Mis hors de cause par la police :

Saint-Denis : la ville dément des rumeurs d'agression d'un commerçant par un employé communal


Publié / Actualisé
"Des posts non avérés circulent sur les réseaux sociaux selon lesquels un employé communal aurait pris part, aux côtés d'une autre personne, à l'agression d'un commerçant et de son épouse cet après-midi dans le centre-ville" affirme la commune dans un communiqué de presse ce jeudi 20 mai 2021. "Un commerçant et son épouse ont en effet été agressés par une personne sans domicile fixe sous emprise de l'alcool, alors qu'ils se dirigeaient vers le parking de leur domicile. Nous les assurons de notre soutien plein et entier. Un agent de la ville de Saint-Denis, témoin de la scène, a tenté de s'interposer pour calmer l'agresseur et n'a en aucun cas participé à cette agression. La police nationale a mis hors de cause l'employé communal immédiatement, sur les lieux" souligne-t-elle. Nous publions le communiqué ci-dessous (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
"Des posts non avérés circulent sur les réseaux sociaux selon lesquels un employé communal aurait pris part, aux côtés d'une autre personne, à l'agression d'un commerçant et de son épouse cet après-midi dans le centre-ville" affirme la commune dans un communiqué de presse ce jeudi 20 mai 2021. "Un commerçant et son épouse ont en effet été agressés par une personne sans domicile fixe sous emprise de l'alcool, alors qu'ils se dirigeaient vers le parking de leur domicile. Nous les assurons de notre soutien plein et entier. Un agent de la ville de Saint-Denis, témoin de la scène, a tenté de s'interposer pour calmer l'agresseur et n'a en aucun cas participé à cette agression. La police nationale a mis hors de cause l'employé communal immédiatement, sur les lieux" souligne-t-elle. Nous publions le communiqué ci-dessous (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

La municipalité est fortement investie dans la prévention et la sécurité sur l’ensemble de son territoire. Elle en a fait une priorité. Pour preuve, l’élaboration avec ses partenaires d’une Stratégie Territoriale de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (STSPD) afin de répondre aux enjeux de prévention de la délinquance, de lutte contre les violences intrafamiliales, les addictions, et la protection améliorée des personnes les plus vulnérables.

La combinaison de moyens techniques et des actions de prévention menées par les équipes mobilisées sur le terrain s’avère payante car elle contribue à apporter des solutions rapides et à faire évoluer les mentalités pour favoriser l’adoption de comportements plus citoyens sur le long terme.

• La convention commune de coordination récemment signée entre la Police Municipale et la Police Nationale s’est traduite par l’augmentation des patrouilles conjointes sur le territoire dionysien, notamment en cœur de ville où les patrouilles ont lieu une fois par semaine, pour répondre aux attentes exprimées par la communauté des commerçants.

• Autre outil essentiel de la Sécurité du Quotidien, la création du Groupe de Partenariat Opérationnel du centre-ville, piloté par la Police Nationale, a permis aux commerçants et aux acteurs de la Sécurité d’appréhender la lutte contre les stupéfiants, le respect des règles de stationnement et la sécurisation de certains espaces prisés et stratégiques.

D’autres thématiques essentielles au bien-vivre ensemble et au sentiment de sécurité sont abordées dans ce GPO : l’éclairage public en centre-ville, la situation des forains, les toilettes publiques, la question des mobilités alternatives et le mobilier urbain afin de favoriser la création d’espaces de convivialité.

Les mesures proposées par l’équipe municipale et les acteurs de la Sécurité du Quotidien sont pensées dans le cadre d’un processus de co-construction avec les commerçants, qui ont exprimé leur satisfaction quant à la démarche, suite au 3ème GPO qui s’est tenu le 22 avril dernier.

Plus de 500 macarons " Prévention Sécurité – Urgence " avec la liste des contacts utiles ont déjà été distribués aux commerçants du centre-ville. Une action qui contribue également à améliorer le traitement des incivilités lorsqu’elles surviennent, preuve en a été faite dans cette affaire.

En outre, plus d’une cinquantaine de caméras de surveillance sont déployées sur l’ensemble du territoire. Elles permettent une identification rapide des agresseurs.

En complément de ces opérations, la Ville mobilise aussi sur le terrain des médiateurs qui effectuent un travail d’hyper-proximité nécessaire pour sensibiliser la population au respect des législations en vigueur et des valeurs citoyennes garantissant le vivre- ensemble.

   

4 Commentaire(s)

974, Posté
Et l'employé communal.a eu aussi 3 ans d'inéligibilité et 15 mois avec sursis ' Bravo à la police d'avoir mis hors de cause l'employé communal. La police ne fait pas le travail à moitié. LoL
Athéna974 , depuis son mobile , Posté
Bla bla-bla-bla
Vilain néna couillon là pi, Posté
Marmaille la i cose menreur si les réseaux sociaux, ou croit parce que lu présente aux départementales que lu sa monte des bob coma à madame là maire! Oté un moune i pete c la faute Ericka, un moune i boîre i vien harcèle un commerçant c la faute Ericka, demain ou gaigne lo coup c la faute Ericka. Arrête ce jeu là où passe vraiment pou un couyon - allé la prière va fè à où du bien
100 000 souliers , Posté
Tout le monde sait madame là maire qu'un aigri, révolté transmets des fausses informations sur sa page insta et Facebook ! Il n'a rien à faire de ses journées car sa life est merdique !