[LIVE] Régionales 2021 :

Jean-Pierre Marchau : "le président de Région a raté la NRL"


Publié / Actualisé
Les 20 et 27 juin 2021, les Réunionnais se rendront aux urnes pour élire leur nouvelle assemblée régionale. Au total, 11 candidats sont sur la ligne de départ pour succéder à Didier Robert, le candidat sortant. Imaz Press a déjà reçu plusieurs d'entre-eux en Facebook Live. Ce mercredi 16 juin, à moins d'une semaine du 1er tour du scrutin, nous recevons nous recevons notre dernier invité, Jean-Pierre Marchau. L'occasion pour nous, ainsi que pour les internautes, de poser dès 10h30 toutes les questions concernant sa candidature et son programme (Photo www.ipreunion.com)
Les 20 et 27 juin 2021, les Réunionnais se rendront aux urnes pour élire leur nouvelle assemblée régionale. Au total, 11 candidats sont sur la ligne de départ pour succéder à Didier Robert, le candidat sortant. Imaz Press a déjà reçu plusieurs d'entre-eux en Facebook Live. Ce mercredi 16 juin, à moins d'une semaine du 1er tour du scrutin, nous recevons nous recevons notre dernier invité, Jean-Pierre Marchau. L'occasion pour nous, ainsi que pour les internautes, de poser dès 10h30 toutes les questions concernant sa candidature et son programme (Photo www.ipreunion.com)

🔴Régionales 2021 : Jean-Pierre Marchau répond à vos questions

Publiée par Imaz Press Réunion (Page officielle) sur Mardi 15 juin 2021

 

  • IPR

    Q : Mentez vous un peu, beaucoup ou jamais ?

    "Je pense que tout le monde ment, il peut m'arriver de mentir, ou atténuer l'impact que pourrait avoir une annonce. En politique, cependant, je ne mens pas. Et vous n'avez pas trop le choix de me croire" plaisante-t-il

  • IPR

    Q : Plutôt digue ou viaduc ?

    "Je suis anti-digue, donc l'idéal serait le viaduc. Mais il risque de coûter une petite fortune"

  • IPR

    Q : Vous devez partir en confinement avec un autre candidat, lequel choisissez-vous

    Il ne répond pas...et choisit donc le risque. "Si c'est pas vous qui gagnez, ce serait qui ?" : "Celui ou celle qui reprendra notre programme..." répond vaguement Jean-Pierre Marchau. "J'ai des doutes, je ne peux pas vous répondre. La vérité est que s'il n'y a pas de mise en place d'un programme écolo chez ces trois candidats"

  • IPR

    Q : Si vous n'étiez pas engagé en politique, que feriez-vous ?

    "Je pense que je reprendrais le grand programme de lecture que j'ai arrêté il y a quelques mois, mais aussi le programme de musique. Je suis heureux quand je découvre de nouveaux artistes, ça serait donc la chose dans laquelle je me réfugierais"

  • IPR

    Q : Vous avez 70 ans, ça vous agace qu'on vous le rappelle. Vous en faites un atout ?

    "Je ne suis pas géné par mon âge, c'est un atout : j'ai de l'expérience, une capacité à prendre la distance qu'on a pas forcément qu'on on a 30 ans"

  • IPR

    Q : Quand vous prenez l'avion, que faites-vous pour compenser votre emprunte carbonne ?

    "Il y a beaucoup de déplacements que nous pouvons éviter, notamment avec les visioconférences. Diminuer les déplacements aériens est une nécessité. C'est plus compliqué à La Réunion, mais il faut savoir réduire le nombre de voyages qui ne sont pas nécessaires. L'écologie passe aussi par changer ses habitudes"

  • IPR

    Q : Il ne vous reste que 24 heures à la tête de la Région, que faites-vous ?

    "Je convoque une conférence régionale sur le climat avec tous les acteurs que j'ai cité plus tôt"

  • IPR

    Question : Pourquoi avoir fait une candidature à part ?

    "En 2015, la gauche n'était pas divisée, et ça a été un échec, ce n'était donc pas la bonne solution. Ensuite, entrer dans une campagne de gauche, c'est faire disparaître notre programme écolo, avec des propositions fortes. Nous n'avons aucun regret"

     

  • IPR

    "Je me suis opposé dès le début contre le projet d'incinérateur"

    "On peut produire de l'énergie à partir de déchets. Il faut sortir de la logique où ces déchets ne peuvent être que brûlés ou jetés. Le projet d'incinérateur va par ailleurs contre les préconisations européennes, on s'engage dans quelque chose qui n'est pas conforme" affirme le candidat

  • IPR

    "Tant qu'il n'y a pas d'alternative crédible au tout voiture, le problème ne se règlera pas"

    "Nous préconisons des tramways, bien que ce genre d'infrastructures ne se construisent pas uniquement avec la Région. La seule solution pour qu'il y ait moins de voitures est d'avoir un reéseau de mobilité efficace, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui" observe le candidat

    "Il faut savoir qu'il y a 25 ans, 5% des déplacements se faisaient en bus. Nous observons les mêmes chiffres aujourd'hui, la politique des transports a été un échec" accuse-t-il. "Il faut aussi développer le vélo en transport urbain, et donc donner de l'espace pour se déplacer en toute sécurité. Nous sommes convaincus que nous pouvons développer une industrie du vélo à La Réunion"

  • IPR

    "Le président de Région a raté la NRL"

    Le candidat fustige la décision de Didier Robert d'avoir décider de terminer la route en digue. "Nous prenons l'engagement de ne pas construire de digue et de relancer les études pour avoir plusieurs scénarions pour pouvoir prendre une décisions" affirme Jean-Pierre Marchau.

    "Je ne suis pas sûr qu'on puisse rouler sur la partie viaduc avant la fin de l'année, mais dans un an c'est possible. Mais le problème, c'est que la NRL ne règle pas le problème de la sécurité, ni de la mobilité" ajoute-t-il.

  • IPR

    La question de la biomasse est abordée

    "Albioma a compris qu'on ne pouvait plus utiliser le charbon pour produire l'électricité. Ils ont donc adhérer à ce plan de changer le charbon par le bois. Le problème, c'est que ce bois est issu d'une déforestation aux Etats-Unis.

    De nombreux scientifiques ont par ailleurs montré que brûler du bois produit plus de CO2 que l'on pensait. Et enfin, le bilan carbonne sera extrêmement important. Nous allons devoir transformer les infrastructures réunionnaises pour accueillir ce bois. Mais importer de la biomasse, c'est rester dans une logique qui ne créé pas d'emploi local. Nous avons besoin de vraies filières locales énergitiques" souligne le candidat. Il considère que La Réunion va rater sa transition écologique.

    "C'est une question complexe, mais elle est le coeur du système. Sans production locale, nous resterons toujours dans une logique d'importation" regrette-t-il.

  • IPR

    "Les résultats du sondage ne correspondent pas à ce qu'on voit sur le terrain" assure Jean-Pierre Marchau

    "Il y a beaucoup de demande par rapport à l'écologie de la part de la population. Les sondeurs se sont beaucoup trompés par le passé, nous ne portons donc pas d'attention au sondage, mais à ce que nous observons sur le terrain" ajoute-t-il

    "Les candidats tentent de parler le langage de l'écologie, mais on voit que c'est un peu délicat. Nous faisons une campagne sur le fond, sur toutes les thématiques. Nous avons besoin de propositions concrètes. Tout le monde peut se dire écologiste, mais il faut le prouver par des actes. Dans un monde parfait il n'y aurait pas de parti écologiste, mais il y a des lobbys à La Réunion et il faut savoir se battre contre eux. Les électeurs sauront faire la différence entre notre parti et les autres"

  • IPR

    "L'écologie, c'est le bon sens" assure Jean-Pierre Marchau

    "Nous nous adressons au coeur "naturellement" écologiste de chacun" ajoute-t-il. "On n'en parle pas assez, je pense même que certains médias sont imprégnés des débats politiciens et oublient cette problématique. Les grands problèmes de demain sont des problèmes liés à la transition écologique, ce sont des décisions que nous devons prendre pour les 5,10 ou 15 prochaines années" explique-t-il.

  • IPR

    "Le taux de participation est préoccupant" s'inquiète Jean-Pierre Marchau

    "Je redoute que l'abstention soit assez importante pour pénaliser le débat d'idée. On sait que lors d'une grande abstention, les grands partis avec une base militante importante sont favorisés. J'encourage tout le monde à voter, notamment cette année où nous pouvons voter pour deux personnes par procuration" indique-t-il.

  • IPR

    Bonjour à tous, bienvenue à tous dans ce live

    Le live commencera dans une dizaine de minutes, suivez-nous

A propos

Ce mercredi 16 juin 2021, nous recevons Jean-Pierre Marchau, secrétaire régional d’Europe Ecologie Les Verts, adjoint à la maire de Saint-Denis et à la tête d’une liste écologiste.  Contrairement aux municipales où les écologistes avaient joué le jeu de l’union avec la gauche, notamment à Saint-Denis et à Saint-Paul, ils décident pour ce scrutin de lancer leur propre liste, une manière d’intégrer l’écologie au cœur des thématiques de cette campagne. Une stratégie néanmoins à contre-courant de la dynamique nationale qui voulait privilégier le rassemblement. Pourquoi la section locale a-t-elle décidé de faire cavalier seul ?

Cette liste comporte une surprise de taille avec la présence en seconde position de Sylvie Moutoucomorapoullé  actuellement vice-présidente du Conseil régional aux côtés de Didier Robert. De là à y voir un possible rapprochement avec le président sortant en vue d’un second tour ?

Plus largement, il sera question, durant cet entretien, des attentes de cette liste écologiste concernant ce scrutin, de son positionnement en vue du second tour, de son analyse des forces ainsi que du programme porté par la liste "Naturellement Ecologistes".

Rendez-vous dès 10h30 pour le Facebook Live Régionales avec Jean-Pierre Marchau.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

4 Commentaire(s)

Ste suzanne, Posté
Non Mr c est à cause de vous et tout vos complices touche pas ceci et celà Quel sorte écolo VOuS êtes Juste pour critiquer et remplir votre poche J'vous avez apporter quoi comme solution que de la critique
Arthur1, Posté
Moi aussi je suis pour le viaduc plus écologique avec un péage pour le financer, si c'est juste le différenciel alors il ne coûtera vraiment pas cher
Aab, Posté
Mais non la nrl n'a pas été ratée qu'est ce qu'il raconte . L'état est en faute et pas la region
Jeanbon, Posté
"Le président de Région a raté la NRL"...Quel titre, comme l'eau mouille, le feu brûle, le politique, fait comme l'oiseau !