Présidentielle 2022 :

Emmanuel Macron réélu président, La Réunion vote massivement pour Marine Le Pen


Publié / Actualisé
Emmanuel Macron a été réélu président de la République ce dimanche 24 avril 2022. Il a obtenu 58,54% des voix contre 41,46% des voix pour son adversaire, Marine Le Pen, le plus haut score obtenu dans l'histoire du Rassemblement National (ex Front National). Il devient le premier président à garder son fauteuil hors contexte de cohabitation. A l'inverse de la dynamique nationale, La Réunion, comme tous les autres départements d'Outre-mer, a voté massivement en faveur de Marine Le Pen qui obtient 59,57% des voix contre 40,43% pour son opposant (Photo rb/www.ipreunion.com) plébiscite
Emmanuel Macron a été réélu président de la République ce dimanche 24 avril 2022. Il a obtenu 58,54% des voix contre 41,46% des voix pour son adversaire, Marine Le Pen, le plus haut score obtenu dans l'histoire du Rassemblement National (ex Front National). Il devient le premier président à garder son fauteuil hors contexte de cohabitation. A l'inverse de la dynamique nationale, La Réunion, comme tous les autres départements d'Outre-mer, a voté massivement en faveur de Marine Le Pen qui obtient 59,57% des voix contre 40,43% pour son opposant (Photo rb/www.ipreunion.com) plébiscite

C’est un message de colère clair envoyé à Emmanuel Macron dans le cadre de sa politique ultramarine. L’abstention atteint une fois de plus un haut niveau, près de 28% des Français (40,61% des Réunionnais) ne s’étant pas rendus aux urnes. Les regards se tournent désormais vers les élections législatives qui feront véritablement office de 3ème pour le président de la République en quête d’une majorité pour gouverner durant ces 5 prochaines années.

• La Réunion voit bleu marine, comme les autres départements d’Outre-mer

Voilà un grand écart assez surprenant. Alors que la France Insoumise avait remporté le 1er tour avec 40,26% des voix, La Réunion a cette fois largement voté en faveur de Marine Le Pen qui enregistre un score historique de 59,57% contre 40,43% pour son adversaire. Pour l’anecdote, c’est l’inverse quasi identique des résultats de 2017 où Emmanuel Macron avait battu Marine Le Pen avec 60,25% des voix contre 39,75%.

Malgré un appel massif de la classe politique réunionnaise (de Huguette Bello à Michel Fontaine en passant par Ericka Bareigts, Nassimah Dindar ou Cyrille Melchior) à faire barrage au Rassemblement National ou à voter en faveur d’Emmanuel Macron, malgré une visite expresse du Premier ministre Jean Castex entre les deux tours, les Réunionnais ont dans une large majorité refuser de suivre cet appel en accordant leurs voix à la candidate d’extrême droite dans toutes les communes de l’île :

59,77% au Port, 63,97% à Saint-André, 64% à Saint-Benoît, 73,73% à la Plaine des Palmistes où elle était soutenue par le maire Johny Payet, 54,99% à Sainte-Rose où Michel Vergoz avait été un des rares soutien d’Emmanuel Macron à sauver les meubles au 1er tour, 76,36% à Saint-Philippe, 64,11% à Petite Ile, 65,86% à l’Entre-Deux ce qui est une sévère claque pour le représentant local de LREM, Bachil Valy, 65,62% à Saint-Louis, 58,24% à Saint-Leu, 66,15% à Bras Panon, 69,78% à Cilaos, 59,09% aux Avirons, 64,93% à Sainte-Suzanne, 65,80% à Salazie, 67,43% au Tampon, 61,74% à Trois Bassins, 70,16% à Saint-Joseph, 60,26% à l’Etang-Salé, 59,99% à Sainte-Marie, 51,73% à Saint-Paul, 56,21% à Saint-Pierre, 54,18% à la Possession, 51,06% à Saint-Denis.

Ce résultat est riche en enseignement. Il démontre d’une part que le discours du Rassemblement National parle aux Réunionnais, pourtant attachés aux valeurs de tolérance et de vivre-ensemble. A titre de comparaison, il y a 20 ans, en 2002, Jean-Marie Le Pen obtenait seulement 8,1% des voix au second tour des présidentielles face à Jacques Chirac (91,9%).

Il traduit surtout une très profonde détresse sociale de la société réunionnaise, sur une île où la pauvreté est galopante, la misère grandissante, et les perspectives d’en sortir très floues, dans un contexte de hausse des prix et d’instabilité. Par ailleurs, c’est un message de rupture totale avec la classe politique française en général, et réunionnaise en particulier.

Depuis des années, et notamment lors de la crise des gilets jaunes, les Réunionnais expriment leur défiance vis-à-vis de leurs élus. Ce qui se traduit dans l’acte de voter, avec une abstention importante (40,61%) mais aussi dans les urnes, avec cette victoire de Marine Le Pen à La Réunion.

A l’évidence, c’est très loin d’être un vote d’adhésion aux idées du Rassemblement National mais surtout un vote de colère, de ras-le-bol et de besoin d’un changement profond de l’action politique, tant au niveau local que national. Reste à voir si nos élus et le président de la République auront vraiment entendu ce message de nécessaire inflexion des politiques Outre-mer, notamment sur la question du pouvoir d’achat et de la cherté de la vie qui ont été des catalyseurs des sujets d’inquiétudes des Réunionnais.

A noter que La Réunion a suivi la même dynamique que les autres départements d’Outre-mer,  constituant un véritable tsunami bleu marine : 69,60% en Guadeloupe, 60,87% en Martinique, 60,70% en Guyane, 59,10% à Mayotte, 50,69 à Saint-Pierre et Miquelon. Un résultat que n’a pas manqué de souligner Marine Le Pen, remerciant les Outre-mer qui l’ont soutenue " avec une force extraordinaire ".

• Emmanuel Macron parvient à faire barrage

Cela ne semblait pas gagné d’avance tant le front républicain semblait avoir du mal à se construire au lendemain du 1er tour, le 10 avril dernier. Après 2 semaines où les principaux camps politiques et certaines figures politiques majeures telles que Christiane Taubira, François Hollande ou encore Nicolas Sarkozy ont pris leur responsabilité en appelant à voter pour Emmanuel Macron et à faire barrage à l’extrême droite, les électeurs ont entendu le message.

Emmanuel Macron l’emporte ainsi assez largement avec 58,2% des voix face à Marine Le Pen (41,8%), suivant les dernières tendances esquissées par les sondages qui donnaient à voir un creusement de l’écart entre les deux candidats. S’il n’est pas certain qu’Emmanuel Macron ait réussi à convaincre sur la base de son programme, il paraît évident que ce vote s’est surtout construit pour faire barrage à l’extrême droite qui était plus que jamais aux portes pouvoir. S’il est largement devancé, le Rassemblement National enregistre tout de même le meilleur score de son histoire aux présidentielles. " C’est une victoire éclatante " a d’ailleurs confirmé Marine Le Pen.

Avec cette victoire, Emmanuel Macron marque ainsi l’histoire de la Vème République en devenant le premier président de la République à être réélu hors situation de cohabitation. Pour Jean-Luc Mélenchon, " Emmanuel Macron est le plus mal élu des présidents de la Vème République ".

A voir maintenant s’il saura tenir compte de ce vote de barrage dans la déclinaison de sa politique sur le quinquennat à venir. Dès son premier discours, le président de la République réélu a envoyé quelques messages. D’abord tendant la main à ceux qui ont voté en sa faveur pour faire barrage à l’extrême droite. " J’ai conscience que ce vote m’oblige pour les années à venir ", a ainsi lancé Emmanuel Macron. Il aussi adressé un message aux électeurs de Marine Le Pen ainsi qu’à ceux qui ont refusé de voter : " je suis le président de toutes et tous ". Il a enfin promis un changement dans sa méthode, parlant de " l’invention collective d’une méthode refondée pour notre mieux ".

• Abstention, vote blanc/nul, la question d’un renouveau de la démocratie

Comme constaté ces dernières années, la politique n’intéresse plus. Ce second tour en a fait encore une fois la démonstration puisque seulement 59,39% des Réunionnais se sont déplacés aux urnes. Au niveau national, le taux d’abstention est aussi assez fort, 28%. Il faut ajouter à cela un vote de plus en plus contestataire à travers le vote blanc et nul (20 485 votes blancs et 16 760 votes nuls à La Réunion, soit, en cumulé, plus de 9% des voix). Aussi, la question d’un renouveau de la démocratie se pose avec acuité.

Comment donner encore un sens à un suffrage lorsque l’abstention et les votes blancs et nuls atteignent des niveaux aussi haut ? Quelle valeur donner à cette parole puisque, par cet acte, les citoyens veulent adresser un message à la classe politique, celui d’une défiance et d’une rupture.

Ce mandat qui sera marqué pas très peu de rendez-vous électoraux d’ici les présidentielles de 2027 devra certainement se pencher très concrètement sur les outils et mesure à mettre en place pour donner davantage de voix aux électeurs, notamment via le referendum, l’instauration de la proportionnelle aux élections législatives ou encore une meilleure prise en compte des votes blancs à certains scrutins.

• Place au 3ème tour

Si la victoire d’Emmanuel Macron aux élections présidentielles est acquise, il n’est pas encore dit qu’il aura les mains libres pour gouverner. En effet, si, depuis l’instauration du quinquennat en 2002, le président de la République a toujours réussi à obtenir une majorité parlementaire, le déroulement de ce scrutin présidentiel laisse beaucoup d’interrogations sur la suite, et notamment sur l’issue des législatives prévues les 12 et 19 juin 2022.

En effet, la victoire d’Emmanuel Macron repose très clairement sur une volonté de faire barrage à Marine Le Pen et non à une adhésion à son programme. Aussi, le scrutin des législatifs semble faire figure de véritable 3ème tour pour les adversaires du président de la République.

A commencer par Jean-Luc Mélenchon qui avait déjà donné le " la " dès le 20 avril dernier, appelant les Français à l’ " élire Premier ministre " à l’occasion des élections législatives, en lui donnant une majorité à l’Assemblée Nationale et en provoquant de fait une situation de cohabitation durant le quinquennat. Pour ce faire, le patron de la France Insoumise appelle à une large coalition de la gauche en vue du scrutin à venir, tendant la main au Parti communiste français, au Parti socialiste ou encore aux Verts. " Le troisième tour commence ce soir " a d’ailleurs lancé Jean-Luc Mélenchon ce dimanche 24 avril à l’issue des résultats.

Marine Le Pen a elle aussi annoncé qu’elle sera de la " grande bataille électorale des législatives ", la question qui se pose sera de savoir si elle s’alliera à Eric Zemmour.

Emmanuel Macron quant à lui compte bien tenter de surfer sur sa victoire probante pour obtenir une majorité de députés en juin prochain. Mais avec un PS et un LR affaiblis, il se devra avant tout s’atteler rapidement à une recomposition du paysage politique français, dans un spectre allant du centre-droit au centre-gauche, la gauche étant déjà sous l’influence de Jean-Mélenchon. Et la droite étant destinée à se fragmenter entre l’extrême et le centre droit. Anticipant cette recomposition, Emmanuel Macron a appelé dès le soir du 1er tour à fonder au-delà des différences " un grand mouvement politique d’unité et d’action ". Au soir du second tour, il n’a pas fait référence aux échéances électorales à venir.

Ces prochaines semaines seront certainement consacrées à construire ce mouvement, soit sous la forme d’une coalition, soit sous la forme d’un grand parti unique.

A La Réunion, les soutiens d’Emmanuel Macron auront la lourde tâche d’enrayer la spirale dynamique si ils veulent obtenir des sièges de députés lors des législatives. La France Insoumise et le Rassemblement National voudront quant à eux capitaliser sur les bons scores des deux tours de l présidentielle.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

13 Commentaire(s)

OLLIVIER, depuis son mobile , Posté
"Ont voté MASSIVEMENT" lepen...pouvons nous savoir combien de voix y a t il dans MASSIVEMENT ' Juste un peut plus de 1 électeur dur deux à voté sur l île.
Réalité, Posté
Une majorité de réunionnais hypocrite ' Ici, c'est le monde entier qui vit ensemble et bien, malgré quelques mauvaises langues qui aimeraient faire croire le contraire. En votant FN/RN, ils ne savent pas ce qu'ils ont fait. Et il n'ont pas, non plus, pensé à leurs nombreux proches qui vivent en Europe. Que d'ignorants !
Mékoué, Posté
Une réalité brulante demeure : plus de 200 salariés locaux chez, les soignants, les pompiers, sont suspendus et privés de salaire depuis des mois sans avoir commis de faute professionnelle. Ils sont privés d'exercer néanmoins pour refus de se faire empoisonner par un "vaccin imposé et non garantie". Cette crainte exprimée trouve aussi écho dans l'analyse et l'incertitude relevées par de plus en plus nombreux laboratoires d'analyses indépendants à travers le monde, à propos de la protéine "spike", l'adjuvant hydroxyde de graphène détectés dans les produits ARNm d'injection. Un livre vient de paraître sur "l'Histoire du vaccin de Marc M..., son contenu laisse pantois. Le charlatanisme moderne, via la complicité des "cols blancs" se serait-il anobli pour n'être qu'au servir de la finance '!Il y a de quoi à être interpellé car les professeurs de renom dans le monde de la santé comme : Montagnier ; Perronne ; Raoult ; Toussaint ; Toubianna ; Jefferson ; Malone ; Noak ; Cotton..., tirant la sonnette d'alarme sur les éventuels méfaits de ces produits fabriqués sans recul et dans la précipitation, sont taxé de " comploltistes ". Hélas John SNOW au 19me siècle en ciblant la cause exacte des décès par le choléra dans Londres, a été par les officiels de l'époque, vilipendée, ignoré pendant des années... Ne dit-on pas qu'il y a 4 milliards d'individus de trop sur terre. Dernière question banco, s'il y a éventuellement confirmation que le produit quasiment imposé est toxique et, qu'il que la "dévaccination ", n'est pas possible, qu'en serait-il de l'avenir de la transfusion sanguine ''!Enfin malgré la réalité du syndrome de Stockholm, les 200 salaries suspendus injustement (10 à 15 000 sur le plan national), vont-ils retrouver, maintenant que les jeux sont faits, LEUR EMPLOI RESPECTIF ''':
AlRich , Posté
Beaucoup de tristesse pour la Réunion dont je suis toujours persuadé qu'une large majorité de ses habitants n'a rien à voir avec les idées du RN.
Jo, Posté
Le Réunionnais que je suis est surpris ' la Réunion terre de partage ne peut pas valider les 'non valeurs ' du RN et cautionner l'extrême droite . J'espère que les vrais créoles se réveilleront !!!
Lutte ouvrière, Posté
Communiqué de Nathalie Arthaud pour Lutte ouvrière, au soir du second tour Macron réélu, les travailleurs devront se battre pour leurs intérêts.Macron est réélu, Le Pen a échoué. Le second tour n'a laissé le choix qu'entre la millionnaire d'extrême droite reconvertie en démagogue des pauvres et Macron, le président des riches. Il n'est donc pas étonnant que l'abstention soit si élevée, en particulier dans les quartiers populaires. Contrairement à ce que nous ont raconté tous les marchands d'illusions, en particulier ceux qui se revendiquent du mouvement ouvrier, partis comme syndicats, Macron ne nous protégera de rien. Il ne nous protégera pas contre l'extrême droite car la défaite électorale de Le Pen ne doit pas masquer sa progression, la pression croissante de ses idées nauséabondes sur la société et les forces réactionnaires installées au c'ur même de l'appareil d'État, au sein de la police et de l'armée. Ceux qui ont cru se débarrasser de l'extrême droite et d'une menace fasciste en passant quelques minutes dans l'isoloir, le constateront bientôt : nous aurons du Le Pen avec Macron. Celui-ci a déjà fait concessions sur concessions sous la pression de l'extrême droite, il continuera demain. En homme de la grande bourgeoisie, Macron portera de nouveaux coups au monde du travail. Il a déjà annoncé vouloir attaquer les retraites, remettre en cause le RSA et réhabiliter le travail au mérite, cher à Sarkozy. Mais surtout, face à l'aggravation de la crise économique et la volonté de la classe capitaliste d'en profiter, il aidera le grand patronat à attaquer la condition ouvrière. Le monde du travail n'avait rien à gagner dans cette élection et il n'avait pas beaucoup à y perdre. Ses forces sont intactes, l'essentiel est qu'il retrouve sa combativité. La force du monde du travail a toujours été dans les luttes collectives, les grèves et les manifestations, et elle le restera. Nathalie Arthaud24 avril 2022
Reveil difficile, Posté
Où ont failli les politiques, où a failli la presse, où à failli l'éducation nationale quand à la Réunion et dans les DOMs voter pour un parti FACHISTE caché derrière des propos populistes, comme en 1940 en Allemagne devient une possibilité pour dire son mal de vivre....
Victoire au goût amère , Posté
Une victoire à la Pyrrus pour Macron. Le pays est divisé, fracturé. 5 ans de galère en perspective et une retraite à 65 ans. Il y en a dans l'ile qui rêvait d être ministre ou secrétaire d'état, cela va être très compliqué pour eux et elle d être nommé. Les relais locaux sont inaudibles et pas proches de la population. Le constat est accablant. Les jours difficiles commencent
Dudu304, Posté
ils sont si nombreux sur l'île à ne pas voir la préférence épidermique derrière la préférence nationale, de cette dame, c'est plus qu'étonnant, c'est un peu délirant.
Et Après', Posté
Les maires doivent démissionner. Ils n'ont pas été écouté par le peuple.
De faibles relais locaux , Posté
Larem défendu par de faibles relais locaux: virapoullé, vergoz, vally, selly ou encore hoareau de petite île sans oublier melchior. Avec eux la défaite est assurée.
CHABAN, Posté
La campagne électorale des médias a été belle.
Rejet de Macron , Posté
A la Reunion et en outre mer il y a un rejet de Macron.