[EN DIRECT] Campagne présidentielle pour Emmanuel Macron :

Saint-Pierre : Jean Castex à la rencontre de militants à Terre Sainte


Publié / Actualisé
Jean Castex atterrit à La Réunion ce jeudi 14 avril 2022 pour une visite éclair de 24 heures seulement. Après avoir dû annuler son déplacement prévu du 10 au 12 mars, il se rend sur l'île cette fois non pas en tant que chef du gouvernement mais pour faire campagne pour Emmanuel Macron, en vue du second tour de l'élection présidentielle dimanche 24 avril. Nous sommes en direct toute la journée pour suivre sa visite (Photos rb/www.ipreunion.com)
Jean Castex atterrit à La Réunion ce jeudi 14 avril 2022 pour une visite éclair de 24 heures seulement. Après avoir dû annuler son déplacement prévu du 10 au 12 mars, il se rend sur l'île cette fois non pas en tant que chef du gouvernement mais pour faire campagne pour Emmanuel Macron, en vue du second tour de l'élection présidentielle dimanche 24 avril. Nous sommes en direct toute la journée pour suivre sa visite (Photos rb/www.ipreunion.com)

Nos journalistes sont en direct, regardez :

  • IPR

    C'est la fin de ce live, merci de l'avoir suivi

  • IPR

    Ambiance maloya à Terre Sainte

    Après de nombreux échanges avec les personnes présentes sur place, Jean Castex s'est une nouvelle fois essayé au maloya, interpellé par le groupe présent. Kayamb, rouleur, le politicien a joué le jeu avant de poser pour des photos avec les militants

  • IPR

    Jean Castex est arrivé à Terre Sainte, accompagné par le maire Michel Fontaine

    Environ 200 personnes sont présentes pour l'accueillir. Il échange longuement avec plusieurs militants qui sont présents en surplomb de la petite plage de Terre Sainte. Il est question de pouvoir d’achat, d’emploi iet d’inégalités. Jean Castex s'engage sur ces points. Il rappelle également que «beaucoup a déjà été chez fait, mais qu’il reste bien sûr encore des choses à faire». Il rappelle que ces choses qu’il reste à faire ne pourront pas se faire avec Marine Le Pen. Des opposants ont été mis à l'écart par le service d'ordre

  • IPR

    Bonbons piment et samoussas : collation pour Jean Castex

    Gastronomie réunionnaise oblige, Jean Castex prend un bonbon piment, "léger, doux" commente-t-il au micro d'Imaz Press. Il est ensuite convié par les équipes de l'Ehpad pour une photo de groupe.

  • IPR

    Michel Fontaine et André Thien Ah Koon sur place

    Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre, est sur place. Il a appelé à voter pour Emmanuel Macron dès le premier tour. Marine Le Pen est un "danger" assure-t-il, aussi bien dans les Outre-mer qu'en Métropole. "Sur les 12 jours qui nous restent, je pense que la raison va l'emporter. Il y a eu un vote contestataire. Mais maintenant il n'y a pas photo."

    "Je pense qu'on réussira pour La Réunion qui le mérite bien" appuie le maire du Tampon André Thien Ah Koon, présent également, en soutien au président sortant. Malgré les visites régulières de Marine Le Pen au Tampon, le maire tamponnais appelle à voter Emmanuel Macron.

  • IPR

    Jean Castex s'essaie au maloya

    Un groupe de maloya accueille Jean Castex à l'Ehpad des Tournesols. Celui-ci s'est essayé au maloya avec quelques pas de danse et a empoigné un kayamb pour un peu de musique.

  • IPR

    Jean Castex arrive à l'Ehpad des Tournesols à Saint-Pierre, suivez le live de nos journalistes :

  • IPR

    Jean Castex bientôt à Saint-Pierre

    Jean Castex est attendu à Saint-pierre, où il va commencer sa visite à l’EHPAD des Tournesols, non loin de la mairie saint-pierroise. Il ira ensuite déambuler dans le quartier des pêcheurs de Terre Sainte.

  • IPR

    "Perlimpinpin"

    "Méfiez-vous des gens qui vous vendent de la poudre de perlimpinpin" déclare Jean Castex à propos de Marine Le Pen et de son programme. Il reprend une célèbre phrase d'Emmanuel Macron lors du débat du second tour face à Marine Le Pen en 2017.

  • IPR

    Une psychologue interpelle Jean Castex sur les tarifs dans son métier

    Jean Castex échange avec une cliente d'un restaurant. Celle-ci, psychologue, estime que les tarifs des psychologues ne sont plus adaptés à la situation et la réalité de terrain sur la psychologie des Français. Jean Castex essaie de se défendre à coup de contre-arguments en rappelant qu'il a été maire et a fait face à ces types de problèmes. La psychologue persiste et signe.

    Jean Castex s'arrête à quasi toutes les tables. Certains le félicitent, d'autres s'opposent à lui sur différentes thématiques.

  • IPR

    "Une France qui continue à accueillir" demande Nassimah Dindar

    Nassimah Dindar revient sur les propos qu'elle a tenus concernant le vivre ensemble au micro d'Imaz Press. "La France est constituée de plusieurs territoires et il faut regarder le nôtre avec ses vraies problématiques. Il faut défendre le modèle de laïcité où chacun est libre. La France c'est pas le blanc, c'est pas l'Europe seulement. Elle est faite de son histoire, et celle des ex colonies. Il faut une France qui continue à accueillir et non pas qui se ferme et se recroqueville sur elle-même."

  • IPR

    Jean Castex pris à partie par un restaurateur en colère

    "Ne seriez-vous pas mieux dans l'opposition ?" l'invective un restaurateur dans le carré cathédrale. "La question c'est : qu'est-ce qui est bon pour le pays" lui répond Jean Castex. Le restaurateur lui reproche des décisions sanitaires, notamment vaccinales pendant la crise Covid, ingérables pour sa profession. "A titre personnel, monsieur Macron est venu nous voir. Il était inaccessible. Je suis très content de vous avoir à mes côtés aujourd'hui, c'est ça la République." Concernant les cahiers de rappel réclamés aux restaurateurs, "prouvez moi que ces carnets ont été exploités" demande le restaurateur.

    Concernant les manifestations anti pass, "il y a eu des mouvements de violence" rappelle Jean Castex. "Qu'on soit d'accord ou pas, j'ai fait de mon mieux et toujours écouté." Le restaurateur lui dit qu'il ne sait pas pour qui il votera, mais assure qu'il se rendra bien dans un bureau de vote, quitte à voter blanc.

  • IPR

    Nassimah Dindar défend le "vivre ensemble"

    "Nous ne voulons pas de Marine Le Pen qui prône la division" déclare la sénatrice Nassimah Dindar face à Jean Castex, lors de sa déambulation. "Je le sais monsieur le Premier ministre combien vous êtes sensible aux questions qu'on vous pose. Vous êtes le seul à avoir répondu à toutes mes questions écrites".

    Elle demande à Jean Castex et donc Emmanuel Macron "de prendre en compte la richesse de La Réunion" y compris la religion alors que ce jour marque le Nouvel an tamoul mais s'inscrit aussi dans le Ramadan pour les musulmans et le Carême pour les chrétiens. "On ne peut pas amener l'extrême droite à La Réunion" martèle la sénatrice, soutien officiel d'Emmanuel Macron.

  • IPR

    Pouvoir d'achat, emploi, chômage...  Jean Castex défend le programme d'Emmanuel Macron

    Jean Castex se déplace dans le carré catéhdrale. Après avoir salué les clients d'une crêperie, il va se diriger vers le Petit marché. Il s'arrête de temps à autre pour répondre aux questions des journalistes. Il justifie sa présence "c'est moi en tant que Premier ministre qui ai porté ses projets (à Emmanuel Macron, ndlr), je suis dans mon rôle". Bien qu'il soit à La Réunion comme soutien du candidat et non pas chef du gouvernement.

    "Le taux de chômage a baissé de manière significative à La Réunion, même s'il reste important" déclare-t-il pour saluer les efforts réalisés. "Nous ne sommes pas dans l'imposture. Mais on ne peut pas dire : il ne s'est rien passé. C'est un fait : le chômage a fortement diminué." Concernant le pouvoir d'achat et le programme de Marine Le Pen, "qui en fera les frais en premier : les plus pauvres. Nous, nous avons un projet sur le plein emploi trèsn crédible."

  • IPR

    "Un message d'avenir"

    "C'est le second tour, il est majeur. Il ne faut pas se laisser abuser non plus" déclare Jean Castex en allusion à Marine Le Pen, adversaire d'Emmanuel Macron pour le second tour. "Aucun des sujets n'est tabou, ni l'économie, ni le pouvoir d'achat, ni l'insertion des allocataires du RSA, ils sont tous sur la table. Nous avons déjà agi et avons des propositions. C'est un message d'avenir que je viens délivrer à La Réunion que j'aime tant", ajoute-t-il en répondant à une question d'Imaz Press.

  • IPR

    Nos journalistes sont en direct dans les rues de Saint-Denis

     

  • IPR

    Jean Castex sur l'île "pour défendre La Réunion"

    Après d'importantes bousculades à l'entrée de l'aéroport, la foule s'étant pressée pour essayer d'interroger Jean Castex, le soutien d'Emmanuel Macron quitte l'aéroport. Son chauffeur est venu le trouver, après s'être frayé un chemin parmi la foule.

    Avant de monter à bord de la voiture, Jean Castex revient sur les raisons de sa présence : "je viens aussi pour défendre le bilan gouvernemental d'Emmanuel Macron", affirmant que celui-ci n'a "pas laissé tomber La Réunion". Il défend "les sujets très concrets pour défendre La Réunion" et compte parler de la recentralisation du RSA, "pour vivre mieux ensemble". Il est acclamé par les militants rassemblés autour de lui, qui scandent "tyenbo, larg pa !"

    Jean Castex prend désormais le chemin de son hôtel, il sera amené à déambuler par la suite dans les rues de Saint-Denis, avant de se rendre à Saint-Pierre dans l'après-midi.

  • IPR

    Jean Castex sort de l'aéroport

    Les forces de l'ordre forment un cordon important pour encadrer Jean Castex, soutien d'Emmanuel Macron. Autour de lui, une délégation venue de Paris avec lui. Il est entouré par Bachil Valy, Michel Dennemont, Cyrille Melchior ou encore Nassimah Dindar.

    "Je devais venir à La Réunion il y a quelques semaines mais les circonstances en Ukraine m'ont conduit à différer ce voyage. Là je viens dans un contexte un peu différent, pour la campagne électorale, en soutien du candidat Emmanuel Macron, pour écouter et parler avec les Réunionnais et leur dire l'importance de ce choix le 24 avril."

    A la question du maigre soutien à Emmanuel Macron à La Réunion au premier tour, Jean Castex répond qu'il va s'adresser aux abstentionnistes, "et je vais dire qu'ici on a un choix extrêmement important pour La Réunion et pour la France. Marine Le Pen  a des postures et attitudes notamment européennes dont on connaît le résultat concret, notamment moins de crédits pour les départements d'Outre-mer".

    "On aura l'occasion de répondre à nouveau à la presse dans la journée" répond Jean Castex à la foule. Il quitte désormais l'aéroport.

  • IPR

    Bachil Valy sur place

    Bachil Valy, maire de l'Entre-Deux et référent LREM à La Réunion, vient d'arriver sur place. Il rejoint les élus, notamment Cyrille Melchior, pour accueillir Jean Castex à son arrivée. Celui-ci n'est pas encore arrivé dans le hall.

    Nassimah Dindar, sénatrice, est également sur place ainsi que le maire de Sainte-Marie Richard Nirlo.

  • IPR

    "Macron président"

    Un militant "chauffe la salle" pour préparer l'accueil de Jean Castex. Les militants rassemblés scandent "Macron président, Macron président". Plusieurs d'entre eux ont des drapeaux français à la main. "Il faut continuer le combat" ajoute le chauffeur de salle, qui espère que "Macron sera en tête dans tout l'Outre-mer".

  • IPR

    Peu de monde devant l'aéroport

    Peu de militants sont présents devant le hall d'arrivée de l'aéroport. De nombreux journalistes sont là, ainsi que quelques élus mais les militants sont peu nombreux. Ceux qui sont rassemblés tiennent en main des affiches du candidat Emmanuel Macron.

  • IPR

    Une délégation présente pour accueillir Jean Castex

    Cyrille Melchior, président du Département, est sur place. Il attend l'arrivée du Premier ministre en tant que soutien officiel d'Emmanuel Macron, malgré sa couleur politique. Pour rappel, Jean Castex n'est pas ici en tant que Premier ministre mais bien en tant que soutien d'Emmanuel Macron, en tant que candidat.

     

  • IPR

    Nos journalistes sont en direct, regardez :

     

  • IPR

    Bonjour, nous ouvrons ce live pour suivre la visite de Jean Castex à La Réunion

     

A propos

Jean Castex à La Réunion pour sauver le soldat Macron

Jean Castex part en éclaireur pour la campagne du président sortant... Ce jeudi 14 avril 2022, le Premier ministre atterrit à La Réunion non pas en tant que chef du gouvernement pour honorer une visite qu'il avait dû annuler à cause de la guerre en Ukraine en mars dernier, mais dans le cadre de l'élection présidentielle. Alors qu'Emmanuel Macron affrontera (à nouveau) la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen le 24 avril prochain, pourtant rien n'est joué pour l'actuel chef de l'Etat...

Lire aussi - Présidentielle : le premier tour en quatre (grandes) leçons

- Faire bonne figure -

Jean Castex aura pour lourde tache de faire bonne apparence après les cinq ans de mandat qui viennent de s'écouler, et sur un territoire qui n'a placé Emmanuel Macron qu'en 3ème position lors du premier tour. Très loin derrière le candidat de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon (40,26% des voix), et loin derrière Marine Le Pen (24,73%), Emmanuel Macron est loin, très loin de convaincre les Réunionnais.es, en ne cumulant que 18,04% des voix.

Et pour cause. Sur un département où le parti La République en marche a du mal à percer, et malgré la forte mobilisation des élus locaux pour le président sortant, les Réunionnais.es digèrent mal le traitement infligé par un président souvent hautain voire méprisant, celui-là même qui comparait en 2018 "la base et le sommet", comprendre les dirigeants et le peuple...

Les Réunionnais.es ne digèrent pas les violences infligées aux gilets jaunes et la protection abusive et déraisonnée des forces de l'ordre, les inombrables règles parfois incohérentes arbitrées pendant la crise Covid et "l'emmerdement" des non-vaccinés - mais le terme était affectueux, se justifie le Président, nous voilà rassurés... -, les réformes calamiteuses des retraites ou des allocations chômage initiées sous son gouvernement... Tout ça, il faudra que Jean Castex parvienne à le faire oublier.

- L'extrême droite "turbochargée" -

"Je n'ai pas réussi à l'endiguer" a déclaré Emmanuel Macron à propos la montée de l'extrême droite. Réponse d'un internaute sur Twitter : "tu ne l'as pas endiguée non, tu l'as turbochargée". Cocasse, le reproche est pourtant légitime. Car en valorisant les débats sur l'immigration et la sécurité au détriment des droits sociaux et de l'écologie ou en plaçant des personnalités polémiques comme Gérald Darmanin à la tête de ministères allant jusqu'à qualifier Marine Le Pen de "molle" en plein face à face... oui, Emmanuel Macron a favorisé la montée de l'extrême droite.

Le RN aujourd'hui semble donc présidentiable aux yeux de nombreux.ses Réunionnaises.es, en attestent les commentaires sous les publications des médias locaux. Car ce qui n'est pas Macron semble être la solution. Au risque d'en oublier à quel point le programme de la présidente du RN est haineux, dangereux, discriminant, anti-européen, et loin d'être aussi avantageux pour les classes dites populaires que ce l'on veut faire croire...

Jean Castex aura donc pour mission de faire oublier le temps de ces 24 heures à La Réunion tout le mal qui a été fait et tenter de justifier face aux "ni-ni" que le gouvernement a fait sa part pour lutter contre l'extrême droite, dans une Europe et un monde déjà malmenés par ces partis politiques.

- Outre-mer, les oubliés de la campagne -

Il devra également faire du mieux possible pour donner l'impression que le gouvernement actuel s'intéresse vraiment aux Outre-mer... Car les Réunionnais.es et Ultramarin.e.s ne sont pas dupes, les politiques de Métropole ont tendance à ne se souvenir d'eux et elles que lorsqu'un vote est en jeu. Et si Jean Castex ne pouvait pas se déplacer il y a de ça un mois pour parler NRL, vie chère et logement avec les Réunionnais.es, voilà qu'il prend le temps de le faire dans le cadre de la campagne de son Président... même si la guerre en Ukraine se poursuit.

Au dernier moment, les candidat.e.s pensent à se rendre dans ces territoires souvent qualifiés de "seconde zone" par leurs habitants, conscient.e.s de n'être qu'un pion, un argument de campagne en plus. Le reste du mandat, il faut agiter grands les bras pour se rappeler à la mémoire du gouvernement.

Alors là aussi, Jean Castex aura une mission : convaincre qu'Emmanuel Macron a un véritable projet pour les Outre-mer, autre que gagner des voix supplémentaires pour le second tour... Second tour qui est justement loin d'être gagné.

- Le programme du jour -

Jean Castex arrive à La Réunion à 10h, pour un accueil officiel à l'aéroport Roland-Garros dès 10h15. Il se rendra ensuite dans le centre-ville de Saint-Denis pour une déambulation et un tractage, avant un déjeuner autour du thème de l'emploi et l'insertion.

Il a ensuite rendez-vous à Saint-Pierre à 15h30 pour une visite qui reste à définir avant une déambulation en ville. Le retour vers Saint-Denis est prévu à 18h avant un cocktail dinatoire à 20h en présence des élus et des forces vives de La Réunion. Le décollage pour Paris est prévu ce vendredi à 10h.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

12 Commentaire(s)

Héritage, Posté
La visite de Madame DINDAR était très bien. Il y a même M. CALTEX qui s'est déplacé de Paris pour la voir.
THOR, Posté
Et tous ces politiques locaux qui plient le genoux devant le grand "bwana" ! aucune fierté, aucun orgueil, pathétique......
Jeanbon, Posté
Du gros n'importe quoi, et vous verrez s'il est réélu le Macron, comme par malédiction la Covid reviendra, avec tout son cortège de restrictions et de misères !
Martin, Posté
Juste une envie de vomir. Et dire des réunionnais sont d'accord avec la politique de Macron! 5 ans ne vont pas pas suffit'Quand vous aurez la gueule de bois lundi matin, venez pas pleurer. Département indigne, certains réunionnais devraient avoir honte. La dame sur la photo a l'air d'être en extase. Soit disant 40% de taux de pauvreté, un nombre impressionnant de gens au RSA, plus de 80% des gens qui ne payent d'impôts... Bientôt, vous en payerez.
Retraite 65 ans et le deambulateur , Posté
La retraite à 65 ans voulue par Macron. Lui est venu nous vendre le deambulateur.
Des fayots en veux tu en voilà , Posté
A croire que certains (es) visent une immunité judiciaire. Triste spectacle !
DEGOUTE, Posté
Tourisme aux frais du contribuable! ce Monsieur vient nous faire la leçon! Quand on sait que ce sont des cabinets privés américains qui donnent les ordres........on voit à quel point ces gens au gouvernement sont INCOMPETANT !Comment peut-on faire confiance à ces gens'
Bertel974, depuis son mobile , Posté
Et lui il vient nous vendre quoi' Des balles de lbd, du gaz lacrymogène, de l'essence à plus de 2', j'en passe et des meilleurs. Bozo remonte dans ton avion. Les français auront à faire ce qui leur semble le mieux pour eux et n'ont pas besoin d'un comique dans ton genre!
Gene, Posté
Gaspillage l'argent pour venir ici une journée.. pff bien représentatif du gouvernement, alors que na demoune dans la misère
Mékoué, Posté
Le coût de ce déplacement du premier ministre, pour campagne électoral est à la charge de qui : les fonds publics de l'État, ou le budget privé de campagne '
6_toyen, depuis son mobile , Posté
Depuis quand le premier ministre fait une campagne électorale ' Il n'est pas censé gouverner ' A quoi bon des institutions si c'est pour que ceux chargés de les conserver soient les premiers à s'asseoir dessus '
Les Ukrainiens inventent le mot macroner , Posté
Macroner néologisme venu d'Ukraine signifie "se montrer inquiet d'une situation, mais ne rien faire".Les Français connaissent cela depuis 5 ans. Parler beaucoup et ne rien faire. Beaucoup de blabla et peu d'actes.