La 3e édition du IOMMA se tient du 4 au 6 juin :

L'Océan Indien fait son marché musical


Publié / Actualisé
Du mardi 4 au jeudi 6 juin 2013, quelques jours avant le festival Sakifo, La Réunion accueille la troisième édition du IOMMA, le marché des musiques de l'Océan Indien. Il s'agit d'une véritable plateforme d'échanges et de rencontres réunissant artistes et professionnels venus de tous les horizons. Le tout avec une vingtaine de concerts en prime.
Du mardi 4 au jeudi 6 juin 2013, quelques jours avant le festival Sakifo, La Réunion accueille la troisième édition du IOMMA, le marché des musiques de l'Océan Indien. Il s'agit d'une véritable plateforme d'échanges et de rencontres réunissant artistes et professionnels venus de tous les horizons. Le tout avec une vingtaine de concerts en prime.

Après deux premières éditions couronnées de succès, le IOMMA remet le couvert cette année avec 250 professionnels locaux et internationaux (programmateurs, tourneurs, producteurs, institutions, médias) provenant de plus de 20 pays, une riche programmation et des ambitions toujours plus élevées. La manifestation se veut plus que jamais " un carrefour de l’industrie musicale de l’Océan Indien ", avec l’objectif de développer " une synergie entre les acteurs locaux et ceux de l’Océan Indien pour promouvoir leurs richesses au niveau international ". Bref, le IOMMA veut faire de La Réunion et de l’Océan Indien une nouvelle référence sur les scènes internationales.

Au-delà de l’aspect culturel, le IOMMA s'intéresse surtout à l’impact économique de l’industrie musicale, profitant de la progression de la filière depuis vingt ans à La Réunion mais aussi de l’énorme marché potentiel de l’Océan Indien, de l’Afrique du Sud à l’Australie.

Pour cela, cette troisième édition pourra s’appuyer sur Jérôme Galabert, président du pôle régional des musiques actuelles de La Réunion et directeur du Sakifo, qui est en charge de la direction exécutive. Trois grands axes émailleront ces journées : les conférences-ateliers, les " one to one ", les concerts.

Lors des conférences, qui auront lieu à l’hôtel Le Floralys de l’Etang-Salé, de nombreux thèmes seront abordés, allant du marché de la musique en Inde aux enjeux de la scène électro dans l’Océan Indien, en passant par la réglementation pour tourner en France et dans le monde.

Quant aux " one to one ", ils fonctionnent sur le principe du speed-dating. Les artistes et professionnels locaux auront la possibilité de rencontrer les professionnels venus d’autres régions, dans le cadre d’un rendez-vous en face à face de 15 minutes.

Enfin, pour rythmer le tout, quatre soirées de concerts – celle de ce lundi 3 juin étant réservée aux professionnels – se dérouleront à l’Etang-Salé, au Tampon, à Saint-Pierre et au Port. Une vingtaine de groupes ou artistes seront de la partie, proposant une grande variété de styles : world music, séga polyphonique, tsapiky, maloya, pop-rock, électro, jazz, reggae, hip-hop...

Parmi les artistes réunionnais, on retrouvera Yaelle Trules, Tricodpo, Urbain Phileas, Thermoboy, Warfield, Psychorigid, Tiiloun, Maya Kamaty et Olivier Ker Ourio.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Aterla, Posté
L'éléphant dans la pièce s' appelle l'Afrique du Sud. Quand fera-t- on une vraie coopération avec ce futur géant ?