Présidentielle 2022 :

Les réactions et consignes de vote des politiques réunionnais en vue du second tour


Publié / Actualisé
Suite au premier scrutin de l'élection présidentielle du dimanche 10 avril 2022, les deux candidats qui arrivent en tête sont Emmanuel Macron (27,60%), président sortant, et la candidate du Rassemblement National, Marine Le Pen (23,41%). En vue du second tour de l'élection prévu le dimanche 24 avril, les acteurs politiques réunionnais réagissent à ces résultats et donnent leurs consignes de vote.
Suite au premier scrutin de l'élection présidentielle du dimanche 10 avril 2022, les deux candidats qui arrivent en tête sont Emmanuel Macron (27,60%), président sortant, et la candidate du Rassemblement National, Marine Le Pen (23,41%). En vue du second tour de l'élection prévu le dimanche 24 avril, les acteurs politiques réunionnais réagissent à ces résultats et donnent leurs consignes de vote.

• André Thien-Ah-Koon, maire du Tampon

"Je confirme ce que j’ai dit depuis longtemps : le vote protestataire est largement majoritaire et s’est  cristallisé autour des extrêmes. Notre population se trouve dans une situation de grand désespoir  social et économique. 

En effet, chute du pouvoir d’achat, accès à la propriété, emploi, formation, insécurité … sont autant de  thématiques sur lesquelles nous essayons d’agir et sur lesquelles nous alarmons le gouvernement et le  chef de l’Etat qui détiennent les solutions. Je rappelle, à cet égard, que 3 réunionnais sur 4 ont exprimé un vote de désaccord. Parce que nous voulons être les interlocuteurs des autorités gouvernementales et du président  Macron, le président Cyrille Melchior, d’autres maires et moi-même, avons pris position avant le  premier tour de l’élection. 

Dans ce cadre, nous avons formulé des propositions concrètes en faveur du développement du  territoire, propositions dont la mise en œuvre est indispensable pour améliorer les conditions de vie  de notre population. 

Nos propositions portent notamment sur : 
- L’augmentation du pouvoir d’achat, par la revalorisation de + 5% par an pendant 5 ans des bas  salaires, des minimas sociaux et des petites retraites.
- L’accession à la propriété par la vente d’un tiers des 75 000 logements sociaux aux locataires  depuis plus de 15 ans. 
- La protection des petits commerçants en bloquant le développement des nouveaux centres  commerciaux. 
- L’autonomie alimentaire en soutenant le développement des filières agricoles locales et en  limitant les droits d’entrée sur les importations. 
- La création d’une région Française du grand sud de l’Océan Indien pour renforcer la stratégie  et l’économie de notre positionnement. 

Nous demandons aux pouvoirs publics une politique plus offensive en matière de formation,  d’apprentissage et d’emploi permettant à nos jeunes de relever les défis du développement de notre  territoire parmi lesquelles nous plaçons la biodiversité et l’environnement. 

Je soutiens la candidature du président Macron afin que l’avenir de notre population aux plans social  et économique soit mieux compris et pris en compte. Ce soutien s’inscrit dans le même esprit  constructif et de responsabilité qui a conduit au refinancement, par l’Etat, du RSA qui a sauvé le Conseil  Départemental et de la NRL au bénéfice du Conseil Régional. 

Mon soutien à la candidature d’Emmanuel Macron est rejoint aujourd’hui par la présidente de Région  ou encore par le maire de Saint Pierre. Cela démontre que mon analyse était la bonne et que l’intérêt  de peuple doit passer avant les ambitions personnelles."

• Huguette Bello, présidente de Région

Les Réunionnaises et Réunionnais ont choisi de placer en tête Jean Luc Mélenchon, le candidat du progrès, le candidat du peuple. Je me réjouis que les Réunionnaises et Réunionnais aient entendu mon appel à voter pour Jean Luc Mélenchon et je tiens à les remercier chaleureusement. Ce message est net et sans ambiguïté. Il s’inscrit en écho aux résultats des Outre-mer. Il confirme et amplifie le résultat de 2017 où Jean-Luc Mélenchon était déjà arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle à La Réunion.

Ce choix traduit clairement les aspirations de nos concitoyens en faveur de plus de justice sociale, plus d’égalité, en faveur du pouvoir d’achat et de l’emploi, en faveur du développement durable.

A travers ce vote, les Réunionnaises et Réunionnais ont exprimé leur volonté de changement vis-à-vis des politiques nationales qui, pendant des années, ont oublié les plus faibles et ont sacrifié les acquis du conseil National de la Résistance. Ce vote est d’abord un message d’espoir parce qu’il montre que les forces de progrès sont en tête à La Réunion. Ce message nous conforte dans l’analyse de la situation de notre île. Les Réunionnaises et Réunionnais veulent plus de dignité, de respect, d’égalité, de justice.

Mais ce vote du premier tour est aussi une mise en garde sérieuse, vis-à-vis de ceux qui veulent continuer à démanteler nos services publics, à imposer la retraite à 65 ans, à remettre en cause les 35 heures et conditionner le RSA. Il est aussi l’expression de la gravité de la situation sociale, du sentiment d’exaspération de la population et de la volonté de changement. Les Réunionnaises et Réunionnais ont également exprimé leur adhésion au programme social et écologique, ambitieux pour les Outre-mer, porté par Jean Luc Mélenchon qui est venu à leur rencontre à La Réunion. Dans l’immédiat, les deux candidats retenus pour le second tour de l’élection présidentielle, Monsieur Emmanuel Macron et Madame Marine Le Pen, ont la lourde responsabilité de prendre en compte l’expression du vote du premier tour.

Le programme de Madame Le Pen tourne le dos aux valeurs de la République et à celle de la société réunionnaise. La haine et la peur de l’autre ne peuvent constituer un projet politique pour une société au bord de l’explosion sociale. La candidate de l’extrême droite est la candidate du recul de la démocratie, de la division et du chaos.

C’est pourquoi, je demande aux Réunionnaises et aux Réunionnaises, solennellement, ce soir, de faire le choix de la République pour faire barrage à l’extrême droite. C’est à un vote lucide et responsable que je vous appelle à ce second tour pour écarter le danger de l’extrême droite. Plus que jamais, après l’élection présidentielle, les candidats aux législatives auront la responsabilité et l’opportunité de porter la voix des Réunionnaises et Réunionnais qui se sont clairement exprimés lors de ce premier tour."

• Yvette Duchemann, présidente de Solidarite Ecologiste Populaire Pou Nout Tèr (SEPT)

"L’excellent score de Jean-Luc Mélenchon à La Réunion nous fait écrire que les Réunionnais ont voté " utile " et espoir. Ils ont voté aussi écologie politique et si nous faisons la somme des deux écologistes Monsieur Mélenchon et Monsieur Jadot cela ne nous échappe pas que cela dépasse les 40 %. Nous avons donc bien voté, nous avons voté contre la haine et pour la sauvegarde de notre humanité, nous avons voté pour la sauvegarde des droits de la femme en France, nous avons voté pour la sauvegarde de notre biodiversité nationale et planétaire, nous avons donc voté  pour le futur de nos enfants, nous avons voté pour l’amour de l’autre et la compassion.

Continuons à faire barrage au rassemblement national, certes le candidat Macron n’est pas celui que nous avons choisi mais c’est notre seule porte de sortie. Et un second mandat qu’il nous faudra surveiller comme du lait sur le feu, et qu’il faudra hélas contester ensemble quant à certaines décisions qu’il voudra mettre à exécution. L’attentisme du peuple n’est plus de mise. Notre vigilance devra être exercée constamment. 

SEPT (7). Solidarite Ecologiste Populaire Pou Nout Tèr exhorte les électeurs à aller voter en masse contre l’extrême droite le 24 avril. Il y va de notre sécurité, de notre sérénité. Certes le maquillage de dédiabolisation de Marine a fonctionné. Certes les gens sont exaspérés  par ces années de rétention de la liberté et la baisse de plus en plus importante du pouvoir d’achat. Mais Marine Le Pen n’a aucune solution contre cela.

Le PS et le LR ont  été complètement démantibulés par le phénomène Macron. Seul Jean-Luc Mélenchon a pu résister et notamment chez nous et dans les autres Outre-Mers. Nous pouvons dire aujourd’hui que c’est le leader de la gauche. Il ne s’est pas auto proclamé : c’est le peuple qui l'a proclamé. Bravo, il a su redonner une ligne directrice à cette gauche qui pourtant n’a pas arrêté de le descendre pendant la campagne.  Souhaitons que tous ces egos se réduisent à zéro et souhaitons qu’on puisse continuer le combat pour une véritable démocratie. Tienbo, nou larg pa rien. Nou lé là."

• Irmhane Moullan, référent départemental de " AGIR La Droite Constructive " à La Réunion

"Je prends acte des résultats de ce 1er tour de l’élection présidentielle, et je salue le score du Président Macron, tant au niveau national qu’au niveau local. Je me félicite plus particulièrement des 6 607 voix (18,44%) qu’il a obtenues sur la commune de Saint-Pierre.

C’est un véritable camouflet infligé à Michel Fontaine, responsable de la fédération locale " Les Républicains " (LR), sur l’ensemble de l’île et jusque dans dans son propre fief, d’autant que sa candidate Valérie Pécresse n’obtient que 1 353 voix (3,78%) à Saint-Pierre malgré la campagne menée sur le terrain notamment par le député David Lorion et la vice-présidente du Département Béatrice Sigismeau ...
J’invite donc le maire de Saint-Pierre à tirer toutes les conclusions de cet échec sans appel, et l’invite à nous rejoindre et à se ranger derrière notre candidat de la " Maison Commune ".

Il est nécessaire de constituer un " front républicain " au second tour pour faire barrage à l’extrême-droite dont les desseins sont incompatibles avec notre République française, notre démocratie, les valeurs du Gaullisme, et notre " vivre ensemble " réunionnais."

• Thierry Robert, président du PACT "Le Peuple aux commandes du territoire"

"Les Réunionnais sont adultes, responsables et raisonnables! Tout comme nous respectons Emmanuel MACRON et Marine LE PEN, le PACT veut absolument RESPECTER chaque Réunionnaise et chaque Réunionnais. Nous refusons donc de leur donner une quelconque consigne de vote concernant ce second tour du dimanche 24 Avril 2022.

L'élection Présidentielle est une élection spéciale, nationale, il s'agit d'une confiance entre un homme ou une femme et un peuple. Les Réunionnais sont mâtures, Le PACT considère donc qu'il serait très malvenu de donner une consigne de vote aux Réunionnais alors qu'ils n'ont plus confiance en la politique nationale.

On entend tous beaucoup de promesses, notre responsabilité doit nous rendre à l'évidence que personne ne peut se porter garant des engagements d'un(e) candidat(e). Pour ce second tour des élections présidentielles, nous invitons donc toutes les électrices, tous les électeurs Réunionnais à se rendre aux urnes et à faire comme nous, à voter en leur âme et conscience."

• Fédération réunionnaise du Parti Socialiste

La Fédération réunionnaise du Parti Socialiste prend acte des résultats et remercie les électeurs qui malgré l’absence de campagne localement ont accordé leur confiance à notre candidate.

Nous notons avec une certaine satisfaction que la gauche reste en tête des votes car la campagne locale de Jean-Luc Mélenchon a probablement permis de mieux répondre aux préoccupations des Réunionnais sur le pouvoir d’achat, la santé, l’emploi et l’éducation. Dans l’ensemble, la question sociale est notre priorité.

Pour le second tour, il nous faut faire barrage à Marine Le Pen car la haine de l’autre et l’exclusion des différences, la notion-même de priorité nationale sont dangereuses pour notre pays. Nous devons nous montrer solidaires de nos familles installées dans l’hexagone qui vont subir de plein fouet le déchaînement de l’expression de tous les sentiments haineux refoulés des partisans du nationalisme.

Surtout, le programme social de cette candidate est un pur mensonge car il restera inapplicable quand nous avons déjà dans quel état seront les finances de notre pays après les crises que nous venons de traverser. Les Réunionnais ne doivent pas se laisser piéger par ce marché de dupes.

Il nous faudra voter au deuxième tour, le Dimanche 24 avril, en utilisant le seul bulletin de vote qui sera réellement comptabilisé contre l’extrême droite, celui d’Emmanuel Macron. C’est notre responsabilité commune face à l’Histoire, la nôtre et celle de nos ancêtres. Ce vote ne sera en rien une validation de l’ensemble de son programme, notamment de son volet libéral.

Dès les 12 et 19 juin prochains, il nous faudra choisir des députés de gauche, porteurs d’une offre politique sociale et écologique, qui pourront peser, dans une Assemblée Nationale recomposée, en faveur de lois qui protègent les Réunionnais et permettent le progrès à La Réunion.

   

7 Commentaire(s)

Retraite à 65 ans une INJUSTICE , Posté
La retraite à 65 ans de Macron : NON NON ET NON
Missouk, Posté
Je m'assieds sur les consignes de vote! Marre de MACRON !
Gene, Posté
Pour ma part ça sera tout sauf MacronMa mémoire est encore bien vive sur les 5 années qui viennent de s'écouler..Si li repasse mi espère zot nora un ptit boute la terre pou planter..
Jose, Posté
"Emmerder les non-vaccinés "jusqu'au bout", "Je traverse la rue et je vous en trouve du travail", "Une gare, c'est un lieu où on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien", "Une nation de 66 millions de Procureurs", "Ceux qui "foutent le bordel","Un pognon de dingue dans les minima sociaux","Des Gaulois réfractaires au changement", "Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes", "Qu'ils viennent me chercher", "Le kwassa-kwassa pêche peu".C'est toutes les petites gentillesses que notre Président Macron à dit à son peuple, et vous le soutenez encore 'Marine aurait dit 1/10ème de tout ça, elle aurait été mise au pilori médiatique !
Ded, Posté
Ils osent donner des consignes de vote nos politicards , alors qu'ils passent leur temps à retourner leur veste pour aller là où la soupe est bonne , sans morale depuis 40 ans pour certains .Ils se cachent derrière des revendications dont ils se foutent bien car depuis tout ce temps , avec tous les cumuls de mandats , ils ont ( pour beaucoup , ayant dépassé 60 ans) des retraites cumulables et non plafonnées , mais chut , les électeurs ne doivent pas savoir!
Missouk, Posté
Quand je pense que SELY et VERGOZ se disent socialistes, ça me fout illico des boutons partout !
Lutte ouvrière, Posté
COMMUNIQUE DE NATHALIE ARTAUD AU SOIR DU PREMIER TOUR DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE, Le 10/04/2022Le deuxième tour opposera donc, une nouvelle fois, Marine Le Pen à Emmanuel Macron.Les deux sont des ennemis de la classe ouvrière, leurs références en témoignent.Marine Le Pen n'a jamais été au pouvoir, ce qui lui vaut un bon point dans certains milieux populaires, éc'urés par les reniements et les trahisons des partis de gauche au gouvernement. Mais derrière ses cajoleries pour gagner les votes de l'électorat populaire, c'est une bourgeoise, une défenseure de la société capitaliste, avec ses inégalités, ses injustices, ses oppressions.Son parti est l'héritier des partisans de l'Algérie française et de l'OAS, avec aujourd'hui, dans son ombre, des confréries fascisantes issues des rangs de la police et de l'armée. Ils sont des ennemis mortels pour les travailleurs, appelés à servir de supplétifs à l'appareil d'État de la bourgeoisie lors de l'intensification des luttes sociales.Déjà, la démagogie anti-immigrés de Le Pen vise à diviser les travailleurs, à les dresser les uns contre les autres et, par là même, à les affaiblir.Si elle parvenait au pouvoir, elle l'exercerait dans l'intérêt des plus riches, comme tous ses prédécesseurs, mais de façon plus autoritaire et plus réactionnaire encore.En face, il y a Macron, l'ancien banquier, représentatif de sa classe sociale jusqu'à la caricature, avec son mépris affiché des travailleurs et des pauvres, son dédain de tout ce qui ne vient pas d'en haut, des puissances de l'argent. Ses références, ce sont les cinq années qu'il vient de passer à l'Élysée. Toutes ses " réformes " ont été autant de coups portés aux salariés, aux retraités, aux chômeurs.Son cynisme le rend plus sincère que ses concurrents du monde politique bourgeois puisqu'il promet aux classes populaires, pour les cinq ans à venir, " du sang et des larmes ".Déjà, Macron se pose en rempart contre la montée de l'extrême droite. Mensonge ! Son quinquennat l'a renforcée. La haine de Macron dans les classes populaires a poussé les électeurs les plus désorientés dans les bras de Le Pen. La réélection de Macron ne fera pas disparaître les forces fascisantes, au contraire ! Celles-ci y trouveront une vigueur renforcée qui poussera Macron de plus en plus vers la droite.Les travailleurs n'ont pas à cautionner par leurs votes leur futur oppresseur !Je remercie les électeurs qui m'ont apporté leur suffrage. Ils ont ainsi exprimé leur conscience d'appartenir au camp des travailleurs. Pour minoritaire qu'il soit, cet électorat a montré que le courant communiste révolutionnaire est toujours là ; que des femmes et des hommes continuent à porter le programme de la révolution sociale, c'est-à-dire du renversement de la dictature de la grande bourgeoisie impérialiste sur le monde, de son remplacement par le pouvoir démocratique des travailleurs aujourd'hui exploités, opprimés.Dans ce deuxième tour, l'électorat ouvrier est sommé de choisir entre la peste et le choléra.Pour ma part, je refuse ce choix et je voterai blanc pour rejeter et Macron et Le Pen !Quel que soit le vainqueur, il n'y a pas à se décourager et encore moins à baisser la tête. Au contraire ! La force des travailleurs n'est pas dans les urnes mais dans leurs propres luttes.L'essentiel est que les travailleurs, les retraités et les chômeurs soient conscients qu'ils auront un ennemi à l'Élysée.La crise de l'économie capitaliste s'aggrave de jour en jour, accélérée par la guerre en cours en Ukraine et par toutes ses conséquences, à commencer par l'envolée de la spéculation. L'économie capitaliste est en train de sombrer dans le chaos dont les classes populaires seront inévitablement les victimes.La lutte de classe menée par la grande bourgeoisie devient de plus en plus féroce. Nos s'urs et frères d'Ukraine meurent aujourd'hui sous les bombes ; ceux de Russie subissent aussi une guerre qu'ils n'ont pas voulue et dans laquelle ils n'ont aucun intérêt. Les masses pauvres du continent africain sont poussées à la famine par l'envolée des prix alimentaires.Mais disons-nous que c'est aussi l'avenir que nous réserve la grande bourgeoisie ici, en France, un des pays les plus riches de la planète.Notre avenir ne dépend pas de la mascarade d'une élection, fût-elle présidentielle. Il dépend de la capacité des masses pauvres à réagir efficacement à la guerre que leur mène la grande bourgeoisie. Dans ce combat, le rôle décisif appartient au prolétariat, à ceux qui font marcher l'économie et fonctionner la société, et qui sont aussi les seuls à pouvoir la changer.Seules les luttes des travailleurs feront reculer le patronat, la grande bourgeoisie et leurs commis politiques. Notre avenir dépend de nous tous !