Du vide, toujours du vide :

Iel, wokisme, islamogauchisme : Jean-Michel Blanquer toujours à la pointe des combats


Publié / Actualisé
Ah ce cher ministre de l'Education nationale et ses combats éminemment importants... La semaine dernière, Jean-Michel Blanquer nous graciait une nouvelle fois d'une réflexion des plus urgentes : le scandale de l'apparition du mot "iel" dans le dictionnaire en ligne du Robert. Un sujet de plus à rajouter à la pile de polémiques stériles auxquelles ce dernier semble prendre un malin plaisir à participer. Pourquoi s'intéresser aux suicides des élèves, au manque de professeurs ou au mal-être inhérent de la profession quant on peut tout simplement jouer à l'autruche ?
Ah ce cher ministre de l'Education nationale et ses combats éminemment importants... La semaine dernière, Jean-Michel Blanquer nous graciait une nouvelle fois d'une réflexion des plus urgentes : le scandale de l'apparition du mot "iel" dans le dictionnaire en ligne du Robert. Un sujet de plus à rajouter à la pile de polémiques stériles auxquelles ce dernier semble prendre un malin plaisir à participer. Pourquoi s'intéresser aux suicides des élèves, au manque de professeurs ou au mal-être inhérent de la profession quant on peut tout simplement jouer à l'autruche ?

"A touché le fond mais creuse encore", voilà une appréciation que l'on pourrait trouver dans le bulletin de fin de trimestre (mandat) de monsieur Blanquer. On ignore pourquoi on s'étonne encore de ses sorties à côté de la plaque, mais voilà, on semble toujours espérer que celui à la tête d'un des ministères les plus importants du pays soit enfin frappé d'un éclair de génie.  

Vraisemblablement, ce n'est pas le cas. Vous l'avez surement vu passer : le mot "iel", un "pronom personnel sujet de la troisième personne du singulier et du pluriel, employé pour évoquer une personne quel que soit son genre" comme le définit Le Robert, a provoqué de très nombreuses réactions, justement car il a fait son entrée dans le dictionnaire.

Ni une ni deux, le député François Jolivet (LREM) s'est emparé de sa plume pour hurler à l'ignominie auprès de l'Académie française. Une initiative saluée par le ministre, qui a écrit que "l’écriture inclusive n’est pas l’avenir de la langue française. Alors même que nos élèves sont justement en train de consolider leurs savoirs fondamentaux, ils ne sauraient avoir cela pour référence".

Passons outre le fait que Le Robert est une entreprise privée, et n'a donc de compte à rendre à personne, ni à l'Académie française, ni à Jean-Michel Blanquer. Mais est-ce vraiment là le combat le plus urgent que celui-ci puisse mener ? Il y a un mois, une élève de 14 ans, Dinah, se suicidait après avoir été harcelée en raison de son orientation sexuelle et sa couleur de peau. Pas une fois monsieur Blanquer n'a daigné utiliser les mots "lesbophobie", ou même "homophobie", et encore moins "racisme".

Trop occupé à parler d'islamogauchisme et de "wokisme" qui seraient une menace contre la démocratie partout où il est invité, le ministre n'est même pas capable de dénoncer correctement ce qui a poussé une jeune fille au suicide – probablement par peur de passer lui-même pour un "wokiste". Après tout, il ne faudrait surtout pas qu'on pense que la lutte contre le racisme et l'homophobie est une bonne chose !

De son combat contre les crop-top  à l'écriture inclusive, en passant par les faux certificats d'allergie au chlore chez les jeunes filles musulmanes, Jean-Michel Blanquer se bat contre le vide pour éviter d'aborder les vraies problématiques qui secouent toute une institution. Car le cas de Dinah n'est pas isolé, elle serait même la 18ème élève de l'année à se suicider suite au harcèlement d'après l'association Hugo!. Les enseignants, eux non plus, ne sont pas épargnés par ce phénomène.

Mal-être étudiant, augmentation des dépressions, conditions de travail dégradées, syndicats survoltés, communications bancales, réformes à la va-vite, voilà le bilan de plus de quatre ans de mandat. Pour sa défense, son incompétence est finalement en raccord avec tout le reste du gouvernement. Du vide, toujours du vide. On espère simplement qu'il ne redoublera pas pour le quinquennat à venir.  

as/www.ipreunion.com / [email protected]

   

8 Commentaire(s)

Vite oublié , Posté
On va vite l'oublier.
Atbo, Posté
L'article est intéressant. Mais quand vous parlez de son "incompétence", je ne partage pas votre avis sur ce terme ;Souvenons-nous, Quand il était conseiller avec Sarkozy...Je vous invite à aller rechercher quelles étaient ses préconisations qu'il n'a pas réussi mettre en place à l'époque Ce sont exactement les mêmes mesures, en pire, que le gouvernement Macron lui a permis de réaliser . Ce sujet mériterait un article approfondiMerci d'y penser
Atterré, Posté
Missouk, ne seriez-vous point GD ' ' '
Circulez y a rien a voir , Posté
Les mauvais résultats de Pisa seront mis sur le dos du Covid.
Missouk, Posté
Ce que certains appelleraient un "pauvre type". Le plus mauvais ministre de l'Education Nationale de la 5e République, et sans doute celui qui a fait le plus de mal à ce Ministère. Les profs sont vent debout contre leur ministre, y compris certains profs à priori plutôt modérés, voire très modérés...
Je suis étonné que le rédacteur n'ai utilisé , Posté
l'écriture inclusive qui, se marie bien avec le iel, le wokisme, l'essentialisme, l'indigéniste, la dénonciation de l'appropriation culturelle etc etc Peut être est il choqué aussi chaque matin comme la sénégalaise rama yade qui 10ans après avoir été naturalisée française devanait ministre de la république en passant avant la statue de Colbert
Silence pas de vague , Posté
La poussière sous le tapis et pas de vague.
Intervenir pour exister , Posté
C'est le vide sidéral à défaut de réformes.. il a fait illusion 2 mois. Triste pour l' Education nationale.