Quartiers défavorisés :

Saint-Denis propose des "vacances éducatives" à plus de 536 marmailles


Publié / Actualisé
Saint-Denis, en partenariat avec les tissus associatifs de la ville développe le dispositif "vacances en bas d'immeuble" qui prendra fin le 6 août 2021. "Une offre inédite" selon Ericka Bareigts, la maire de la ville. Au total, près de 536 Dionysiens participent à des journées ludiques et pédagogiques. Adressé en priorité à des enfants issus de quartiers défavorisés, ce dispositif coûte seulement 10 euros pour trois semaines de centres aérés. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Saint-Denis, en partenariat avec les tissus associatifs de la ville développe le dispositif "vacances en bas d'immeuble" qui prendra fin le 6 août 2021. "Une offre inédite" selon Ericka Bareigts, la maire de la ville. Au total, près de 536 Dionysiens participent à des journées ludiques et pédagogiques. Adressé en priorité à des enfants issus de quartiers défavorisés, ce dispositif coûte seulement 10 euros pour trois semaines de centres aérés. (Photo rb/www.ipreunion.com)

La crise sanitaire a eu un impact considérable sur le rythme scolaire des élèves. Certains ne pouvant bénéficier d'un apprentissage qualitatif ont accumulé de grosses lacunes scolaires. Afin de lutter contre le décrochage scolaire, la collectivité a souhaité créer "Vacances en bas d'immeuble", un dispositif innovant, pour allier l'utile à l'agréable.

- Des vacances éducatives et récréatives - 

"Ce dispositif s'adresse aux enfants qui ont eu vécu une réelle rupture qualitative de l'enseignement liée à la crise sanitaire. C'est un moyen pour eux de revenir sur les lacunes accumulées tout au long de l'année", note Ericka Bareigts, la maire de la ville. 

Elle ajoute : "nous sommes allés chercher en priorité les enfants issus de quartier défavorisés qui ne bénéficient habituellement pas de nos offres de vacances. L'objectif étant de démultiplier le nombre de réussites des enfants dans les écoles." Ericka Bareigts explique le dispositif, regardez : 

Au programme : des matinées d'apprentissage sur des livrets de vacances encadrées par près de 41 vacataires et des après-midis fortes en activités sportives et culturelles. "Les après-midis, les marmailles ont le choix d'intégrer l'association sportive ou culturelle de leur choix. Avant d'être un sport, ces activités sont avant tout une transmission de valeurs. Les sensibiliser sur des problématiques liées à l'environnement par exemple."

Des artistes s'invitent également en bas des immeubles, les mercredis et les samedis, dans le cadre des "Bande passante" pour faire profiter aux marmailles et adultes des spectacles de tout genre : conteurs, cirques ou encore théâtre. Ce mercredi 21 juillet 2021, une trentaine de jeunes, aux côtés de l'association "Nout'ensemble" ont eu l'occasion de dénoncer la surconsommation et la malnutrition au travers d'une musique. Un conteur était également présent à cette occasion, écoutez :

Pour Nelly, une maman d'élève, c'est le côté apprentissage qui l'a convaincu. "J'ai mes deux enfants au sein de ce centre de loisirs, c'est important pour moi qu'ils puissent apprendre autrement, apprendre en s'amusant. Cela permet d'approfondir certains acquis, mais aussi de revenir sur des lacunes, liées à la crise sanitaire", confie cette dernière. Regardez :

Au total, ce sont plus de 472 associations subventionnées par la ville qui participent aux loisirs des enfants à Saint-Denis, dont 35 qui s'associent à la collectivité pour le dispositif "Vacances en bas d'immeuble". 

jb/www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !