Saint-Denis :

Jean-François Samlong apprend l'écriture à des personnes mal ou non voyantes


Publié / Actualisé
Dix personnes mal ou non voyantes étudiaient les techniques enseignées par l'auteur réunionnais ce mercredi 28 juin 2017 à la Bibliothèque départementale de la commune dionysienne.
Dix personnes mal ou non voyantes étudiaient les techniques enseignées par l'auteur réunionnais ce mercredi 28 juin 2017 à la Bibliothèque départementale de la commune dionysienne.

Le Comité Valentin-Haüy, la Région Réunion et la Direction des affaires culturelles de La Réunion et de l'Océan Indien (DAC-OI), organisaient la manifestation. La Céci-base du Conseil départemental apportait un soutien technique aux deux ateliers mis en place. Le premier se déroulait au Tampon la semaine dernière. Le second se tenait ce mercredi 28 juin à l'enceinte culturelle du chef-lieu.

Les personnes mal ou non voyantes dictaient le texte de leur histoire à leur scribe. Les membres de l'autre groupe travaillaient sur des plages de braille à l'aide de poinçons. D'autres pratiquaient sur un appareil électronique semblable à une tablette. L'écrivain réunionnais dévoile les thèmes abordés durant la séance. De quoi rompre l'isolement de ces personnes souffrant du même handicap.

Joseph Lebihan vient de Saint-Denis. Le non voyant explique toutes les techniques apprises avec l’auteur réunionnais.

 

Beaucoup d'apports et une réussite pour ce projet porté par Pierre Reynaud, président du Comité Valentin-Haüy, installé localement en 2010. La structure lançait fin 2015 une campagne de lecture audio pour les publics "empêchés". Campagne dont le parrain est Monsieur Samlong. "La lecture est un loisir indiqué pour ces personnes car elles ont tendance à s’isoler du fait de la perte totale ou partielle de la vue. Cette pratique permet de rêver ou de voyager. Avec ces ateliers, il y a beaucoup d’émotions et de partage", commente Monsieur Reynaud.

Les créations littéraires réalisées dans les deux ateliers seront présentées au prochain salon du livre "Athéna" de Saint-Pierre, début octobre. "L’idée est de sortir les 20 000 déficients visuels de La Réunion de leur isolement. En continuant nos actions de convivialité ou en organisant des randonnées", complète le président. Ces écrivains en herbe mettent des mots sur leurs maux. De quoi leur permettre d'oublier leur handicap, le temps d'une parenthèse artistique.

ts/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !