Après la victoire d'Emmanuel Macron :

Présidentielle : les réactions à La Réunion


Publié / Actualisé
Voici les réactions à La Réunion après la victoire d'Emmanuel Macron
Voici les réactions à La Réunion après la victoire d'Emmanuel Macron

• Huguette Bello, présidente du conseil régional

Emmanuel Macron a été réélu Président de La République.  Ce vote pour la République permet d’éviter à notre pays les dérives d’une Présidence d’extrême droite.

Pour autant, ce vote n’est en aucun cas un vote d’adhésion.  C’est un vote d’alerte notamment pour les Outre-Mer et La Réunion. Il nous faut entendre la colère des Réunionnaises et Réunionnais qui s’est exprimée aujourd’hui.

Le Président réélu aura la lourde responsabilité de conduire dans les 5 années qui viennent les affaires de la France, dans un contexte lourd d’incertitudes. Les résultats ont montré au plan national et local que notre pays ne va pas bien. L’abstention en hausse indique que les citoyens déçus se détournent des rendez-vous électoraux. L’extrême droite a augmenté son score par rapport au second tour de 2017. Ce qui est l’expression surtout de souffrances sociales qui se sont accrues ces dernières années.

Cette dégradation relève à la fois de causes profondes et de crises conjoncturelles. Elle est la conséquence de ce système productiviste néolibéral qui exploite les hommes, notre Planète et accroît sans cesse les inégalités. Elle est aussi accélérée par la crise sanitaire de la Covid 19, par la crise géopolitique et les guerres.

Au premier tour, nous avions soutenu un programme à fort contenu social et écologique qui s’attaquait aux causes structurelles de ce système que nous combattons. Ce soir, nous le disons avec force : le nouveau pouvoir doit impérativement s’en inspirer sous peine d’une aggravation de la situation.

Tout le monde s’attend à des lendemains difficiles.

La situation est encore pire dans les Outre-mers et à La Réunion où la candidate d’extrême droite a rassemblé sur son nom la majorité des suffrages exprimés. Nous ne pouvons que le regretter.

Cela montre bien que le système réunionnais est à bout de souffle. Il laisse de côté une fraction de plus en plus large de la population.
Nous ne pouvons plus tolérer l’extension de la pauvreté, de la vie chère, des inégalités sociales plus accentuées qu’en France hexagonale.  Et de ce fléau du chômage si prégnant au sein de notre population....

Dès le soir du premier tour, nous avons pris nos responsabilités, en appelant à faire échec à l’arrivée au pouvoir en France, du nationalisme, du populisme et de la xénophobie.

Ce soir, nous appelons le nouveau Président de la République à prendre, à son tour, ses responsabilités.
Il doit prendre la mesure de la gravité de la situation à La Réunion.
Il doit prendre en compte l’ensemble des attentes de la population réunionnaise.
Il doit enfin écouter les aspirations du plus grand nombre.

Le dimanche 12 juin, c’est le troisième tour ! A l’occasion des législatives, nous appelons les Réunionnaises et Réunionnais à se rassembler autour des candidats progressistes qui portent le programme et les valeurs de l’Union populaire.
Ce programme, les Réunionnais l’ont largement validé au premier tour en votant pour Jean Luc Mélenchon car il répond aux préoccupations et attentes des Réunionnais.

C’est pourquoi, j’appelle, dès ce soir, au rassemblement le plus large autour des valeurs de justice sociale, de solidarité, d’égalité et de respect des droits.

Pour que les ambitions sociales, économiques culturelles, écologiques, portées par l’Union Populaire soient entendues par le plus grand nombre, plus que jamais, nous devons ouvrir de nouvelles perspectives pour les Réunionnais. Pour une Réunion plus juste et plus solidaire !

• Cyrille Melchior , président du conseil départemental

Par ce vote de dimanche, les réunionnaises et les réunionnais nous interpellent. Ce dimanche 24 avril, les Français ont réélu Emmanuel Macron à la présidence de la République. Je voudrais tout d’abord lui adresser toutes mes félicitations.

Je tiens ensuite à remercier les électeurs réunionnais qui se sont rendus aux urnes et ont ainsi accompli leur devoir de citoyen.

Je ne peux que regretter le score du Rassemblement National à La Réunion qui doit bien sûr nous alerter. Il résulte des difficultés économiques et sociales auxquelles la population de notre île est confrontée. Nous devons être à l’écoute de ce message de colère, que nos concitoyens ont voulu adresser à l’Etat.

En tant qu’élus de la République, nous devons nous rassembler, continuer à travailler ensemble pour une meilleure prise en compte des attentes des réunionnaises et des réunionnais.

Car notre territoire est en souffrance. Il est miné par notre faible pouvoir d’achat, le chômage, le mal logement, l’échec scolaire, le coma circulatoire, l’insécurité, les violences, notamment intra-familiales, les difficultés d’aménagement liés à l’insularité, la dépendance encore trop importante aux produits extérieurs, les difficultés économiques, la précarité et la vulnérabilité.

Fort de cette volonté de renforcer la cohésion sociale sur notre territoire, de promouvoir le " bien-travailler ensemble ", j’assumerai toutes mes responsabilités pour que les attentes des réunionnaises et des réunionnais soient entendues au plus haut sommet de l’Etat.

• Michel Dennemont, sénateur

"Nous nous félicitons de la victoire d'Emmanuel Macron. Elle est historique à double titre. C'est la première fois qu'un président sortant , hors cohabitation, se fait réélire et deuxièmement cette réélection est historique au vu du contexte difficile dans lequel le Président a dû mener son quinquennat.

Ici à La Réunion,comme dans la majorité des Dom les résultats ne sont pas à  la hauteur des attentes. Nous en prenons acte et entendons le message des électeurs. Nous entendons leur colère, car ce n'est pas un vote d'adhésion au RN mais l'expression d'un mal être. Nous allons travailler encore plus en concertation avec les acteurs locaux, les citoyens et le gouvernement."

• Emmanuel Séraphin, maire de Saint-Paul

"Je remercie d’abord l’ensemble des électeurs Saint-Paulois qui se sont mobilisés au second tour de cette élection présidentielle. Je salue également toutes les personnes qui ont participé au bon déroulement de ce scrutin, faisant ainsi vivre la démocratie.

Les urnes ont tranché. Je prends acte de la réélection d’Emmanuel MACRON en tant que Président de la République. À La Réunion, compte tenu du score du Rassemblement national, ce résultat n’est pas un vote d’adhésion. Il correspond au rejet de la politique Outre-Mer menée pendant les cinq dernières années.

Localement, et à Saint-Paul, ce rejet se traduit notamment par plus de 10% des électeurs qui ont fait le choix du vote blanc ou nul.

Les élections législatives nous offrent donc une opportunité historique pour mettre en œuvre la politique qui correspond véritablement aux aspirations des Réunionnaises et des Réunionnaises.

J’en appelle donc au rassemblement des forces progressistes. Notre responsabilité est immense. Les 12 et 19 juin, nous aurons la possibilité d’ouvrir un autre chemin autour de l’Union populaire de Jean-Luc Mélenchon."

• Juliana M’Doihoma, maire de Saint-Louis

"C’est une situation particulièrement inédite que de voir les Réunionnaises et les Réunionnais, comme l’ensemble des ultramarins d’ailleurs, faire massivement le choix de Marine Le Pen. Cela semble tellement à rebours de nos valeurs… Mais c’est pourtant devenu une réalité : la colère et l’insatisfaction ont pris le dessus, ont nourri le rejet local du Président sortant et ont favorisé l’option adverse.

C’est à mon sens le fruit de nombreuses décennies d’échec des politiques gouvernementales successives menées en outre-mer. De nombreuses réflexions, de nombreux effets d’annonce, mais à l’arrivée des résultats qui n’apportent pas d’évolutions palpables sur des sujets aussi essentiels que la vie chère et le pouvoir d’achat, l’emploi, le logement,…

Les résultats au national qui placent le Président Macron en tête apportent bien sûr un certain soulagement de ne pas voir l’extrême droite prendre les commandes du pays. Mais le décalage profond entre le vote en hexagone et le vote outre-mer traduit incontestablement une certaine fracture et un véritable travail de fond à mener.

L’un des premiers chantiers à conduire est celui de l’engagement citoyen et de la lutte contre l’usure démocratique qui s’est illustrée par une très forte abstention.

Il importe également pour le Président élu au national mais rejeté localement, de changer de braquet et de mettre en place une autre feuille de route, un autre pacte pour les outre mers, en évitant les règles uniformes pour tous et mal adaptées à notre territoire.

Cet enjeu rend les prochaines élections législatives encore plus déterminantes. Les 7 futurs députés réunionnais devront plus que jamais savoir s’affranchir des carcans partisans pour porter véritablement un front réunionnais tirant toutes les leçons de la colère exprimée par les électeurs de l’île ce soir et solidaire non pas dans la défense des intérêts des partis, mais dans la défense des intérêts de toutes les franges de la population réunionnaise."

• André Thien Ah Koon, maire du Tampon

Pour cette élection importante, je tiens à féliciter les électeurs tamponnaises et tamponnais qui se sont déplacés pour désigner leur Président de la République.

A la Réunion, la candidature de Mme LE PEN est ressortie majoritaire comme les autres département d'Outre-mer. J'en prend acte et je la respecte. Comme je l'avais annoncé, ce vote exprime un cri de désespoir et de grande souffrance de notre population face aux difficultés quotidiennes liées au pouvoir d'achat, au mal logement, à la précarité des salaires, de toutes les allocations sociales et familiales et également les petites retraites. Cette détresse concerne aussi l'avenir de nos agriculteurs, des petites entreprises artisanales et commerciales.

C'est avec beaucoup de gravité qu'il faut prendre en considération la portée du message de notre peuple.

J'ai alerté personnellement les proches collaborateurs du Président MACRON sur la nécessité d'examiner et d'apporter des réponses concrètes et urgentes sur les problèmes à résoudre pour les Outre-mer : la pauvreté, logement de la population, l'avenir de l'agriculture et des petits commerçants et des artisans, l'insuffisance des formations de nos jeunes, l'avenir de la planète par la reconquête de la biodiversité et la place de La Réunion dans le Grand Sud de l'Océan Indien avec les TAAF.

A mon sens, ces questions vitales pour l'avenir de la population réunionnaise ont pris trop de retard pour ne pas les placer en premier plan de nos préoccupations et de nos actions.

A toute notre population, qui s'est exprimée ou pas, je leur dis “nous allons nous battre pour que vos appels au secours soient entendus et pris en considération”.

Je félicite le Président Emmanuel MACRON qui a été élu aujourd'hui par le peuple de notre pays la France.

Conscients de ses hautes compétences, je lui ai apporté dès le début de cette campagne mon parrainage et mon soutien afin de donner toutes les chances à la France et en particulier à notre population de La Réunion. J'entends marquer ce soutien avec lucidité, vigilance et responsabilité pour protéger nos retraités, nos enfants et nos familles.

• Parti communiste réunionnais

Le PCR prend acte de la victoire de Emmanuel Macron et constate la progression de Marine Le Pen. Le Président aura fort à faire pour boucler son 2e et dernier mandat. Pourra-t-il obtenir une majorité aux législatives, suffisamment confortable, pour mener à bien sa politique ?

C’est l’enjeu de la prochaine consultation. Pour l’heure, il devra tenir compte de sa défaite quasi unanime dans les pays d’outre-mer. Il devra d’urgence satisfaire les besoins d’émancipation des peuples d’outre-mer. Finies les postures, place au vrai changement.

Ce besoin de changement s’est exprimé, à La Réunion, par un résultat sans appel. Une large majorité de Citoyennes et Citoyens a utilisé le bulletin de Marine Le Pen pour l’exprimer et sanctionner la politique du sortant. Elle sort victorieuse dans toutes les Communes. C’est le signe d’une rupture profonde entre la population et ses représentants politiques. En effet, à de rares exceptions, aucun n’avait appelé à voter pour l’extrême droite.

Plus que jamais, le projet du PCR doit être appliqué. Nous appelons toutes les institutions et les forces vives à se rencontrer et discuter des solutions ensemble, une bonne fois pour toutes. Discutons de tous les problèmes : chômage, pauvreté, vie chère, mal-logement, entreprises, éducation, environnement, vie sociale, culturelle et associatives, etc. Un cadre de référence est nécessaire. Nous proposons la Conférence Territoriale Publique, élargie.

• Stéphane Albora, candidat aux législatives dans la 4ème circonscription

Ce soir Emmanuel Macron a été réélu Président de la République. Je tiens à rappeler que dès le premier tour de ces élections présidentielles, les réunionnais n’ont pas placé le candidat président en tête des suffrages traduisant ainsi le rejet de sa politique. Un premier NON A MACRON. Au second tour, ce rejet a été une nouvelle fois confirmé à La Réunion. Un deuxième NON A MACRON

Nous le peuple, nous n’avons pas oublié les conséquences de sa politique de ces cinq dernières années (crise des gilets jaunes, destruction de notre système de soins avec les hôpitaux mis à nu, mensonge sur l’action écologique…). Une politique également menée en faveur des riches et très riches creusant l’écart avec l’autre partie de la population qui s’est appauvrie.

Un tel bilan, nous n’en voulons plus dans 5 ans ! Alors dès ce soir, dès l’annonce de ce résultat, nous engageons le combat pour le troisième tour de cette élection présidentielle : pour un Troisième NON A MACRON.

J’invite donc l’ensemble des électeurs qui ne se reconnaissent pas dans le dénouement de la réélection d’Emmanuel Macron à lui faire barrage en élisant des députés à l’Assemblée Nationale qui constitueront une force majoritaire d’opposition au nouveau Président.
Alors que les masques sont tombés au soir du premier tour avec de nombreux élus locaux qui ont rejoint la macronie,
- Je dis : aucune voix de celles et ceux qui ont rejeté la politique d’Emmanuel Macron, ne devra être accordée à un député macroniste ou macron compatible.
- Je dis : aucun bulletin de vote de celles et ceux qui ont été dupés par la politique " en missouk " des Républicains…En Marche, ne doit être accordé à un candidat qui a appelé à voter ou à soutenir Emmanuel Macron au premier comme au second tour de ces élections présidentielles.

A Saint Pierre, Petite Ile et Saint Joseph, c’est l’union des réunionnaises et des réunionnais qui devra triompher contre Macron au mois de juin prochain lors des élections législatives.

La force d’un peuple uni et solidaire est l’arme la plus puissante face à n’importe quelle machine électoraliste. Ensemble, il nous est encore possible de tracer un avenir en commun.
 

• Emmanuel Doulouma, délégué Saint-Pierre Plus Verte

Le Front Républicain : Un affront au peuple Saint-Pierrois. Alors qu’Emmanuel Macron remporte ce soir cette élection présidentielle, à La Réunion et notamment à Saint-Pierre l’expression démocratique a largement rejeté le bilan et le projet politique du président réélu.

Le Front Républicain appelé de tous ses vœux par le maire de Saint-Pierre est devenu l’Affront au peuple Saint-Pierrois qui s’est fait ce soir entendre à travers les urnes en refusant et en rejetant ses consignes de vote !

Donc c’est un Saint-Pierre en colère et trahi, qui s’est prononcé par 2 votes de défiance contre l’acte d’allégeance des élus Saint-Pierrois à la " macronie ". Ainsi, au premier tour ils ont porté Jean Luc Mélenchon en tête des suffrages avec 40,93 % des votes exprimés, puis Marine LE PEN (56,21%) majoritairement devant le candidat Emmanuel Macron au second tour de ces élections présidentielles.

C’est un retournement de situation entre deux tours mais également par rapport à 2017 où Monsieur Macron arrivait largement en tête sur notre commune avec 64,45% face à Madame Le Pen avec 35,55 % des suffrages exprimés.

C’est une véritable sanction et un véritable camouflet pour le Maire Michel FONTAINE et son équipe qui avaient accueilli en grande pompe la semaine dernière Jean Castex le porte-parole du candidat Macron, faisant fi de l’opinion et de la sensibilité des Saint-Pierrois ! 

Face à cette arrogance, j’appelle à ce que le ras-le-bol devienne un raz-de-marée électoral lors du troisième tour de ces élections présidentielles qu’est l’élection législative au mois de juin prochain en s’opposant au candidat de la majorité municipale.

• Yvette Duchemann, présidente de 7

Ce vote du 24 avril est ce qu’il est, ce que le peuple a décidé par son vote. Une nouvelle mandature commence. Moins de dérives totalitaires ? Plus de solidarité ? Une vraie démocratie ? Et non pas cette illusion de démocratie participative à laquelle on veut nous faire croire.

Que nous apportera cette mandature ? Au travers de ce vote, nous ne réclamons à juste titre, que la garantie d’un QUOTIDIEN en confiance avec ceux que la population a élus et qui ont pris l’engagement de mettre en oeuvre leur programme. Il nous faudra certainement pendant cette nouvelle mandature encore et encore nous mobiliser pour développer, protéger, et garder nos acquis sociaux, notre liberté. Et de rappeler W. CHURCHILL : "Nous devons notre liberté à des hommes qui ne plient pas, ne s’agenouillent pas, ne se soumettent pas".

Il est indéniable aujourd’hui plus que jamais que notre participation est nécessaire et que notre responsabilité est bien collective. Nous allons donc demeurer attentifs et mobilisés pour lutter contre toute décision discriminante, injuste, pour défendre nos libertés fondamentales déjà tellement menacées pendant des années.

Oui à la DESOBEISSANCE FERTILE. À l’heure d’aujourd’hui, de quoi l’humanité a-t-elle besoin ? Toutes les femmes, tous les enfants,
tous les hommes veulent vivre dans un monde en paix, un monde dans lequel chacun peut EXISTER dignement et satisfaire ses besoins vitaux.

À l’aube de ce troisième tour, LA REUNION et ses habitants doivent être associés aux décisions pour une continuité de notre participation et de nos actions et pour prendre les meilleures décisions. Parce que nos urgences sont toujours présentes :
-des logements (des vrais !),
- l’emploi (il nous faut un plan Emplois/Formations)
- une meilleure éducation adaptée à notre niche sociolinguistique
- le développement endogène de notre economie,
-l’accompagnement de la RECHERCHE SCIENTIFIQUE
- une alimentation bio la plus locale possible (oui nous sommes capables de produire mieux et suffisamment),
-une réelle prise en compte de notre identité plurielle, de notre histoire maillée, de tout' nout’ bann ti tournéviré quotidiens révélateurs de nos savoir-faire et de nos savoir-être, tous en passe d’être oubliés par nous-mêmes et par cette étouffante mondialisation dévoreuse d’humanité,
-des décisions gouvernementales adaptées à ce que nous sommes,
–et je ne cite pas les autres inégalités par exemple dans le domaine de la santé, de la justice, du service public,
-la sauvegarde la plus efficace de nos forêts, nous savons que leurs essences sont gravées dans nos veines puisque notre Histoire, nos luttes s’y sont déroulées, nous en avons impérativement besoin pour nous préparer au dérèglement climatique (exemple : les cycles de la Nature déjà en kaloubang, nos pluies diluviennes, des inondations de plus en plus fréquentes, etc.)

Nous avons encore beaucoup à faire et il est indispensable que nous soyons vigilants et engagés lors de ce troisième tour, LES LÉGISLATIVES en juin 2022. Notre avenir ne dépend pas d’un seul homme, notre avenir dépend de nous : femmes et hommes écoresponsables.

Nou soubat!

• Jean Gaël Anda, conseiller municipal d’opposition à Saint-Pierre

Le 1ère gagnante de ces élections est l’abstention, l’effondrement de la mobilisation au fil des scrutins. Le désintérêt de la population et notamment des jeunes, démontre un décrochage de la vie publique, sur lequel il faut s’interroger.

La seconde leçon est que le  Rassemblement National a été plébicisté, notamment dans le bassin Sud de Saint-Pierre à Saint-Joseph, ce qui démontre surtout le Rassemblement autour d’une Extrême colère et un rejet des politiques existantes, trop éloignées des préoccupations de chacun.

Les électeurs ont démontré qu’ils n’étaient plus des suiveurs, sans conscience, des consignes des maires et des élus de tous bords, qui ne sont plus les propriétaires de leurs voix.

Quand il n’y a pas de fraudes et de pressions, les électeurs ne suivent pas les positions des Maires, même et surtout de ceux qui se prétendaient bien implantés dans leur baronnat.

Les partis ne parviennent plus à véhiculer des idéologies. La disparition des clivages droite/gauche a participé à détourner le citoyen des partis traditionnels et à l’orienter vers des mouvements citoyens, plus actifs qui entendent enfin leur voix !

Les sondages donnent l’impression du “joué d’avance” et n’incitent pas à vouloir faire bouger les choses tout comme les débats dans lesquels chacun tape sur l’autre et cherche à plaire au plus grand nombre, sans conviction …

Une autre offre politique est nécessaire pour repenser la citoyenneté, initier les enfants dès le primaire à l’exercice démocratique, privilégier l’éducation civique, ... parler de nos spécificités comme une chance, et non comme un boulet !
Si nous n’entendons pas le peuple, il se fera entendre de façon extrême…

Le casier judiciaire vierge, la limitation des mandats dans le temps, ces promesses non tenues du Président sortant sur la moralisation de la vie politique, participeraient à la reconquête de l’exercice démocratique.

Il est surtout venu le temps, de repenser l’action publique en associant davantage les citoyens aux prises de décisions, les responsabiliser entre les scrutins car ils ne peuvent continuer à n’être utiles qu’au moment de voter. Il faut ainsi recréer le lien entre les citoyens et les élus, lancer des ateliers de citoyenneté et d’échanges. La démocratie ne doit pas mourir à petit feu …

Les législatives seront l’occasion de rebattre les cartes et de faire émerger une nouvelle génération d’élus qui enfin, je l’espère, pensera à l’intérêt de tous et pourra se ré-unir sur des enjeux communs avec un objectif réel de développement de la Réunion, et non pas de carrière politique …

• Maurice Gironcel, maire de Sainte-Suzanne et président de la Cinor

Malgré un taux de participation en hausse par rapport au 1er tour, le second tour de l’élection présidentielle a été marquée, une nouvelle fois, par un fort taux d’abstention.

Tout d’abord, je voudrais remercier tous les militantes et les militants qui ont tenu les bureaux de vote et les électrices et les électeurs qui se sont déplacés pour aller voter.

A Sainte-Suzanne, et sur toute La Réunion, les résultats expriment une rupture de confiance et le manque d'écoute des gouvernements successifs depuis des décennies.

La situation dans notre île, qualifiée " d’hors normes " par l’INSEE, ne cesse de s’aggraver avec un taux de pauvreté 3 fois plus importante qu'en France et un taux de chômage 2,5 à 3 fois plus élevé qu’au niveau national. La question de l’urgence sociale, de la revalorisation des retraites et des bas salaires et de l’avenir de notre économie dont la filière canne-sucre-rhum-énergie se posent de manière plus forte à La Réunion.

Pour y répondre, j’ai remis à Monsieur CASTEX, pour le Président élu, lors de sa venue dans notre île, 10 propositions pour un nouveau " Contrat de confiance avec les Réunionnaises et Réunionnais ".

Cette co-construction d’un projet Réunionnais pour un développement durable et solidaire de notre Pays à travers la Conférence Territoriale Publique élargie à toutes les forces vives devient nécessaire et urgente.

• Rudrigue Sautron, président de l'UNEF Réunion

Ce dimanche 24 Avril, les français ont élu leur président de La République, mais qu’en est-il réellement ?

En nombre de voix ce n’est qu’à peine ⅓ des français qui ont déposé un bulletin Emmanuel Macron dans l’urne, alors que parallèlement le Rassemblement National effectue un score historique en comptabilisant 13 297 760 voix, jamais les idées fascisantes n’avaient atteint un tel score.
Les résultats en Outre-Mer et notamment à La Réunion sont affligeants, dans chacune des 24 communes dans l’île, Marine Le Pen arrive largement en tête, cela témoigne certes du mécontentement d’une partie de la population réunionnaise, mais cela démontre aussi que même sur notre territoire réputé pour son vivre ensemble, les idées fascistes ont profité de la déception et du désespoir, elles ont fait leur chemin et gangrené les mentalités.

En ce moment charnière pour notre pays et pour notre île, l’UNEF Réunion rappelle que la lutte contre l'extrême-droite n’est pas finie et appelle à ce que plus jamais dans aucune élection, le Rassemblement National ne doive atteindre un tel score, pour cela chaque citoyen a la responsabilité de préférer la tolérance à la violence et à la haine, mais la première des responsabilités incombe au prochain gouvernement qui doit clairement mettre l’accent sur la lutte contre les discriminations et l’accompagnement des plus précaires dans ses politiques publiques.

Le 10 et le 24 avril, la responsabilité de chacun était de défendre La République et c’est ce qui a été fait dans les urnes, dès maintenant notre responsabilité se trouve dans la rue et partout où c’est possible, pour défendre nos droits et demander un complément de bourse, une allocation d’autonomie, des logements étudiants, une augmentation des salaires, un blocage des prix, une réponse à l’urgence écologique ainsi qu’un système de retraite convenable.

L’UNEF Réunion lance un appel, à la population étudiante, mais aussi à l’ensemble de la jeunesse réunionnaise, qui souhaite se mobiliser contre la précarité, contre la sélection, pour une justice sociale et un avenir durable, à venir adhérer massivement pour se mobiliser et à venir manifester ce Dimanche 1er Mai pour demander dès maintenant à ce nouveau gouvernement de répondre aux aspirations de la jeunesse.

L’UNEF Réunion rappelle aussi que le temps électoral est loin d’être terminé, le 12 et le 19 Juin se tiennent les législatives, cette élection aux enjeux multiples est l’occasion pour les populations pauvres de se faire entendre, et pour que la voix des jeunes et particulièrement des étudiants se fasse entendre, nous invitons les candidats locaux à proposer dans leur programme des propositions qui améliorent considérablement nos conditions de vie.

• Bernard Picardo, Président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de La Réunion

"J’adresse mes plus sincères félicitations à Emmanuel Macron pour ce nouveau mandat présidentiel et appelle de mes vœux des mesures fortes en faveur de l’artisanat.Ces cinq dernières années ont été particulièrement éprouvantes. Gilets Jaunes, COVID 19, guerre en Ukraine, les crises successives ont durement impacté notre économie. Dans ce contexte difficile, les artisans ont su faire preuve de résilience. La Chambre de Métiers et de l'Artisanat de La Réunion et le réseau des CMA ont été force de proposition auprès de l'Etat. Cet engagement a permis de soutenir nos entreprises.

Un état d'esprit collaboratif doit perdurer. En effet de nombreux défis nous font face. L'impact économique de la guerre en Ukraine en est un exemple. C'est pourquoi nous comptons pleinement sur le futur gouvernement pour faire de l'artisanat une priorité dans sa politique économique.

De mon côté c'est avec beaucoup d'ambition et de détermination que je continuerai à défendre les intérêts des artisans Réunionnais."

• Vanessa Miranville, maire de la Possession et Gilles Hubert, secrétaire général du mouvement Citoyens de La Réunion En Action

Nous tenons à féliciter Monsieur  Emmanuel Macron pour son élection à la Présidence et espérons que ce mandat sera l'occasion de prendre en compte les besoins réels de nos Territoires Ultramarins ainsi que le véritables attentes des Français au niveau du pouvoir d'achat, de la politique sociale, du logement, de l'emploi ainsi que la politique écologique. 

Cette élection Présidentielle, nous a montré la frontière et la limite de la tolérance citoyenne des Réunionnais avec un scrutin favorable à l'extrême droite sur notre Territoire.
Nous ne pouvons que constater le vote de rejet et de desavoeu des citoyens exprimant la profonde frustration des Territoires d'Outre-Mer face à une politique administrative ne prenant pas assez en compte nos spécificités. Force est de constater que cette gestion  administrative et technocratique de Paris a supplanté la vision et la parole politique dans les outre-mer. Cela a eu un effet désastreux et a éloigné nos dirigeants de la réalité de nos Territoires.. 
 
Nous avons encore énormément de travail dans la mise en œuvre de la loi de décentralisation afin de faire progresser notre Territoire. 
 
Nous continuerons d’œuvrer en tant que Collectivité afin de préserver la priorité du service public rendu aux citoyens et espérons de véritables avancées sociétales et démocratiques, notamment par la mise en place du vote dématérialisé qui est une attente forte des citoyens!


 

   

6 Commentaire(s)

Barrage , Posté
Nou va wvoir contre ki zot i fé barrage lo 12...en le 19...juin 2022Voter contre... pas pour! Voilà où en La grande France...
Tijac, Posté
Des clowns, tristes à pleurer mais clowns qui nous coutent très chers au vu de ce qu'ils touchent par moi. Vous avez dit solidarité ' Vous entendez toujours la voix de la population au lendemain d'une élection mais après votre ouie doit se transformer car pendant 5 ans plus rien .... vous n'entendez plus rien ! comme disait le regretté Coluche vous n'êtes pas bon à rien, vous êtes mauvais en tout.
Missouk, Posté
Pas de réaction de la girouette Serge HOAREAU, tiens donc... On va donc voir ce qu'il se passera aux prochaines législatives! Un rejet massif de LREM et de LR semble se dessiner chez nous. A qui cela va-t-il profiter'''''
SOMANKE , Posté
Deux tours, un même cri, ASSEZ !Il faut reconsidérer notre démocratie. Aucun pouvoir, sans contrepouvoir.Le peuple doit reprendre sa vraie place, faire entendre sa voix sans filtre, le " secret des urnes " paraît comme une injure à l'intelligence du peuple et à son sens des responsabilités.Une sixième République est devenue une nécessité absolue.À défaut de voir cette réalité le printemps sera chaud.Que les élus (fussent-ils accidentels) prennent conscience que " l'effet de groupe " est incontrôlable.
Réveil difficile, Posté
Mesdames Messieurs les politiques vous banalisez le vote fasciste pour ne pas froisser votre électorat. Vous admettez que c'est un vote de contestation écoutable.... vous êtes comme Macron responsable de la montée du fascisme populiste en France et à la Réunion en particulier. Attention 1940 ce n'est pas si loin.
Com mauvaise , Posté
Melchior on ne comprend jamais ce qu'il dit. Pas seulement une histoire de charisme.