Risque requin - Prélèvement ciblé des squales :

Shark Angels : "Une battue inutile et sans fondement"


Publié / Actualisé
L'association Shark Angels France, antenne de l'ONG Shark Angels basée aux Etats-Unis, et spécialisée dans la protection des requins, estime que la décision de la préfecture de prélever des requins dans les eaux réunionnaises est une "battue inutile et sans fondement". L'association demande par ailleurs aux autorités locales "la mise en place d'un sondage de l'opinion publique avant de continuer cette campagne meurtrière" et "la mise en place tant attendue de mesures préventives face au risque". Nous publions leur communiqué ci-dessous.
L'association Shark Angels France, antenne de l'ONG Shark Angels basée aux Etats-Unis, et spécialisée dans la protection des requins, estime que la décision de la préfecture de prélever des requins dans les eaux réunionnaises est une "battue inutile et sans fondement". L'association demande par ailleurs aux autorités locales "la mise en place d'un sondage de l'opinion publique avant de continuer cette campagne meurtrière" et "la mise en place tant attendue de mesures préventives face au risque". Nous publions leur communiqué ci-dessous.
"Par souci d'apaiser quelques esprits en colère, la préfecture de La Réunion donne l'ordre de tuer des requins sous couvert d'une soi-disant "évaluation ciguatérique". Il s'agirait, éventuellement, de remettre la viande de requin-tigre et de requin-bouledogue dans les assiettes.

Cette décision est incohérente tant sur le fond que sur la forme.

En effet, d'une part tout prouve que les prélèvements ne sont en rien une réponse viable du point de vue de la sécurité des sports nautiques, et d'autre part, quand bien même les quelques spécimens de ces deux espèces (classées "quasi menacées" sur la liste rouge de l'UICN) seraient négatifs au test de dépistage de la ciguatera, quid du mercure et de ses dérivés neurotoxiques ?

Le mercure, présent à des taux défiant toute concurrence dans la chair des grands prédateurs tels que les requins, est à l'origine de graves problèmes de santé dans de nombreuses régions du monde. Par ailleurs, l'émergence de maladies neuro dégénératives a un lien démontré avec la présence de béta-N-méthylamino-L-alanine BMAA), une neurotoxine puissante contenue dans des cyanobactéries que l'homme ingère lors de la consommation de requin sous forme de viande ou de soupe d'aileron. Cette BMAA peut entraîner des maladies du cerveau telles la maladie d'Alzheimer ou la sclérose latérale amyotrophique, qui aboutit dans 50% des cas à la mort de la personne dans les trois ans suivant la déclaration de la maladie.

Il est peu probable que la préfecture ou le ministère des Outre-Mer prennent la responsabilité de commercialiser cette viande.

Par voie de conséquence, il est évident que nous avons affaire, pour ne pas taire plus longtemps son véritable nom, à une battue inutile et sans fondement, une intox populiste qui apporte une réponse à la vindicte menée par un petit groupe d'individus tandis que la majorité réunionnaise, pour sa part, se défend de cautionner cette ahurissante décision contre les requins, qui, au même titre que la réserve marine, sont partie intégrante - et essentielle - du patrimoine de l'île.

Il n'est pas trop tard pour que cette mascarade cesse. Nous demandons aux autorités locales la mise en place d'un sondage de l'opinion publique avant de continuer cette campagne meurtrière, et la mise en place tant attendue de mesures préventives face au risque.

Shark Angels France a rejoint l'Union citoyenne pour la conservation et la préservation des écosystèmes marins réunionnais, et nous invitons les particuliers, groupes de citoyens, associations et entreprises qui trouvent comme nous que cette situation est indécente à nous rejoindre dans cet effort de justice et de cohérence environnementale".
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !