Suite à la manifestation des usagers de la mer et le ralé poussé devant la réserve marine :

Les élus écologistes "choqués"


Publié / Actualisé
Ce mardi 7 août 2012, une centaine de personnes, à l'appel d'un collectif d'usagers de la mer, a manifesté devant le siège de la réserve naturelle marine à la Saline. La réserve, qu'ils tiennent pour "responsable de la présence plus accrue des requins bouledogues près des côtes réunionnaises". Le ton est également monté. Dans un communiqué, les élus écologistes de la structure, Jean Erpeldinger et Mélissa Cousin, se déclarent "choqués" de cette manifestation "anti-réserve" et des "débordements qui l'ont accompagnée".
Ce mardi 7 août 2012, une centaine de personnes, à l'appel d'un collectif d'usagers de la mer, a manifesté devant le siège de la réserve naturelle marine à la Saline. La réserve, qu'ils tiennent pour "responsable de la présence plus accrue des requins bouledogues près des côtes réunionnaises". Le ton est également monté. Dans un communiqué, les élus écologistes de la structure, Jean Erpeldinger et Mélissa Cousin, se déclarent "choqués" de cette manifestation "anti-réserve" et des "débordements qui l'ont accompagnée".
"En une semaine, la réserve marine a été désignée, par des experts auto-proclamés, comme la responsable de la crise "requins". Pire, c'est le personnel de cette jeune structure qui est, aujourd'hui, soumis à une pression insupportable, sommé de s'expliquer et accusé d'utiliser les surfers comme "cobayes de la réserve naturelle marine"", s'indignent les deux élus.

Pour eux, "ces accusations sont graves et injustifiées". "Le personnel de la réserve a pour mission d'appliquer la réglementation et, prochainement, le plan de gestion, en assurant un dialogue constant avec tous les acteurs du milieu marin. A travers leur travail, souvent difficile, c'est la protection de notre biodiversité, de notre environnement et de tout l'équilibre de nos côtes qui sont en jeu", soulignent-ils, dans ce communiqué.

"Nous rappelons que les hypothèses scientifiques à l'étude sont nombreuses et que rien ne permet de privilégier une explication liée à la Réserve. Nous avons tous envie de "savoir", c'est même la chose qui devrait nous rassembler. En attendant les conclusions des études, nous appelons à la patience, au respect des défenseurs de l'environnement, et, bien sûr, à la prudence des usagers de la mer", concluent Jean Erpeldinger et Mélissa Cousin.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !