements de déchets identifiés, à avoir ce même type d’entreprise", conclu Fabrice Hoarau. Écoutez :

- Éviter le trop plein de déchets –

Gérer mieux les déchets à La Réunion et dans les territoires ultramarins, c’est d’ailleurs ce à quoi la délégation sénatoriale aux outre-mer va consacrer son prochain rapport d’information. La délégation procédera à l’évaluation d’une politique publique confrontée à de profondes transformations pour être au rendez-vous des objectifs du zéro déchet et de l’économie circulaire.

"Placées au premier rang des priorités du nouveau quinquennat, les problématiques environnementales revêtent en outre-mer une acuité particulière. Décharges sauvages, pollution des littoraux, tri sélectif insuffisant y témoignent d’une situation préoccupante", relate le communiqué de la délégation.

"Les perturbations du commerce maritime mondial liées à la crise sanitaire ont encore accru l’extrême difficulté d’exporter les déchets, notamment les plus dangereux.

Conséquence : les stocks s’accumulent dans certains territoires où le manque d’investissements dans des infrastructures, pourtant essentielles, s’ajoute souvent aux problèmes de gouvernance et de répartition des compétences. Ces enjeux se trouvent aussi amplifiés par divers facteurs locaux comme la densité de population, l’habitat informel, l’isolement géographique, la nature du  relief ou encore la rareté du foncier."

ma.m/www.ipreunion.com/[email protected]

   

1 Commentaire(s)

Antipode, Posté
Bravo, vous allez dans le bon sens, celui du recyclage, de l'écologie ; c'est à l'opposé des incinérateurs qui sont prévus d'implantation dans la même zone !