CHU de Saint-Pierre :

Attaque de requin à Saint-Leu : le surfeur a été amputé du bras droit


Publié / Actualisé
Le surfeur victime d'une attaque de requin à Saint-Leu a dû être amputé de son bras droit ce jeudi 23 juillet 2015. Rodolphe, 45 ans, a été sévèrement mordu par un squale au biceps et à l'avant-bras droits ce mercredi.
Le surfeur victime d'une attaque de requin à Saint-Leu a dû être amputé de son bras droit ce jeudi 23 juillet 2015. Rodolphe, 45 ans, a été sévèrement mordu par un squale au biceps et à l'avant-bras droits ce mercredi.

Médicalisée sur place après le drame qui a eu lieu sur le spot de la Gauche, la victime a été admise au service réanimation du CHU de Saint-Pierre. L'homme a été opéré une première fois le jour-même. "Son pronostic vital n'est pas engagé", avait alors comuniqué la préfecture de La Réunion.

Le lendemain, de nouvelles opérations sont menées par l'équipe médicale de l'hôpital pour tenter de sauver son bras. D'après Linfo.re, des complications ont eu lieu au cours de cette deuxième intervention chirurgicale. C'est alors que les médecins ont décidé de procéder à l'amputation du bras du malheureux. L'opération, complexe, aurait duré plus de 5 heures.

Interrogé par Le Quotidien, Rodolphe a confié être "content d'être vivant" après ce drame. Depuis 2011, les attaques de squales à La Réunion ont causé la mort de 7 personnes et l'amputation de trois autres victimes. Tanguy a eu la jambe sectionnée après avoir été mordu par un squale en octobre 2013. Fabien Bujon, attaqué le 5 août 2012, a été amputé de sa main et de sa jambe. Eric Dargent, en février 2011, a perdu sa jambe après avoir été mordu.

Pour rappel, un requin bouledogue a été pêché dans la nuit de mercredi à jeudi dans le cadre du dispositif post-attaque déclenché par le préfet. Le squale - un mâle de 2 mètres - a été capturé à 0h15 par une drumline. Il correspond vraisemblablement à celui qui a attaqué Rodolphe.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Danyboy, Posté
La différence entre les surfeurs en zone aussi dangereuse que la Réunion et les promeneurs en tongs comme il arrive d'en rencontrer en montagne en Europe, c'est que les premiers n'ont pas le temps de téléphoner au secours mais le niveau d'inconscience est le même et c'est la société qui paie les pots cassés et entres autres la sécurité sociale..