La préfecture autorise la pêche aux requins :

Tollé et déception


Publié / Actualisé
Ce lundi soir, 6 août 2012, la préfecture a annoncé de nouvelles mesures pour lutter contre le risque requin à La Réunion. Parmi elles, le prélèvement de vingt requins (dix bouledogues et dix tigres), à visée scientifique. Cette mesure suscite un tollé chez ceux qui sont contre la chasse aux requins. Quant à ceux qui sont pour la pêche aux squales, une partie d'entre eux est déçue et juge les mesures prises par la préfecture insuffisantes. Un collectif des usagers de la mer a d'ailleurs prévu de protester devant la réserve marine ce mardi 7 août 2012.
Ce lundi soir, 6 août 2012, la préfecture a annoncé de nouvelles mesures pour lutter contre le risque requin à La Réunion. Parmi elles, le prélèvement de vingt requins (dix bouledogues et dix tigres), à visée scientifique. Cette mesure suscite un tollé chez ceux qui sont contre la chasse aux requins. Quant à ceux qui sont pour la pêche aux squales, une partie d'entre eux est déçue et juge les mesures prises par la préfecture insuffisantes. Un collectif des usagers de la mer a d'ailleurs prévu de protester devant la réserve marine ce mardi 7 août 2012.
Pour l'UCCPEMR (union citoyenne pour la conservation et la protection des écosystèmes marins réunionnais), "La Réunion condamne les requins". "Nous sommes atterrés par les décisions politiques scandaleuses suite aux derniers accidents impliquant requins et surfeurs", indique l'association dans un communiqué, avant de poursuivre : "Il est clair que ces prélèvements n'ont d'autres buts que d'apaiser quelques esprits en colère et avides d'actions radicales".

L'UCCPEMR déplore par ailleurs que ces décisions ont été prises par la préfecture "sans aucune consultation citoyenne", "sans aucun égard pour le travail de restauration des écosystèmes marins de La Réunion", "et sans tenir compte du bon déroulement du programme CHARC". Pour l'association, "la préfecture s'apprête à lancer une chasse aux sorcières irrationnelle, inutile et dangereuse" car elle apportera un "faux sentiment de sécurité", tandis que "les réels problèmes sont complètement éludés". Parmi ces "vrais problèmes", l'union citoyenne cite la pollution des rivages, la sensibilisation des usagers de la mer et la préservation de la biodiversité marine réunionnaise.

L'association rappelle aussi que "les requins jouent un rôle essentiel de préservation de l'équilibre écosystémique marin". "En tuer dix, selon la seule loi du hasard est une aberration loin de faire l'unanimité", estime l'UCCPMER qui souligne que les deux espèces visées, le bouledogue et le tigre, sont classées "quasiment menacées sur la liste rouge de l'IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature - ndlr)". "La question des prélèvements doit faire l'objet d'un sondage d'opinion publique, et une réglementation claire et efficace doit enfin être mise en place en prévention du risque", estime l'UCCPEMR.

De son côté, l'association Sea Shepherd compare la chasse au requin à La Réunion à la chasse à la baleine menée au Japon. "Pour gérer le "risque requin" à La Réunion, la France a choisi d'utiliser la technique employée par la flotte baleinière japonaise", estime l'association. "En effet, les baleiniers japonais chassent des baleines dont le commerce est interdit. La France s'apprête à chasser des requins bouledogues et des requins tigres interdits à la vente", souligne Sea Shepherd, en ajoutant que "les baleiniers japonais chassent dans un sanctuaire baleinier (Antarctique)", quand "la France s'apprête à tuer les requins dans la réserve marine réunionnaise".

Enfin, "les baleiniers japonais invoquent la "recherche scientifique" pour justifier leur chasse. La France lance une battue de requins et offre en pâture à ceux qui réclament leur tête, 5 requins bouledogues et 5 requins tigres sous prétexte d'analyser leur foie en vue d'étudier une possible commercialisation", dit encore Sea Shepherd. "Il y a fort à parier que ces "prélèvements scientifiques" ne soient qu'une battue qui ne dit pas son nom", déplore l'association. "La France a choisi de céder à la facilité et à l'émotion : elle sacrifie ses requins", condamne l'association, qui regrette aussi le silence du ministère de l'écologie à ce sujet.

De son côté, le Parti Pirate de La Réunion a adressé une lettre ouverte au Premier ministre dans laquelle il sollicite "une intervention urgente et exceptionnelle pour résoudre la catastrophe humaine, écologique, économique et sociale qui frappe les Réunionnais, La Réunion, ses entreprises et leurs avenirs". Le Parti Pirate estime que "les élus préfèrent masquer les véritables sources" du problème, à savoir "les problèmes d'assainissement des eaux usées, l'urbanisation inconsidérée, la pollution des ravines, la saturation du système actuel du traitement des déchets...".

"La sortie de cette crise implique la remise à niveau du système d'assainissement des eaux usées, principal facteur de la dégradation du milieu marin côtier et consécutivement de la prolifération des espèces de requins affectant ce type d'environnement dont les requins bouledogues", ajoute le Parti Pirate. Avant de poursuivre : "La gestion de cette crise implique donc un déploiement exceptionnel de moyens pérennes d'informations, de prévention, de protection, de coordination et de secours de tous les usagers du milieu marin face aux attaques de requins accompagnés par des réponses réelles aux multiples facteurs de ces attaques et qui sont pour la plus part déjà connus".

S'il était à prévoir que ceux qui sont contre la pêche au requin montent au créneau, on aurait pu penser que ceux qui militaient en faveur des prélèvements soient satisfaits. Ce n'est finalement pas le cas de tous. A la sortie de la réunion qui s'est déroulée ce lundi en préfecture, Philippe Cressen, avocat du député-maire de Saint-Leu Thierry Robert, n'a pas caché sa colère, jugeant "une réunion inutile" et des "mesures qui ne servent à rien" pour protéger les surfeurs. "Nous allons réagir à notre façon comme nous l'avons toujours fait" a-t-il déclaré, n'excluant pas d'avoir recours à des pêcheurs professionnels pour mener une large campagne de pêche.

Les mesures préfectorales sont aussi insuffisantes pour un collectif d'usagers de la mer, qui a prévu de protester ce mardi 7 août 2012 devant la réserve marine.

   

14 Commentaire(s)

Ronald, Posté
Selon l'article UCCPEMR veut dire "union citoyenne pour la conservation et la protection des écosystèmes marins réunionnais". Ils ont envoyé un communiqué, peut-être qu'ils ne veulent pas se montre à visage découvert
Charles, Posté
Vous faites reference à UCCPEMR
Je ne trouve aucune info sur cette ... asso (?)
Peut-on en savoir plus ou est-ce anonyme?
merci
SURFEUR du dimanche , Posté
arreter de mettre tous les surfeurs dans le même panier !! j'en ai marre d'entendre les gens me parler comme si j'etais completement debile ou cinglé , personellement je n'ai pris aucune décisions , a notre niveau on decide de rien et sa c juste pour rassurer la popullasse et reprendre le buissness , moi je suis pas adhérents a quoi que se soit , alors quand vous parlez des surfeurs , rajoutez devant "une partie des " sa sera moins stigmatisant pour ceux qui participe pas au débat publique et trouve cela completement inutile ;rien que d'en parler , y'a toujours eu des poisson dans la mer me disai papi !!
AE, Posté
Pêche scientifique ?
Comme au Japon pour les baleines ?
J'ai honte pour vous Mesdames et Messieurs les politiques d'employer des arguments aussi fallacieux !!!
Florempine, Posté
La manifestation de ce mardi n'a rien à voir avec cette union inutile et lointaine.
Ce sont bien SURFEURS qui manifestaient pour une pris en compte globale du problème.
Merci pour la désinformation Florempine Chelou !
Irreverseable, Posté
Non non non, ne vous y méprenez pas...
Ceux qui manifestent devant la réserve pour la prise en compte de la pêche industrielle, des déchets, de la ferme aquacole, pour dénoncer la non transparence, les conflits d’intérêt et le clientélisme du programme CHARC sont justement LES SURFEURS.
Quelques écolo bobo parisiens n'ayant jamais mis un pied à la Réunion essaient de récupérer les évènements à leur faveur dans cet article, mais ils n'ont jusque là qu'été nuisibles à une prise en compte globale des problèmes. Après leur échec cuisant, ils tentent encore de désinformer....
Hervé, Posté
Ces pseudos surfeurs sont la honte de leur sport, j'ai plus de respect pour un grand champion comme Kelly Slater qui lui, milite pour préserver les requins !
ALOA17, Posté
C'est honteux... plus de requins, plus d'écosystème... je n'ai aucun respect pour ces surfers... ils surfent à leurs risques et périls... on ne va pas abattre la montagne quand des alpinistes y
trouvent la mort... alors qu'on laisse tranquille les requins qui sont déjà massacrés pour leurs ailerons... C'est à l'homme de s'adapter à la nature et non le contraire...
Nico, Posté
Tuer des requin c'est vraiment l'idée la plus absurde que j'ai jamais entendu.
Si cette bande d'ignorant ne faisait pas du feeding près des côtes il y aurait moins d'accident.
En plus les dispositifs éloignant les requins existent, il y en a même qui se monte sur les planche de surf et c'est extremement éfficace, c'est un simple champ electromagnétique:http://sharkshield.com/?/m/surfing-paddle-boards/productID/1
Grouffi, Posté
Ce qui me choque c est les pëcheurs qui vont manifester devant la réserve marine? JE CROIS QU IL SOUHAITE qu elle disparaisse ou quoi? MESSIEURS LES Pêcheurs sans cette réserve votre ïle n a plus d'intêret, et vous non plus....les requins ont plus le droit d ëtre là que vous alors laissez les tranquille et manifestez pour des choses qui en vaillae la peine comme parexemple augementer en profondeur la réserve marine car si les requins s en rapprcohe c est qu ils ne trouvent pas de possons au lage alors en augmentant la surface de la réserve les possons seront plus nombreux et les requins resteront plmus au large....non?
Pierre SCHAEFER , Posté
La mesure prise par la Préfecture revient à "botter en touche". Les poissons, dès lors qu'ils restent dans l'eau, sont maîtres chez eux (...). La Préfecture pourrait très bien interdire surf et baignade dans tous les endroits réputés à risque ; après tout, quasiment partout dans le monde, les promenades/randonnées sont interdites ou fortement déconseillées partout où se trouvent des prédateurs et/ou des espèces protégées.
Bat, Posté
Si les requins disparaissent, ce sont les hommes qui disparaitront ! Ouvrez les yeux !
Comme le dit l’UCCPMER, il faut prendre d'autres mesures préventives !
Gilles, Posté
et en plus ils nous prennent pour des cons ... ce que beaucoup d'entre nous sont....recherche scientifique.....j'ai déjà entendu cela quelque part et pourquoi ne pas se débarasser des surfeurs ?? ils ont peur des requins ? qu'ils viennent surfer dans les iles anglo normandes à moins qu'ils n'aient peur aussi de se faire pincer par une sole ??? Et les surfeurs australiens ils font comment? plus couillus que les réunionnais semblent ils!
Jim de Cannes, Posté
L'homme est incroyable .
Pour son plaisir les requins devraient disparaitre ??
Ils sont pourtant chez eux depuis 450 millions d'années .
Laissez tranquilles les requins et si c'est dangereux , ne surfez pas à cet endroit .