Nouvelle entrée ouest de Saint-Denis :

Embouteillages sur le Barachois : le public veut des transports en commun


Publié / Actualisé
Ce lundi 1er mars, 2021, la commission nationale du débat public, auquel ont participé près de 8.000 personnes, a rendu ses premières observations concernant le projet de la nouvelle entrée ouest de Saint-Denis (NEO). Aménagement et désengorgement de la circulation ont été au coeur des avis, les transports en commun étant essentiels à à la diminution du trafic. L'approvisionnement en roches, déjà largement abordé pour le chantier de la nouvelle route du littoral (NRL), apparaît cependant comme l'une des problématiques à résoudre pour permettre le nouvel aménagement du Barachois. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Ce lundi 1er mars, 2021, la commission nationale du débat public, auquel ont participé près de 8.000 personnes, a rendu ses premières observations concernant le projet de la nouvelle entrée ouest de Saint-Denis (NEO). Aménagement et désengorgement de la circulation ont été au coeur des avis, les transports en commun étant essentiels à à la diminution du trafic. L'approvisionnement en roches, déjà largement abordé pour le chantier de la nouvelle route du littoral (NRL), apparaît cependant comme l'une des problématiques à résoudre pour permettre le nouvel aménagement du Barachois. (Photo rb/www.ipreunion.com)

Pour rappel, le projet NEO vise à aménager la bande côtière du Barachois à Saint-Denis. L'enfouissement du trafic de la route doit se faire par la création de tranchées couvertes et de tunnel en deux fois deux voies. Le débat public qui s'est déroulé ces derniers mois a permis de recentrer le projet sur le problème de saturation du réseau routier.

La commission nationale du débat public a souligné la contradiction de la création de deux nouvelles voies qui pourrait renforcer l'usage de la voiture. Le développement des transports en commun au Barachois semble être une nécessité pour les usagers qui souhaitent réduire la saturation de la route.

- Des États généraux de la mobilité -

"La réduction du trafic automobile ne figure pas dans les objectifs du projet NEO", a rappelé Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public, qui reconnaît toutefois l'impératif de s'emparer du problème en réunissant des états généraux de la mobilité. Ce dispositif réunirait des acteurs de la mobilité et le public réunionnais pour trouver des solutions adaptées au problème des embouteillages à Saint-Denis.

Selon elle, la question de la mobilité "fait consensus" mais il y a "beaucoup de débats autour des différents tracés".

- Dynamiser les activités pour la jeunesse -

L'aménagement du Barachois a été l'objet de différentes propositions du public qui souhaite majoritairement renforcer le dynamisme de la côte avec l'installation de nouveaux équipemments publics (bassin de baignade, scène ouverte, commerces...). Le tracé en tranchées couvertes sur la mer pourrait ainsi correspondre le mieux au développement des activités notamment pour la jeunesse. Les liens avec la mer et l'historique du Barachois renforcent la conviction du public de s'orienter vers ce tracé couvert.

Un problème cependant : le développement de ce nouveau tracé pourrait être confronté au manque de ressources en roches. Une question qui se pose depuis des années déjà pour terminer le chantier de la nouvelle route du littoral, relancé depuis novembre 2020, mais confronté au manque de roches massives. Alors que seule la partie digue entre la Grande Chaloupe et La Possession reste à construire - soit 2,7 km de route - l'absence de ressources est une véritable contrainte. Envisagées dans un premier temps, les carrières de Bois Blanc ou encore des Lataniers ne peuvent actuellement pas être exploitées, l'autorité environnementale s'étant opposée fermement au projet. Un avis suivi par le Conseil d'Etat qui a retoqué la préfecture sur le sujet. Suite à un accord obtenu auprès de la Région et du groupement, les transporteurs peuvent s'approvisionner en andains notamment dans les environs de Sainte-Anne.

- Décisions prises d'ici avril -

De mars à avril 2021, des décisions seront prises et des réponses seront apportées après l'étude des propositions faites par le public. Pour rappel, le budget du projet NEO est évalué entre 217 et 618 millions. L'Etat, la Région, la Cinor et Saint-Denis continueront de débattre autour des orientations à prendre pour ce projet et la réalisation des travaux en lien avec le dossier du maître d'ouvrage.

Retrouvez le détail des observations publiques sur le site du projet NEO.

ha/www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

Qui a tué le Tram train ?, Posté
Qui a tué le Tram train de Verges ? Maurice a son Tram, la Reunion a les embouteillages.Merci qui ?