Grand Prado (Sainte-Marie) :

Cinor : une convention pour protéger les abeilles


Publié / Actualisé
L'inauguration des ruches d'abeilles du Grand Prado (Sainte-Marie) s'est déroulée sur site ce lundi 18 octobre 2021. "Ce temps fort a été accompagné de la signature de la charte "L'abeille, sentinelle de l'environnement", porteuse de sept engagements contribuant à la protection de l'espèce" précise la Cinor dont nous oub lions le communiqué ci-dessous
L'inauguration des ruches d'abeilles du Grand Prado (Sainte-Marie) s'est déroulée sur site ce lundi 18 octobre 2021. "Ce temps fort a été accompagné de la signature de la charte "L'abeille, sentinelle de l'environnement", porteuse de sept engagements contribuant à la protection de l'espèce" précise la Cinor dont nous oub lions le communiqué ci-dessous

"L’inauguration des ruches d'abeilles du Grand Prado s’est déroulée sur site ce lundi 18 octobre 2021 en présence de Maurice Gironcel, Président de la Cinor, de Henri Clément, Secrétaire général de l’Unaf (Union Nationale de l’Apiculture Française) et Mme Anne MEDINA, Responsable Outre-Mer de l’Unaf et de François Payet, Président du Syndicat Apicole de La Réunion et de l’ensemble des partenaires dont RUNEO.

Ce temps fort a été accompagné de la signature de la charte " L’abeille, sentinelle de l’environnement ", porteuse de sept engagements contribuant à la protection de l’espèce.

Lien étroit entre la préservation de notre biodiversité et la lutte pour le climat !
Cette inauguration est le résultat de l’action d’enrichissement de la biodiversité des jardins de restauration écologique du site, qui a débuté il y a moins d'un an avec l’installation de trois ruches d’abeilles et la plantation de deux nouvelles espèces endémiques “appréciées” des abeilles.

A travers son Plan Climat Air Energie Territorial, et notamment son axe 5 "Préserver les milieux naturels et les ressources"", la Cinor a pris ainsi l’engagement d’apporter sa pierre à l’édifice de la préservation de la biodiversité, aussi bien pour les espèces animales que végétales.

"La présence de colonies d’abeilles sur le site du Grand Prado, un lieu ouvert au public, constitue un vecteur de communication majeur, tant pour les apiculteurs que pour la collectivité qui souhaite s’inscrire dans cette démarche de préservation des pollinisateurs nécessaires à la survie de notre écosystème et de notre agriculture. En outre, l’instant nous offre l’occasion de proposer diverses animations autour des abeilles : expositions et projections de documentaires, et bien sûr des rencontres avec nos amis apiculteursé soutient le président Maurice Gironcel

Partenaire du programme "L’abeille, sentinelle de l’environnement"
Consciente de la mortalité croissante des abeilles et de la fragilité des écosystèmes qui en dépendent, la collectivité a souhaité s’engager dans une démarche écologique concrète, cohérent avec son projet politique.

Afin de sensibiliser le grand public sur cette situation inquiétante et tenter de protéger aussi bien les abeilles que les apiculteurs qui en dépendent, la Cinor, accompagnée du Syndicat Apicole de La Réunion et de Runeo, s’est lancée dans une démarche nationale de sauvegarde de ces espèces à travers le programme " L’abeille, sentinelle de l’environnement " dans le cadre d’une convention de partenariat signée avec l’Unaf pour une durée de 3 ans

Il a été ainsi introduit ainsi à titre expérimental, des ruchers sur le site paysager de la Station de traitement des eaux résiduaires du Grand Prado, pour compléter ainsi le parcours pédagogique réalisé en 2013. Trois ruches sont déjà positionnées sur ce site industriel, afin de pouvoir faire évoluer ces insectes dans le jardin paysager de 5 ha. La Cinor projette d’installer dans le futur d’autres ruches.

"A La Réunion, il existe ici plusieurs projets, tous très intéressants car ils tendent à protéger l'environnement,  la biodiversité, les abeilles et  l'apiculture, les pollinisateurs sauvages. En un mot la qualité de vie des générations futures! Les plantations de végétaux mellifères endémiques se multiplient. C'est un levier essentiel pour essayer d'enrayer le bouleversement climatique en cours et apporter aux abeilles des ressources qui s’étaient amenuisées au fil du temps. La prise en compte de la réalité économique de l'apiculture est aujourd'hui également acquise avec des projets de miellerie, de ruchers municipaux et le soutien des collectivités. Et la sensibilisation des enfants au travers de projets pédagogiques se concrétise un peu partout. La Réunion à ce titre est précurseur. Nous nous en réjouissons ! Il faut encore amplifier le mouvement. Mais c'est rassurant" déclare Henri Clément, secrétaire général de l'Unaf

Le Président, Maurice Gironcel a tenu à remercier l’ensemble des acteurs et partenaires pour leur implication dans cette démarche de sauvegardes abeilles qui constitue bien un réel défi pour aujourd’hui et pour demain.

Les engagements de la charte "L’abeille, sentinelle de l’environnement"
-  Ne pas utiliser de produits toxiques et de pesticides dans nos espaces verts pour la sauvegarde des abeilles et des pollinisateurs sauvages
-  Veiller au développement de cultures sans OGM
- Favoriser la plantation de plantes mellifères en semant des plantes vivaces mellifères ou pluri-annuelles et nectarifères
- Encourager la connaissance de l’abeille et de l’apiculture
- Développer l’information des agriculteurs sur le rôle pollinisateur de l’abeille et favoriser une agriculture respectueuse de l’environnement
- Promouvoir le rôle de l’abeille, comme sentinelle de l’environnement, actrice de la biodiversité
- Aider à l’installation de nouvelles colonies et de nouveaux apiculteurs
 

   

1 Commentaire(s)

Coco, Posté
A quand une convention pour protéger les riverains de Duparc contre les mauvaises odeurs du grand Prado..Pauvres abeilles, à vous aussi ,on vous a fait croire à zéro odeurs.'