L'élue fait le point après six mois à l'Assemblée nationale :

Karine Lebon : "je veux consacrer mon mandat au service des plus démunis"


Publié / Actualisé
Karine Lebon est devenue députée de la deuxième circonscription de La Réunion en septembre dernier, à l'issue d'élections législatives partielles organisée suite à l'élection de Huguette Bello à la maire de Saint-Paul. La nouvelle élue fait le bilan ce lundi 26 avril 2021 sur ses six premiers mois au sein de l'Assemblée nationale (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Karine Lebon est devenue députée de la deuxième circonscription de La Réunion en septembre dernier, à l'issue d'élections législatives partielles organisée suite à l'élection de Huguette Bello à la maire de Saint-Paul. La nouvelle élue fait le bilan ce lundi 26 avril 2021 sur ses six premiers mois au sein de l'Assemblée nationale (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Je suis arrivée en plein contexte de crise sanitaire, sociale et économique. Depuis six mois, mon objectif est de consacrer mon mandat au service des plus démunis" explique Karine Lebon, en introduction. L'institutrice de profession dresse un bilan actif depuis le début de son mandat : 27 prises de parole au sein de l'hémicycle, quatre questions au gouvernement, 16 participations à des commissions d'enquête… Avec comme thématique commune la protection et la prise en considération des minorités.

"J'ai par exemple interpellé le gouvernement face à la baisse du budget du POSEI de 3,9% qui été envisagée. J'ai eu le plaisir d'apprendre quelques temps après que ce projet a été abandonné en Commission européenne. J'ai aussi travaillé sur la question de la précarité étudiante suite à une vague de tentatives de suicide en Métropole, en demandant notamment l'extension du repas à un euro pour tous les étudiants : une mesure qui a été mise en place" se réjouit-elle.

La députée se montre par ailleurs critique face aux politiques du gouvernement. "Face à la crise que nous traversons, l'exécutif s'entête à exclure les plus précaires et continue dans sa logique de casse du service public. Des lits d'hôpitaux continuent d'être fermés, le gouvernement remet sur la table la réforme de l'assurance chômage…Ce n'est pas le moment !" s'indigne-t-elle.  Elle rappelle d'ailleurs que La Réunion compte neuf des 20 villes les plus pauvres de France.

- Violences sexuelles et inégalités -
 
Engagée dans la lutte pour l'égalité femmes-hommes, mais aussi contre les violences sexuelles, Karine Lebon se réjouit de pouvoir "porter au niveau national une parole locale". "J'essaie de faire en sorte que ma voix soit entendue pour porter la parole des outre-mer au sein de l'hémicycle, même s'il est vrai que certains députés ne sont pas spécialement réceptifs aux revendications ultra-marines" souligne-t-elle. Elle a notamment travaillé pour que La Réunion devienne un département pilote dans la lutte contre les violences sexuelles contre les mineurs.

"J'ai voté pour la loi récemment adoptée contre les violences sexuelles sur mineur, cependant il faut désormais travailler sur la question de ces violences à l'encontre des personnes en situation de handicap : jusqu'à 89% des femmes autistes disent avoir subi ces violences, le plus souvent dans l'enfance. Ce sont des paramètres qui n'ont pas été pris en compte" regrette-t-elle.

- Des élections mal venues -

Karine Lebon a formulé à plusieurs reprises son souhait de reporter les élections régionales et départementales. "Le gouvernement ne nous a pas entendu, un report d'une semaine n'est pas un vrai report. Ils se cachent derrière leur petit doigt en ignorant toutes les problématiques importantes" accuse-t-elle. "La situation sanitaire est loin d'être réglée. Organiser des élections dans ce contexte c'est prendre le risque que la population se désintéresse totalement de ces dernières, alors qu'elles portent un enjeu capital pour le développement du territoire" enchaîne-t-elle.

Report ou pas, Karine Lebon sait en tout cas déjà qui elle soutiendra. Sans surprise, la députée considère Huguette Bello comme la candidate "la plus légitime, intègre, qui joue pleinement son rôle en tant qu'élue". "Elle n'a jamais été inquiétée (juridiquement ; ndlr), ce qui est extrêmement important pour moi" ajoute-t-elle. Du côté des départementales, elle "soutiendra bien évidemment les listes de la majorité municipale à Saint-Paul".

En attendant, Karine Lebon est attendue dans la semaine à l'Assemblée nationale, où elle souhaite une nouvelle fois interpeller le gouvernement. Cette fois-ci, l'épidémie de dengue sera probablement au cœur du débat. "Concentrer son énergie sur la crise Covid-19 est normal, mais il ne faut pas oublier qu'à La Réunion, nous subissons une double épidémie. Et que celle de la dengue commence à dégénérer" conclut l'élue, plus que concernée après avoir elle-même été contaminée.
 
as/www.ipreunion.com / [email protected]

   

3 Commentaire(s)

Ti kok ti pipe , Posté
On a beacoup de chance d avoir cette dame comme députée
Aa, Posté
Sans blague. Mme lebon vous faites bien rire vraiment
Daniel FAIVRE, Posté
Mme LEBON les plus démunis sons les ainées de plus de 55 ans sans travail et sans revenu, et les personnes âgées, qui n'ont pas le revenu minimum vieillesse, ni le minimum vital pour survivre, moins que le RSA de 100 a 500' alors qu'il ont tous travaillés exploités par des gros zozos, qui ne voulait pas les déclaré des gros propriétaires des hauts fonctionnaires qui avait besoin d'employés de maison jardinier et la caisse de retraite complémentaire qui profite de retiré de la SCG a ceux qui sont en dessous du plafond