Dispositif annulé pour mauvaise visibilité :

Spot de surf : finalement pas de déploiement des vigies requins à Trois Bassins


Publié / Actualisé
La Ligue réunionnaise de surf ouvre son dispositif Vigies requins renforcé (VRR) samedi 5 et dimanche 6 décembre, de 9h à 15h. Le dispositif, prévu d'abord sur le site de Trois Bassins a finalement été annulé pour cause de mauvaise visibilité. Il est cependant maintenu à l'Hermitage. Le protocole mené par 24 vigies consiste à surveiller, observer et évacuer si besoin le spot en cas de présence de requins afin de garantir une zone sécurisée aux surfeurs. (Photos : rb/www.ipreunion.com)
La Ligue réunionnaise de surf ouvre son dispositif Vigies requins renforcé (VRR) samedi 5 et dimanche 6 décembre, de 9h à 15h. Le dispositif, prévu d'abord sur le site de Trois Bassins a finalement été annulé pour cause de mauvaise visibilité. Il est cependant maintenu à l'Hermitage. Le protocole mené par 24 vigies consiste à surveiller, observer et évacuer si besoin le spot en cas de présence de requins afin de garantir une zone sécurisée aux surfeurs. (Photos : rb/www.ipreunion.com)

"Surveiller, observer, évacuer." Voici comment Éric Sparton, président de la Ligue réunionnaise de surf résume les actions menées lors du dispositif VRR. Ce protocole d’observation des spots de surf permet de détecter une présence de requins et d’en alerter les pratiquants. Il s’insère dans le plan global de réduction du risque requin à La Réunion et est mis en place depuis 2015 à Saint-Paul. Il avait déjà été mis en place en mai dernier sursur la plage des Brisants de Saint-Paul.

Prévu à Trois Bassins dans un premier temps, le dispositif a finalement été annulé à cause de la mauvaise visibilité. Il sera reporté ultérieurement. Il est cepenant maintenu à l'Hermitage.

 

Bien qu'il débute à 9h, le dispositif nécessite toute une préparation en amont. Dès 7h, du matin ce samedi 5 décembre, les 24 vigies composant l'équipe définissent un périmètre prédéfini à l'aide de bouées ; un site de pratique couramment appelé " spot ". Ils installent ensuite un filet de protection sous l'eau afin de limiter les risques d'intrusion de squales dans cette zone. Ils s'assurent également que les pratiquants peuvent surfer dans des conditions de sécurité optimales.

- 24 vigies en action -

Pour cela, les vigies mesurent par exemple la transparence de l'eau à l'aide de disques Secchi, un disque d'une vingtaine de centimètres permettant d'évaluer la turbidité d'une colonne d'eau. "Il faut qu'il y ait une visibilité horizontale d'au-moins 8 mètres dans l'eau. Cela peut varier en fonction des conditions météorologiques", explique Éric Sparton.

La première phase du dispositif VRR consiste en l'observation active et sous-marine du spot par des moyens de vidéos surveillance et des vigies. Fonctionnant par binôme, douze vigies, dont six "immergées", observent l'activité sous-marine. Etant 24 au total, ils se relaient toutes les heures pour optimiser leur sens de l'observation.

Être vigie n'est pas donné à tout le monde. Outre le fait d'être à l’aise dans l'eau et posséder de bonnes connaissances du milieu marin, une bonne condition physique est également nécessaire. Les candidats au poste doivent dès lors suivre une formation durant plusieurs mois qui leur apprend la pratique de l’apnée, la chasse sous-marine, leur fait passer le permis bateau ou encore des diplômes de plongée professionnels.

- Un arsenal technologique à disposition -

Outre les moyens humains, le protocole est renforcé par des outils de haute technologie. "Un premier bateau équipé de caméras à 360 degrés et de sonars ratisse la zone afin de détecter la présence de requins. Deux écrans, l'un sur le bateau et l'autre sur la terre ferme diffusent les images enregistrées", détaille Eric Sparton.

Il ajoute : "Un second navire est présent au large pour donner l'alarme en cas de danger. Sur les spots les plus grands, cela nous permet d'évacuer la zone en une trentaine de secondes." Chaque alerte doit en effet enclenché une évacuation des plus rapides. Pour cela, les surfeurs présents, bien souvent familiers avec ces procédures, sont briefés sur le comportement qu'ils doivent avoir en cas de retentissement de l'alarme.

La surveillance s'effectue ainsi sous-l'eau, sur l'eau, mais également dans les airs. Un drone muni d'une caméra en très haute définition survole le secteur pour détecter des éventuelles masses dans l'eau. A tous ces outils technologiques s'ajoute enfin un jet-ski, permettant d'intervenir sur une zone précise le plus rapidement possible.

"Depuis que le dispositif est mis en place, nous n'avons jamais eu de réel soucis", rassure Eric Sparton. "Le risque zéro n'existe pas, mais nous mettons tout en œuvre pour que les surfeurs licenciés puissent évoluer dans une zone sécurisée. Tous les licenciés pourront venir ce samedi."

Après ce weekend, le dispositif Vigies requins renforcé  interviendra du mercredi au dimanche, de 9h à 15h. En dehors de ces interventions, les surfeurs auront l'entière responsabilité des risques qu'ils encourent.

vl/www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !